Complexe de Nusantao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le complexe de Nusantao est un réseau de commerce et de communications maritime apparu dans la région Asie-Pacifique durant sa période néolithique. Ce concept a été suggéré par l'anthropologiste américain Wilhelm Solheim en 1964, pour essayer d'expliquer la diffusion de certains traits culturels dans l'ensemble de la région d'une manière qui ne semblait pas correspondre aux projections de la théorie des migrations. Il s'agit aujourd'hui d'une des théories dominantes pour expliquer les débuts du peuplement de l'Asie du Sud-Est.

Solheim suggère que « [si ces] éléments culturels avaient été diffusés par les migrations, cette diffusion aurait présenté une direction particulière. » Il suggère que puisque la diffusion culturelle dans la région Asie-Pacifique se déroule dans toutes les directions, il est probable qu'elle s'est produite par l'intermédiaire de réseaux commerciaux plutôt que par une série de migrations.

Dans l'hypothèse de Solheim, le peuple qui a constitué ce réseau commercial est appelé « Nusantao ».

Je définis maintenant les Nusantao comme des indigènes d'Asie du Sud-Est et leurs descendants, avec dès leurs débuts une culture tournée vers la mer, ces débuts ayant probablement eu lieu dans le sud-est de l'Asie du Sud-Est insulaire vers 5000 ans avant notre ère, ou peut-être plus tôt.
La plupart des Nusantao parlaient probablement une langue pré-austronésienne ou apparentée, mais il y en avait sans doute aussi qui parlaient des langues non austronésiennes… Je n'ai pas considéré les locuteurs austronésiens non-maritimes comme des Nusantao[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « I now define Nusantao as natives of Southeast Asia, and their descendants, with a maritime-oriented culture from their beginnings, these beginnings probably in southeastern Island Southeast Asia around 5000 BC or possibly earlier. Most of the Nusantao probably spoke a related or pre-Austronesian language, but there were likely some who spoke a non-Austronesian language as well... I did not consider non-maritime Austronesian-speakers as Nusantao. »
    (en) Wilhelm G. Solheim, Archaeology and Culture in Southeast Asia: Unraveling the Nusantao, Diliman, Quezon City, University of the Philippines Press,‎ 2006 (ISBN 971-542-508-9), p. 316

Voir aussi[modifier | modifier le code]