Compagnie Océane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Compagnie Océane

alt=Description de l'image Oceane.png.
Création 2008
Slogan Les îles du Morbihan
Siège social Drapeau de France Lorient (France)
Activité Transports maritimes et logistiques
Société mère Veolia Transdev
Sociétés sœurs SNCM CTM TiM Kicéo
Effectif 250 personnes
Site web http://www.compagnie-oceane.fr/

La Compagnie Océane est une société de transport maritime du Morbihan, filiale de la multinationale Transdev (ex-"Veolia Transport"), dont 50% du capital est détenu par Veolia Environnement et 50% par la Caisse des dépôts et consignations. Elle a été créée à la suite de la décision du 27 novembre 2007 du Conseil général du Morbihan d'attribuer à Veolia Transport les liaisons maritimes entre Quiberon (Port Maria) et les îles de Houat, Hoëdic, et Belle-Île, ainsi que la liaison entre Lorient et l'île de Groix. La Compagnie Océane transporte chaque année environ 1 600 000 passagers, ce qui représente, après les liaisons Corse - continent, un des plus gros trafic maritime de passagers en France[1].

Elle a repris l'exploitation de ces lignes le 1er janvier 2008, faisant suite à la Société Morbihannaise de Navigation. Cette dernière a attaqué en Justice ce contrat de délégation de service public signé par le Conseil Général du Morbihan. Le contrat entre Veolia Transport et le Conseil Général du Morbihan a une durée de 7 ans, du 1er janvier 2008 au 1er janvier 2015. Veolia Transport prévoit un chiffre d'affaires total sur 7 ans de 143 millions d'euros. Le contrat inclut la construction d'un nouveau ferry et d'une vedette rapide.  Une nouvelle délégation de service public (DSP) au profit de la compagnie Océane a été voté le 18 novembre 2014 [2], malgré une importante opposition des populations (lire critiques plus bas). Le nouveau contrat a été signé, malgré sept années d'importants déficits d'exploitation et pour six nouvelles années, du 1er janvier 2015 au 1er janvier 2020.

Lignes régulières[modifier | modifier le code]

Flotte[modifier | modifier le code]

Les navires appartiennent au Conseil Général du Morbihan qui les met au service de la Compagnie Océane. Ils ont été pour la plupart déjà exploités par la Société Morbihannaise de Navigation, sauf le Kerdonis, le Melvan et l’Île de Groix qui ont été livrés après le 1er janvier 2008.

Entre Quiberon et Belle-Île-en-Mer[modifier | modifier le code]

Vindilis[modifier | modifier le code]

Roulier construit en 1998.

Il emporte 462 passagers, 39 véhicules, vitesse de croisière de 12,5 nœuds.

Longueur 48 m, largeur 12,5 m.

Bangor[modifier | modifier le code]

Roulier construit en 2006.

Emporte 450 passagers, 32 véhicules, vitesse de croisière de 12 nœuds.

Longueur 46 m, largeur 12 m.

Kerdonis[modifier | modifier le code]

Vedette rapide construite en 2010.

Emporte 295 passagers, vitesse de croisière de 20 nœuds.

Longueur 30,75 m, largeur 7,90 m.

Il remplace le Locmaria 56 sur le trajet, bateau de caractéristiques équivalentes, celui-ci ayant été vendu à la collectivité territoriale de Saint-Pierre-et-Miquelon [3]. Pour des raisons économiques dues à sa consommation en combustible.

Acadie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Acadie (ferry) .

Roulier construit en 1971, il a une capacité de 600 passagers et 20 véhicules. Il est retiré du service régulier en 2006. Ce navire sert désormais en cas d'avarie du Saint Tudy ou de l'Île de Groix sur la liaison Lorient–Groix.

Ancien navires opérant la liaison Quiberon - Belle-Île[modifier | modifier le code]

À l'époque où cette liaison n’était pas opérée par la Compagnie Océane mais par la SMN (Société morbiannaise de navigation), c'était le Guerveur, le Belle-Isle et parfois le Jean-Pierre Calloch en plus de l’Acadie qui assuraient la traversée. Le Guerveur est passé au statut de « remplaçant » en 1998 à la suite de l'arrivée du Vindilis ; il a depuis été vendu et transformé en bateau de réception privé.

Galerie[modifier | modifier le code]

Entre Quiberon et les îles de Houat et Hoëdic[modifier | modifier le code]

Durée de traversée entre Quiberon et Houat : entre 40 et 45 minutes.

