Communauté de communes du pays de Fontainebleau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Communauté de communes du Pays de Fontainebleau
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Seine-et-Marne
Forme d'intercommunalité Communauté de communes
Siège 44, rue du Château, Fontainebleau
Communes 5
Président Frédéric Valletoux
Date de création 26 décembre 2000
Code SIREN 247 700 123
Démographie
Population 34 599 hab. (2010)
Densité 171 hab./km2
Géographie
Superficie 202,82 km2
Liens
Site web http://www.pays-fontainebleau.fr/

La communauté de communes du Pays de Fontainebleau est une structure intercommunale française, située dans le département de Seine-et-Marne en région Île-de-France.

Historique[modifier | modifier le code]

Créée le 28 décembre 2000 [1], la communauté de communes du pays de Fontainebleau se substitue au District Urbain de l’agglomération de Fontainebleau-Avon (D.A.F.A.) créé le 17 novembre 1960, 2e district de France après celui de Montargis, pour exercer sur le territoire de ces deux communes les compétences assainissement, politique foncière, ordures ménagères et implantation d’établissements d’enseignement.

Il s’agissait déjà en 1960 de résoudre les difficultés conjointes par une mise en commun de moyens : « la création du district urbain ne porterait aucunement atteinte à l’autonomie des communes le constituant, mais faciliterait la solution de nombreux problèmes communs qui se posent à elles, par exemple : l’adduction d’eau, l’enlèvement des ordures ménagères, l’assainissement, l’usine d’épuration, les constructions scolaires, la voirie, l’éclairage, le logement, l’urbanisme, le développement touristique, etc. [2]».

Par la suite les compétences districales ont été étendues en matière d’urbanisme (1995), au logement (1997) à la voirie communautaire et au développement économique (2000) avant que, en application des dispositions de la Loi relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale (dite Loi Chevênement) de 1999, le District ne soit transformé en une communauté de communes par arrêté préfectoral du 28 décembre 2000.

Les statuts ont été révisé en 2005, afin de les clarifier et d'éviter que certaines actions de la communauté ne puissent être contestées. Hormis la compétence « tourisme », les modifications n’entraînent aucun transfert de charges, ni de personnel des communes vers la C.C.P.F.

Après une période de difficultés institutionnelles, au cours de laquelle les 12 représentants de Fontainebleau et les 12 représentants d'Avon votaient en sens différents, amenant en 2008 l'élection du président de la communauté au bénéfice de l'âge[3], la communauté a décidé de s'ouvrir à d'autres collectivités. C'est ainsi que Recloses a adhéré à la communauté en juin 2010[4], [5].

Le processus d'adhésion de Bourron-Marlotte a été engagé en 2010 et devrait aboutir pour prendre effet au 1er janvier 2011[6], [7]. Toutefois, par ordonnance de référé du Tribunal administratif de Melun du 26 octobre 2010, l'exécution de l'arrêté préfectoral approuvant l'adhésion de Recloses à la communauté a été suspendu, la procédure suivie devant le conseil municipal de cette commune pour demander son adhésion ayant été jugée irrégulière[8], [9].

Territoire communautaire[modifier | modifier le code]

Au regroupement inital des 2 communes de Fontainebleau et Avonse sont ajoutées :

Géographie[modifier | modifier le code]

Composition[modifier | modifier le code]

Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Fontainebleau (siège) 77186 Bellifontains 172,05 14 908 (2012) 87
Avon 77014 Avonnais 3,83 14 151 (2012) 3 695
Bourron-Marlotte 77048 Bourronais-Marlottins 11,26 2 647 (2012) 235
Recloses 77386 Reclosiots 9,35 699 (2012) 75
Samois-sur-Seine 77441 Samoisiens 6,33 2 098 (2012) 331

Administration[modifier | modifier le code]

Siège[modifier | modifier le code]

Le siège de l'intercommunalité est 44 rue du Château à Fontainebleau.

Élus[modifier | modifier le code]

La Communauté est administrée par un Conseil communautaire dont les membres représentent, élus à la représentation proportionnelle au sein de chacune des communes membres, selon les règles suivantes :

    • communes de moins de 2500 habitants : 4 délégués
    • communes de 2501 à 5000 habitants : 6 délégués
    • communes de 5001 à 10 000 habitants : 9 délégués
    • communes de plus de 10 000 habitants : 12 délégués
  • Nombre total de délégués: 38
  • Soit en moyenne: 1 délégué pour 910 habitants

Le Conseil communautaire du 7 avril 2014 a réélu son président, Frédéric Valletoux, maire de Fontainebleau, ainsi que ses hui vice-présidents, qui sont :

  1. Catherine Triolet, maire de Recloses ;
  2. Jean-Pierre Joubert, maire de Bourron-Marlotte ;
  3. Marie-Charlotte Nouhaud, maire d'Avon ;
  4. Didier Maus, maire de Samois-sur-Seine ;
  5. Béatrice Rucheton ;
  6. Geneviève Machery ;
  7. François Roy ;
  8. Chrystel Sombret[10].

