Composition d'une équipe de rugby à XV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Composition equipe rugby.svg
Lexique du rugby à XV
Joueurs (no )
Terrain
  • En-but
  • 22 mètres
  • ligne de hors-jeu
Actions de jeu
Décompte des points
Règles
Tous les articles

LUne équipe de rugby à XV est composée de quinze joueurs ayant des postes bien définis. Huit d'entre eux sont les avants, répartis en trois lignes : deux piliers et un talonneur en première ligne, deux deuxième ligne, deux troisième ligne aile et un troisième ligne centre en troisième ligne. Les sept autres sont les arrières avec une charnière composée du demi de mêlée et du demi d'ouverture, quatre trois-quarts (deux au centre et deux aux ailes) et un arrière.

Les avants[modifier | modifier le code]

Première ligne (1, 2 et 3)[modifier | modifier le code]

Les joueurs numérotés 1 et 3 sont les piliers gauche et droit. Lors des mêlées, ils entourent le talonneur et constituent la première ligne. Leur rôle principal est de pousser en mêlée et de "déblayer" lors des regroupements ou "ruck" afin de protéger ou de récupérer le ballon aux adversaires. Lors des touches, on voit généralement le talonneur lancer le ballon et les piliers soulever les sauteurs. Mais dans le rugby moderne, il est de moins en moins rares de voir les joueurs de première ligne balle en main, mais surtout plaquer à tour de bras. S'ils font partie des joueurs les plus lourds de l'équipe, leur vitesse et leur technique de passe sont également des atouts. En effet, si certaines équipes préfèrent avoir des piliers vraiment peu joueurs de ballons, avoir des piliers coureurs peut être un gros avantage selon l'équipe que l'on joue.

Le talonneur est désormais souvent considéré comme un quatrième troisième ligne. Plus rapide et explosif, on le voit souvent créer des brèches suites à de terribles charges dans le rideau défensif adverse. Pour jouer talonneur, à n'importe quel niveau, le courage est une valeur primordiale. En effet, avec ses allures de crucifié lors des rentrées en mêlée du fait qu'il doit se lier avec ses deux piliers, droit et gauche, la confiance dans ces derniers est importante. Mais le rôle premier d'un talonneur est, bien évidemment, de talonner le ballon lorsqu'il est introduit dans la mêlée. Ce geste doit être rapide et propre afin que le ballon arrive rapidement dans les pieds du troisième ligne centre, sans déranger le travail des deuxième ligne. Le talonneur est donc souvent un meneur d'hommes qui doit savoir mettre en confiance ses avants. Il n'est donc pas rare que le talonneur soit capitaine de l'équipe.

Quelques piliers : Jason Leonard(ANG), Wilson Whineray(NZ), Os du Randt(AFS), Nicolas Mas(FRA), Jean-Pierre Garuet-Lempirou(FRA),Christian Califano(FRA),Sebastian Bozzi(ARG), Rodrigo Roncero(ARG),Tendai Mtawarira(AFS),Sylvain Marconnet(FRA),Pieter de Villiers(FRA),Martin Castrogiovanni(ITA).

Quelques joueurs au poste de talonneur : Sean Fitzpatrick(NZ), Keith Wood(IRL), John Smit(AFS), Brian Moore (ANG), Anton Oliver (NZ), William Servat(FRA),Keven Mealamu(NZ),Raphaël Ibañez(FRA) Dimitri Szarzewski(FRA),Steve Thompson(ANG),Mario Ledesma(ARG),Rory Best(IRL).

Deuxième ligne (4 et 5)[modifier | modifier le code]

Les deuxième ligne (numéros 4 et 5) sont traditionnellement les plus grands joueurs de l'équipe. Ils participent activement à la poussée lors des mêlées, déblaient dans les regroupements pour protéger ou récupérer le ballon, et sautent généralement en touche. Les cinq de devant représentent la puissance de combat de l'équipe. En effet, si leurs tailles est souvent impressionnante, les deuxièmes lignes sont pour la plupart de véritables forces de la nature. Toutefois, on peut remarquer un jeu différent de la part du N°4, et du N°5. En effet, le numéro 5 est considéré comme un véritable moteur en mêlée, qui se sert de sa puissance pour faire avancer son pack, et on le retrouvera plus souvent en train d'arracher des ballons à l'adversaire que le numéro 4. Ce dernier est plutôt considéré comme un joueur mobile, capable de jouer balle en main, et est donc plus technique que le numéro 5. Toutefois, ces différenciations entre deuxièmes lignes ne sont pas encore extrêmement marquées. Le poste de deuxième ligne est souvent considéré comme un poste ingrat car il est rare de voir un deuxième ligne marquer des essais, ou simplement avoir une balle dans les mains. Pourtant, ces "hommes de l'ombre" sont vraiment essentiels au sein d'une équipe, tant sur le niveau psychologique que physique.

