Communauté de l'Agneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Communauté de l'Agneau est une association de fidèles catholique d'origine française. Elle est constituée des Petites Sœurs de l'Agneau (reconnues en 1983) et des Petits Frères de l'Agneau (reconnus en 1990)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En septembre 1975 pendant une nuit d'adoration à la Basilique de Vézelay, trois dominicaines enseignantes perçoivent un appel de « Jésus Agneau » à le suivre dans la pauvreté absolue, sans exercer de travail rémunéré, s'abandonnant à la Providence, pour se consacrer entièrement à l'évangélisation. La communauté est fondée par Petite Sœur Marie, o.p. et Frère Jean-Claude, o.f.m.[1].

Cette communauté des Petites Sœurs de l'Agneau, a été érigée le 6 février 1983 par Mgr Jean Chabbert, franciscain, alors évêque de Perpignan. Elle a été reconnue en 1983 par le maître de l'ordre dominicain. Depuis 1996, elle est placée sous la responsabilité du cardinal Christoph Schönborn, archevêque de Vienne (Autriche) et dominicain[1].

En 2012, la communauté compte environ cent-cinquante religieuses et une trentaine de religieux, disséminés en une douzaine de maisons. La Communauté a un statut d'association de fidèles et est en voie de devenir une congrégation.

Présentation[modifier | modifier le code]

Ses membres vont trois par trois, au hasard du porte à porte, avec l'humilité de leur condition de mendiant(e), dans tous les milieux, principalement vers les pauvres. Elles, qui ont choisi leur condition, soulignent leur proximité intime des plus démunis qui n'ont pas choisi la leur.

La devise de la communauté est « Blessé, je ne cesserai jamais d'aimer »[1].

Les frères et sœurs portent une tenue bleue, un scapulaire de la même couleur, le rosaire a la ceinture, pour les sœurs un voile bleu noué simplement, avec une croix en bois, ou après les vœux perpétuels un médaillon en bois où se trouve sculpté un agneau portant un crucifix.

En aval de la communauté, il existe également des fraternités de laïcs, de jeunes et de prêtres diocésains vivant dans leur quotidien le propos de vie de la communauté.

Maisons[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Famille chrétienne n°1823-1824, 22 décembre au 4 janvier 2011, pp.26-28

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]