Complexe volcanique d'Alligator Lake

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

60° 25′ 00″ N 135° 25′ 00″ O / 60.41666667, -135.41666667

Complexe volcanique d'Alligator Lake
Image satellite du complexe volcanique d'Alligator Lake visible dans le centre de l'image (tâches brunes) non loin du lac Alligator.
Image satellite du complexe volcanique d'Alligator Lake visible dans le centre de l'image (tâches brunes) non loin du lac Alligator.
Géographie
Altitude 2 217 m
Massif Chaîne Côtière
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Territoire Yukon
Géologie
Âge Pléistocène
Roches Basalte

Le complexe volcanique d'Alligator Lake, en anglais Alligator Lake Volcanic Complex, est une région volcanique du Canada située dans le Yukon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Le complexe volcanique d'Alligator Lake est situé dans le nord-ouest du Canada, dans le sud-ouest du Yukon, au sud-ouest de sa capitale Whitehorse. Il fait partie de la chaîne Côtière et culmine à 2 217 mètres d'altitude[1].

Il est voisin du lac Alligator situé au sud-est et dont il a reçu le nom.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le complexe volcanique d'Alligator Lake se présente sous la forme de deux cônes volcaniques basaltiques ayant émis des coulées de lave et recouvrant un petit stratovolcan[1]. Les deux cônes volcaniques ont émis chacun une coulée de lave basaltique à basanitique contenant des phénocristaux d'olivine, de pyroxène et de spinelle ainsi que des lherzolites à spinelle et des xénolithes granitoïdes[1]. Ces coulées émises dans un laps de temps rapproché ont progressé vers le nord jusqu'à dix kilomètres de longueur pour le cône situé au nord-ouest[1].

Miles Canyon Basalts[modifier | modifier le code]

Le site de Miles Canyon Basalts est situé dans le nord-est du complexe, sur le cours du Yukon, à quelques kilomètres au sud de Whitehorse[2]. Il s'agit d'une gorge du fleuve Yukon qui a entaillé une coulée de lave basaltique émise il y a environ 8,5 millions d'années depuis une ancienne bouche éruptive située environ huit kilomètres plus au sud[3]. L'érosion fluviale a dégagé les dix premiers mètres des orgues composant cette coulée de 110 mètres d'épaisseur[3].

Les rapides formés par cette gorge ont constitué un obstacle pour la communication dans la vallée en provoquant notamment de nombreux naufrages d'embarcations qui ont fait des morts[2]. Le seul moyen de les franchir, que ce soit pour les Amérindiens ou les Européens, était d'emprunter un chemin de portage longeant le fleuve[2]. En 1959, la construction d'une centrale hydro-électrique juste en aval a relevé le niveau de l'eau de dix mètres au niveau de la gorge, noyant les rapides[2],[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) « Alligator Lake », Global Volcanism Program (consulté le 23 mai 2011)
  2. a, b, c et d (en) « From Trail to Tramway - The Archaeology of Canyon City », Government of Yukon (consulté le 6 juin 2011)
  3. a, b et c (en) « Miles Canyon Basalts », yukoninfo.com (consulté le 6 juin 2011)