Quelques deuxième ligne : Fabien Pelous(FRA), Colin Meads(NZ), John Eales(AUS), Martin Johnson(ANG), Frik du Preez(AFS), Pascal Papé(FRA),Willie-John McBride(IRL), Malcolm O'Kelly(IRL), Paul O'Connell(IRL), Lionel Nallet(FRA), Ali Williams(NZ),Rimas Alvarez Kairelis(ARG), Bakkies Botha(AFS), Victor Matfield(AFS).

Troisième ligne (6,7 et 8)[modifier | modifier le code]

En troisième ligne, on trouve deux troisième ligne aile et un troisième ligne centre.

Les troisième ligne aile, parfois appelés "flanqueurs" (du verbe flanquer : garder sur les côtés), les numéros 6 et 7, sont des joueurs à la fois puissants et mobiles, très bons plaqueurs pour défendre efficacement sur l'adversaire. La paire de flanqueurs est souvent composée d'un joueur longiligne sauteur en touche et d'un autre, plus costaud, dont le rôle, en plus de plaquer, est de gratter ou de ralentir les sorties de ballon de l'équipe adverse dans les rucks. Le poste de troisième ligne centre est le plus souvent tenu par un joueur d'expérience et de grande taille, possédant assez de recul et d'autorité pour orienter le travail de ses équipiers au cours des mêlées. Les sud-Africains optent généralement pour des 8 rapides et très coureurs, agiles balle en main. Ils préfèrent utiliser un flanqueur surpuissant et un 8 habile. Les autres nations privilégient un 8 extrêmement dense comme Nick Easter actuellement en Angleterre, Louis Picamoles en France ou Jamie Heaslip en Irlande. Le "néo-rugby" privilégiant les joueurs de plus en plus denses, les troisièmes lignes se font souvent remarquer en match par leurs plaquages souvent destructeurs et leurs charges surpuissantes. C'est ainsi que certains joueurs se sont révélés à l'échelle internationale, en raison de leur physique plus que de leur technique. On peut notamment penser à Sebastien Chabal ou Henry Tuilagi, même s'il n'était pas rare de voir, avant l'ère du professionnalisme, un gros contact entre un troisième ligne et un autre joueur malchanceux.

Quelques troisième ligne aile : Francois Pienaar(AFS), Schalk Burger(AFS), John Jeffrey(ÉCO), Neil Back(ANG), Fergus Slattery(IRL), Michael Jones(NZ), Josh Kronfeld(NZ), Richie McCaw(NZ), Graham Mourie(NZ), Jerry Collins(NZ), Éric Champ(FRA), Jean-Pierre Rives(FRA), Serge Betsen(FRA), Olivier Magne, (FRA), Thierry Dusautoir(FRA)

Quelques joueurs ayant évolué au poste de troisième ligne centre : Buck Shelford(NZ), Zinzan Brooke(NZ), Lawrence Dallaglio(ANG), Morne du Plessis(AFS), Walter Spanghero(FRA), Brian Lochore(NZ), Hennie Muller(AFS)Daniel Herrero(FRA)Abdelatif Benazzi(FRA), Imanol Harinordoquy(FRA), Sébastien Chabal(FRA), Sergio Parisse(ITA), Louis Picamoles(FRA).

Les arrières[modifier | modifier le code]

Demi de mêlée (9)[modifier | modifier le code]

Le demi de mêlée (numéro 9) anime le jeu : c'est généralement lui qui récupère le ballon en sortie de touche, de mêlée ou de regroupement. Il choisit de jouer à droite ou à gauche vers ses arrières, de passer le ballon à l'un des avants pour tenter d'avancer en percussion au ras du regroupement, ou, plus rarement, de taper au pied au-dessus de la défense adverse. Il introduit également le ballon dans la mêlée. Agile et vif, il est capable de faire des passes rapides et précises afin de dynamiser le jeu.

Quelques joueurs à ce poste : Jérôme Gallion(FRA), Dimitri Yachvili(FRA), Byron Kelleher(NZ) , Pierre Mignoni(FRA), Danie Craven(AFS), Joost van der Westhuizen(AFS), Nick Farr-Jones(AUS), George Gregan(AUS), Jacques Fouroux(FRA), Fabien Galthié(FRA), Pierre Berbizier(FRA),Jean-Baptiste Élissalde(FRA), Gareth Edwards(GAL), Michael Philips(GAL),Justin Marshall(NZ), Sid Going(NZ),Agustin Pichot(ARG), Piri Weepu(NZ), Morgan Parra(FRA).

Demi d'ouverture (10)[modifier | modifier le code]

Le demi d'ouverture (ou ouvreur, numéro 10) dirige le jeu : le plus souvent, suite à un regroupement, une mêlée ou une touche, il reçoit le ballon de la part du demi de mêlée et, grâce à sa position plus reculée, possède une meilleure vision du jeu qui lui permet de choisir comment utiliser ce ballon. C'est à lui de décider s'il tape au pied, porte le ballon ou le passe. Il possède généralement un bon jeu au pied qui lui permet de trouver des touches ou de mettre en difficulté l'adversaire, mais ce n'est pas toujours lui qui tape les pénalités et transformations dans une équipe. La transmission 9-10 (mêlée-ouverture) est souvent la clé du bon fonctionnement d'une équipe. Ces numéros 9 et 10 forment ce qu'on appelle la charnière.

