Communauté somalienne de Finlande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La communauté somalienne de Finlande est une des principales minorité ethnique en Finlande. C'est de loin la principale minorité non européenne et le principal groupe de demandeurs d'asile.

Les premiers somaliens sont arrivés en Finlande au moment de l'effondrement de l'URSS. Entre mai 1990 et février 1991 pas moins de 1 800 somaliens auparavant établis en URSS choisissent de demander l'asile politique à la Finlande[1]. Les années suivantes voient arriver des somaliens fuyant la Guerre civile somalienne et une situation qui s'aggrave dans leur pays après la chute de Siad Barre, notamment via des dispositifs de regroupement familial.

À cette époque, la Finlande connaît la pire crise économique subie par un pays de l'OCDE après la seconde Guerre mondiale, ce qui rend très difficile l'intégration des nouveaux arrivants sur un marché du travail en situation catastrophique.

Aujourd'hui, la Finlande compte 8 990 personnes parlant le somali comme langue maternelle, dont 4 623 qui conservent la nationalité somalienne[2].

Malgré l'amélioration de la situation économique, l'intégration de ces somaliens reste très difficile. Peu qualifiés et subissant le racisme d'une partie de la population, 53 % des personnes en âge de travailler sont au chômage, un chiffre excédé uniquement pour les communautés irakiennes et afghanes arrivées beaucoup plus récemment (au 30 avril 2007)[3].

Malgré l'activisme de certains membres de la communauté, la représentation politique reste faible et se limite à quelques conseillers municipaux dans les grandes villes. Lors des élections législatives de 2007, Zahra Abdulla, conseillère municipale d'Helsinki, a manqué l'élection au parlement de quelques dizaines de voix (la télévision nationale ayant même par erreur annoncé son élection au cours du dépouillement).

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]