Liste des présidents successifs[modifier | modifier le code]

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008[3] septembre 2010[11] Odette Hugot UMP Maire-adjointe de Fontainebleau
Démissionnaire
septembre 2010[12] en cours
(au 9 janvier 2015)
Frédéric Valletoux UMP Journaliste
maire de Fontainebleau
Réélu pour le mandat 2014-2020[10].

Compétences[modifier | modifier le code]

La communauté de communes de Fontainebleau-Avon dispose de compétences propres, prévues par le Code général des collectivités territoriales[13] et qui lui ont été déléguées par les communes membres.

En effet, ces compétences transférées ne peuvent être exercées que par l'intercommunalité, les communes en étant définitivement désaisies[14].

Concernant la C.C.P.F., il s'agit des compétences suivantes[15] :

  • Aménagement de l’espace : SCOT, révision des POS/PLU,
  • Gestion des services de transports publics urbains,
  • Action de développement économique portant sur la promotion, l’information et la coordination,
  • Études de la zone d’activité sur 90 ha de terrains militaires,
  • Gestion d’une usine d’épuration des eaux usées, travaux d’adduction d’eau potable, gestion des services d’assainissement et de distribution d’eau potable, élimination et valorisation des déchets ménagers et assimilés,
  • Aménagement et gestion de parcs à autos aux abords de la gare S.N.C.F.,
  • Aménagement des abords de la gare S.N.C.F.
  • Aménagement et entretien de la voirie communautaire, celle-ci étant limitativement définie (liste des voies concernées : avenue Franklin Roosevelt de la place Patton à la gare routière ; rue et place de la Petite Vitesse ; avenue du Maréchal de Villars et rue Gambetta),
  • Poursuite d’une politique cohérente de l’habitat, définition des objectifs et programmes de logement social, garanties d’emprunt dans le cadre de la politique du logement social, mise en commun des contingents de logement,
  • Participation à la construction, et à la gestion d’un centre nautique sur les berges de Seine, gestion d’une piscine et son extension,
  • Sont également citées trois compétences anciennement spécifiques au District précédent : lutte contre l’incendie et secours, service de logement et installation d’un réémetteur de télévision.

L’ensemble des recettes et dépenses liées à ces activités doit figurer au budget communautaire, les contrats et personnels nécessaires à leur mise en œuvre doivent avoir été transférés par les villes à la structure intercommunale[16]. Les biens, notamment immobiliers, sont mis à disposition par les communes propriétaires au bénéfice de l'intercommunalité.

C’est en raison de cette obligation de transférer les moyens nécessaires à l’exercice des compétences, que la commission locale chargée d'évaluer les transferts de charges[17] (CLETC) a été réunie à la fin de l’année 2003 afin d’évaluer le coût des transferts opérés depuis le 1er janvier 2001 et leur répercussion sur le reversement de l’attribution de compensation. Les communes de Fontainebleau et d’Avon ont à ce titre transféré à la C.C.P.F. leurs O.P.A.H. (Opération Programmée d’Amélioration de l’Habitat) ainsi que la gestion et l’entretien de la voirie devenue communautaire.

C’est à ce titre également que la C.C.P.F. a décidé d’accorder à plusieurs reprises sa garantie d’emprunt pour la réalisation de logement, que des travaux d’assainissement ont pu être décidés et menés de même que ceux nécessaires à la mise aux normes de la piscine.

C’est enfin sur ce fondement que la Conseil Communautaire a décidé de verser une subvention à l’Office de Tourisme, ce dernier menant une action de développement économique.

C’est à ce titre que les trois assemblées locales ont reconnu en 2004 la compétence communautaire pour l’aménagement, l’entretien et la gestion de la zone dite « du Bréau » pour la réalisation d’un hôpital, de logements et équipements. Il en va autrement de certaines compétences qui peuvent être potentiellement exercées par la C.C.F.A, mais à la condition expresse qu’elles soient reconnues d’intérêt communautaire par les Conseils Municipaux des communes membres selon la règle de la majorité qualifiée (Art L.5214-16-IV du Code Général des Collectivités Territoriales), ce qui dans le cas de la C.C.P.F. exige, l’accord de ces deux assemblées.