Quelques demis d'ouverture : Fred Allen(NZ), Phil Bennett(GAL), Naas Botha(AFS), Mark Ella(AUS), Barry John(GAL), Diego Dominguez(ITA), Jack Kyle(IRL), Michael Lynagh(AUS), Ian McGeechan(ECO), Cliff Morgan(GAL), Bennie Osler(AFS), Hugo Porta(ARG), Jonny Wilkinson(ANG), Stephen Larkham(AUS), Carlos Spencer(NZ), Grant Fox(NZ), Thierry Lacroix(FRA),Christophe Lamaison(FRA),Ronan O'Gara(IRL),Jonathan Sexton(IRL),Gonzalo Quesada( ARG),Daniel Carter(NZ), Francois Trinh-Duc (FRA),Frédéric Michalak(FRA).

Trois-quarts centre (12 et 13)[modifier | modifier le code]

Les centres (12 et 13) : premier et deuxième centres, en fonction de leur proximité avec l'ouvreur, ils essaient de perforer la défense adverse en combinant technique, rapidité et puissance, ou de fixer leurs adversaires pour servir les trois-quarts aile. Le premier centre peut également, s'il est performant au pied, agir comme un second ouvreur. Le second centre est généralement un peu plus rapide et moins puissant ; il fait la transition avec les ailiers.

Quelques exemples de joueurs évoluant au centre  : Jo Maso(FRA), Brian O'Driscoll(IRL), Danie Gerber(AFS), Tana Umaga(NZ), Mike Gibson(IRL), Tim Horan(AUS), Adam Ashley-Cooper(AUS), André Boniface(FRA),Guy Boniface(FRA), Gonzalo Canale(ITA),Ma'a Nonu(NZ), Éric Bonneval(FRA),Philippe Sella(FRA), Émile Ntamack(FRA), Damien Traille(FRA), Mathieu Bastareaud(FRA), Maxime Mermoz(FRA),David Marty(FRA) Yann David(FRA) Lionel Keller(thann)...

Trois-quarts aile ou ailiers (11 et 14)[modifier | modifier le code]

Les ailiers gauche (11) et droit (14) sont en bout de ligne d'attaque. Ils sont souvent d'un gabarit plus petit, leur vitesse doit leur permettre de contourner la défense adverse. Ce sont aussi des finisseurs, généralement les meilleurs marqueurs d'essais. En défense, ils constituent le troisième rideau et aident l'"arrière" à contre-attaquer. Depuis le phénomène Jonah Lomu, il arrive qu'un joueur de grand gabarit (de plus d'1m90 et d'environ 100kg)mais ayant tout de même une bonne vitesse, soit positionné au poste d'ailier.

Quelques ailiers : Jonah Lomu(NZ), David Campese(AUS), Gerald Davies(GAL), Bryan Habana(AFS), John Kirwan(NZ),Rory Underwood(ANG)Jean Prat(FRA), Philippe Saint-André(FRA),Patrice Lagisquet(FRA),Philippe Bernat-Salles(FRA),Christophe Dominici(FRA), Vincent Clerc(FRA),Aurelien Rougerie(FRA),Shane Williams(GAL),Sitiveni Sivivatu(NZ), Joe Rokocoko(NZ),Hugo Bonneval(FRA).

Arrière (15)[modifier | modifier le code]

L'arrière (15) doit allier des capacités de défenseur à celles d'attaquant. En défense, il est le dernier rempart avant la ligne d'en-but et reste souvent en retrait pour réceptionner les ballons frappés au pied par l'équipe adverse et contre-attaquer. En attaque, il peut apporter sa contribution à l'offensive de son équipe en amenant le surnombre entre les trois-quarts : on dit alors qu'il s'intercale.

Quelques arrières : Christian Cullen(NZ), Don Clarke, George Nepia(NZ), JPR Williams(GAL), Gavin Hastings(ÉCO), Andy Irvine(ECO), Serge Blanco(FRA), Pierre Villepreux(FRA),Jean-Baptiste Lafond(FRA), Thierry Ruet(FRA),Clement Poitrenaud(FRA),Jason Robinson(ANG), André Joubert(AFS),Percy Montgomery(AFS),Leigh Halfpenny(GAL),Juan Martín Hernández(ARG).

À noter[modifier | modifier le code]

Les dénominations « demis » et « trois-quarts » viennent de la division originelle du terrain en huit lignes : les avants constituaient les trois premières lignes, les « demis » constituaient les quatrième et cinquième d'où la notion de demi (4/8), puis venaient les « trois-quarts » (6/8), et enfin l'arrière (quatrième quart, ou « quart arrière », cf. quarterback).

Les résultats d'une équipe dépendent souvent des performances des joueurs qui en composent la colonne vertébrale (on parle de postes clés), c’est-à-dire l'axe central 2-8-9-10-15.

Liens externes[modifier | modifier le code]