Commune des travailleurs d'Estonie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Commune des travailleurs d'Estonie
Eesti Töörahva Kommuun et

19181919

Drapeau
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Localisation de l'Estonie

Informations générales
Statut République socialiste
Capitale Narva
Langue Estonien, Russe
Monnaie Rouble russe
Histoire et événements
29 novembre 1918 Création
5 juin 1919 Dissolution

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La Commune des travailleurs d'Estonie (estonien : Eesti Töörahva Kommuun, anciennement Eesti Töörahwa Kommuuna, russe : Эстляндская трудовая коммуна, ЭТК) (ETK) fut un gouvernement non reconnu revendiquant les parties de la République d'Estonie occupées par les Bolcheviques comme étant ses territoires pendant la Guerre d'indépendance estonienne et la Guerre civile russe. Le but principal de cette entité était de donner l'impression d'une guerre civile estonienne afin de cacher l'agression de la Russie soviétique[1].

La Commune fut établie à Narva le 29 novembre 1918, le lendemain de sa conquête par l'Armée rouge et présidé par Jaan Anvelt pour la durée de son existence.

L'offensive russe fut initialement un succès et atteignit la région à 34 kilomètres de Tallinn. Cependant, la Force populaire estonienne (Rahvavägi) dirigée par le commandant-en-chef Johan Laidoner commença une contre-offensive le 7 janvier 1919, avec l'aide militaire internationale–principalement de l'Empire britannique, les unités de l'Armée rouge furent repoussée. Après son expulsion d'Estonie, l'ETK revendiqua un gouvernement en exil tout d'abord à Pskov, puis à Luga et à partir du 17 mai 1919 à Staraya Russa.

La législature était le Soviet.

Reconnaissance internationale[modifier | modifier le code]

La République soviétique fédérative socialiste de Russie reconnut formellement l'ETK le 7 décembre 1918 et demeura le seul gouvernement à le faire[2]. Cependant, à ce moment-là, la Russie bolcheviste n'était elle-même pas internationallement reconnue ; un des premiers traités internationaux reconnaissant le gouvernement bolcheviste de la Russie comme étant légitime fut le Traité de Tartu qui en 1920 conclut la guerre d'indépendance de l'Estonie.

Massacres[modifier | modifier le code]

Le régime commit des massacres à Rakvere et Tartu, parmi les victimes les plus connues de ces actions figurent l'évêque Platon, le prêtre Sergei Florinski et le pasteur Traugott Hahn.

Membres du Soviet de la Commune des travailleurs d'Estonie[modifier | modifier le code]

Les autorités soviétiques les exécutèrent pour la plupart lors des Grandes Purges.

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eesti ajalugu, a textbook for grade 11 by Küllo Arjakas, Mati Laur, Tõnis Lukas and Ain Mäesalu; Koolibri, Tallinn 1991; p. 261
  2. Eesti ajalugu, a textbook for grade 11 by Küllo Arjakas, Mati Laur, Tõnis Lukas and Ain Mäesalu; Koolibri, Tallinn 1991; p. 263

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]