C’est le cas :

  • des zones d’aménagement concerté (ZAC) qualifiées d’intérêt communautaire,
  • de l’aménagement, de l’entretien et de la gestion de zones d’activité d’intérêt communautaire,
  • des études d’urbanisme à caractère communautaire.

Dans ce deuxième domaine d’activité, la C.C.P.F. n’exerce une compétence que si les communes décident de la lui confier. Il s’agit donc d’un domaine résiduel, maîtrisé par les conseils municipaux.

Alors que l’intérêt communautaire de tel ou tel projet pouvait jusqu’à présent être défini au « coup par coup », la loi du 13 août 2004 « libertés et responsabilités locales » (article 164) modifiée exige désormais que la notion d’intérêt communautaire soit définie et caractérisée au plus tard le 13 août 2006. À défaut, la communauté exercera alors l’intégralité des compétences visées.

Par conséquent, il conviendra de fixer à brève échéance les critères permettant de qualifier une opération « d’intérêt communautaire », comme nous y invite également la Chambre Régionale des Comptes dans les observations rendues publiques le 5 octobre dernier.

Régime fiscal et budget[modifier | modifier le code]

Projets et réalisations[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Statuts en date du 12/03/2013, mise à jour: avril 2013 », sur http://www.iau-idf.fr,‎ 2013 (consulté en 07/2013)
  2. Extrait de la délibération du conseil municipal de Fontainebleau en date du 5 octobre 1960
  3. a et b Philippe Douai, « La Communauté de Communes de Fontainebleau Avon a élu son Président le jeudi 15 mai 2008. », sur http://fontainebleau.evous.fr/,‎ 14 juin 2008 (consulté le 9 janvier 2014)
  4. [PDF] « Arrêté préfectoral n°2010/SPF/CL N°21 du 10 juin 2010, portant adhésion de Recloses à la communauté de communes Fontainebleau-Avon », Recueil des actes administratifs de la préfecture de Seine-et-Marne, no 24,‎ 15 juin 2010, p. 11-12 (lire en ligne)
  5. « La communauté de communes s’élargit : Après 50 ans en tête-à-tête, Recloses rejoint le duo Fontainebleau-Avon. Une nouvelle adhésion qui pourrait faire boule de neige. », sur http://www.fontainebleau.fr/,‎ 18 mars 2010 (consulté le 6 octobre 2010)
  6. Pascal Dias, « CCFA : Conseil Communautaire le jeudi 7 octobre 2010 à 20h45 »,‎ 2 octobre 2010 (consulté le 6 octobre 2010)
  7. Pascal Villebeuf, « En attendant Bourron Marlotte, Recloses rejoint l’intercommunalité », [[Le Parisien|Le Parisien, édition Seine-et-Oise]],‎ 22 mai 2010, cité dans le blog de Frédéric Valletoux
  8. « L'adhésion de la commune de Recloses à la communauté de communes de Fontainebleau-Avon suspendue », La semaine juridique, édition administration et collectivités locales, no 834,‎ 8 novembre 2010, p. 14 (ISSN 1637-5114)
  9. Dimitri Bandini, « Suspension de l'adhésion de la commune de Recloses à la communauté de communes de Fontainebleau-Avon : victoire du droit sur les manœuvres politiques », sur http://www.ensemblepouravon.com,‎ 4 novembre 2010 (consulté le 26 novembre 2010)
  10. a et b « Conseil communautaire : résultats des élections », sur http://www.pays-fontainebleau.fr,‎ 8 avril 2014 (consulté le 9 janvier 2015)
  11. Pascal Dias, « CCFA - Démission de la présidente », Le blog de Pascal Dias,‎ 14 juillet 2010 (consulté le 8 janvier 2015)
  12. Pascal Dias, « Frédéric VALLETOUX, nouveau Président de la Communauté de communes Fontainebleau Avon depuis le 2 septembre 2010 », sur http://fontainebleau.evous.fr,‎ 19 mai 2008 (consulté le 5 octobre 2010)
  13. Art L.5214-1 et suivants issus de la loi Chevènement du 12 juillet 1999
  14. CE. 16 octobre 1970. « Commune de St Valliers »
  15. Art 3 de l’arrêté préfectoral du 28 décembre 2000 modifié
  16. CE. 18 décembre 1991, SIVOM Ste Geneviève des Bois ; CE. 13 octobre 1996, Commune de Chaux-la-Lotière
  17. Prévue à l'article 1609 nonies C IV du Code général des impôts.