Durée de traversée entre Quiberon et Hoëdic : entre 55 et 70 minutes.

Melvan[modifier | modifier le code]

Vedette rapide construite en 2010.

234 passagers, vitesse de croisière de 16,5 nœuds.

Longueur 31 m.

Dravanteg[modifier | modifier le code]

Vedette rapide construite en 1991.

182 passagers, vitesse de croisière de 18 nœuds.

Longueur 25,50 m.

Enez Edig[modifier | modifier le code]

Vedette rapide, capacité de 250 passagers, vitesse de croisière de 15 nœuds.

Galerie[modifier | modifier le code]

Entre Lorient et l'île de Groix[modifier | modifier le code]

Durée de la traversée: entre 45 et 50 minutes.

Saint Tudy[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saint Tudy (navire).

Roulier construit en 1985, il va être entièrement remotorisé fin 2011 pour pouvoir continuer son service au moins jusqu'en 2015[4].

Capacité: 440 passagers, 20 véhicules, vitesse de croisière de 12 nœuds.

Île de Groix[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Île de Groix (navire).

Roulier construit en 2008. En basse saison (octobre-mars), il sert sur la liaison Quiberon - Le Palais (Belle-Île-en-Mer) en cas d'avarie du Vindilis ou du Bangor.

450 passagers, 32 véhicules, vitesse de croisière de 12 nœuds.

Galerie[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Les habitants de Belle-Île, Groix, Hœdic et Houat contestent à l'automne 2014 l'augmentation des tarifs des traversées ainsi que la diminution du nombre de rotations[5]. En effet, le Conseil Général du Morbihan sous la présidence de François Goulard, a programmé l’asphyxie économique, sociale et touristique des quatre îles (Belle-île, Groix, Houat et Hoëdic). Une nouvelle délégation de service public (DSP) au profit de la compagnie Océane a été voté le 18 novembre 2014 [6], malgré une importante opposition des populations des quatre îles du large, des sympathisants, résidents secondaires, vacanciers, enfants d'îliens et deux mois de manifestations et d'actions. La vie quotidienne de milliers de personnes risque d’être affectée, voire remise en cause par ce prochain choix, bien au-delà de la simple question tarifaire des liaisons maritimes avec le continent. Malgré la mise à disposition de navires, la Compagnie Océane n'a connu aucun exercice bénéficiaire depuis 2008[7], alors que la précédente exploitation par la Société morbihannaise de navigation[8] avait clôturé son dernier exercice par un résultat excédentaire. Cette situation doit être rapprochée de celle de la Société Nationale Maritime Corse Méditerranée (SNCM) qui est au bord du dépôt de bilan[9]. C'est d'ailleurs, le même François Goulard, à l'époque Secrétaire d’État aux Transports et à la mer sous le troisième gouvernement de Jean-Pierre Raffarin qui avait initié le processus de privatisation de la SNCM[10]. Les deux principaux actionnaires de cette dernière compagnie sont également la société de transports publics Veolia Transdev (66 % du capital) et l'État français (25 %). Les notions de service public, de spécificité insulaire dans les îles du Morbihan sont aussi mises à mal dans ce contexte tendu.[non neutre]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Veolia Transport obtient la desserte maritime des îles du Morbihan
  2. « Vote caricatural, pression de groupe et déni de démocratie », sur Le kiosque jaune,‎ 26 novembre 2014 (consulté le 26 novembre 2014)
  3. Un nouveau navire pour la Compagnie Océane
  4. Au creux de l'hiver, le Saint-Tudy assurera seul la desserte de l'île de Groix
  5. Lettre ouverte aux conseillers généraux du Morbihan par le Collectif citoyen de Groix
  6. « Vote caricatural, pression de groupe et déni de démocratie », sur Le kiosque jaune,‎ 26 novembre 2014 (consulté le 26 novembre 2014)
  7. « Iles du Morbihan. La Compagnie Océane candidate à sa succession », sur Ouest-France,‎ 26 novembre 2014 (consulté le 26 novembre 2014)
  8. « Présentation de la Société Nantaise et Morbihannaise de Navigation », sur www.marine-marchande.net,‎ 26 novembre 2014 (consulté le 26 novembre 2014)
  9. « SNCM : chronique d’un dépôt de bilan annoncé », sur http://www.lemonde.fr,‎ 26 novembre 2014 (consulté le 26 novembre 2014)
  10. « La SNCM poussée vers la privatisation », sur Le kiosque jaune,‎ 26 novembre 2014 (consulté le 26 novembre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]