Communauté d'agglomération Limoges Métropole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Limoges Métropole
Communauté d'agglomération Limoges Métropole
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Haute-Vienne
Forme d'intercommunalité Communauté d'agglomération
Siège Limoges
Communes 19
Président Gérard Vandenbroucke
Budget 212 000 000  (2008)
Date de création 2001
Démographie
Population 207 581 hab. (2011)
Densité 412 hab./km2
Géographie
Superficie 503,24 km2
Localisation
Localisation en Haute-Vienne.
Localisation en Haute-Vienne.
Liens
Site web http://www.agglo-limoges.fr

La communauté d'agglomération Limoges Métropole (CALM), abrégé en Limoges-Métropole, est une structure intercommunale française, située dans le département de la Haute-Vienne, en région Limousin.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le logo de la communauté jusqu'en 2013.

Limoges Métropole est un regroupement intercommunal qui organise l'agglomération de la ville de Limoges, en France. Elle a été créée par arrêté préfectoral du 22 novembre 2002[1], prenant effet au 1er janvier 2003. Elle succède à la communauté de communes de l'agglomération de Limoges, créée en 2001. Elle forme, avec la communauté de communes l'Aurence et Glane Développement, le pays de Limoges.

En 1991 a été créé le Syndicat intercommunal pour l’étude et la programmation de Limoges (SIEPAL)[2], regroupant alors 26 communes (elles sont 49 en 2014), et dont la mission est le suivi, l'élaboration, la mise en œuvre du Schéma de cohérence territoriale (SCOT). Le SCOT, créé par la loi SRU en 2000, remplace le schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme (SDAU), en fixant les objectifs des diverses politiques publiques en matière d’habitat, de développement économique et de déplacements[3].

La communauté Limoges Métropole s'est dotée d'un plan de déplacement urbain le 19 mai 2003, et travaille à l'élaboration d'un programme local de l'habitat (PLH), tous ces documents devant être compatibles avec les orientations générales du SCOT[3].

Le 22 décembre 2010, elle s'agrandit avec l'arrivée de la commune de Verneuil-sur-Vienne[1]. Au 1er janvier 2014, conformément au nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, la commune de Couzeix quitte la Communauté de communes l'Aurence et Glane Développement pour rejoindre la communauté d'agglomération, devenant la 19e commune de Limoges Métropole[4],[5].

Début 2013, la communauté publie son premier magazine régulier, nommé Le Métropol.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Carte des structures intercommunales autour de Limoges. La CALM apparaît en vert

Avec 503,24 km2, la communauté d'agglomération occupe 9,1 % du territoire de la Haute-Vienne. Elle s'étend sur le territoire de 18 cantons : (Aixe-sur-Vienne - Ambazac - Limoges-Beaupuy - Limoges-Carnot - Limoges-Centre - Limoges-Cité - Limoges-Condat - Limoges-Corgnac - Limoges-Couzeix - Limoges-Émailleurs - Limoges-Grand-Treuil - Limoges-Isle - Limoges-La Bastide - Limoges-Landouge - Limoges-Le Palais - Limoges-Panazol - Limoges-Puy-las-Rodas - Limoges-Vigenal - Nieul), et 19 communes.

Jusqu'en 2013 et à l'entrée de Couzeix, la communauté prenait une forme géographique très particulière, due au fait que la création de la CALM est intervenue cinq ans après la création de la communauté de communes l'Aurence et Glane Développement, qui occupe une partie de l'agglomération limougeaude.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la communauté compte 207 581 habitants, soit 55,2 % de la population départementale, ce qui est un taux très élevé. La commune de Limoges regroupe à elle-seule 36,6 % des habitants du département, ce qui place Limoges au 4e rang national métropolitain selon le poids démographique de la préfecture vis-à-vis de la population départementale, derrière Paris (100 %), Ajaccio (47 %) et Marseille (43,3 %).

La densité de population est de 412 hab./km2.

Carte démographique des communes

Au 1er janvier 2004, la communauté d'agglomération comprenait 17 communes pour 184 241 habitants. Les nouveaux chiffres officiels du recensement 2006 donnent une population de 190 501 habitants. Ceux de 2007 donnent 193 342 habitants. Avec l'entrée de Verneuil-sur-Vienne dans la communauté en 2011, sa population totale est passée à 199 206 habitants. Avec l'arrivée de Couzeix en 2014 et la publication des nouveaux chiffres du recensement, la communauté compte désormais 207 581 selon les données officielles 2011[6].

Évolution démographique
1999 2006 2007 2008 2011
184 241 190 501 193 342 199 206 207 581
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
(Source : INSEE)


Histogramme
(Élaboration graphique par Wikipédia)

Administration[modifier | modifier le code]

Communes adhérentes[modifier | modifier le code]

Carte des communes au 1er janvier 2014.
Liste des communes de l’intercommunalité
Nom Code
Insee
Gentilé Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Aureil 87005 Aurétois 10,17 950 (2011) 93
Boisseuil 87019 Boisseuillais 18,92 2 731 (2011) 144
Bonnac-la-Côte 87020 26,06 1 587 (2011) 61
Condat-sur-Vienne 87048 15,47 4 747 (2011) 307
Couzeix 87050 Couzeixois 30,69 8 481 (2011) 276
Eyjeaux 87063 Esgaloniens 24,23 1 198 (2011) 49
Feytiat 87065 Feytiacois 24,74 6 004 (2011) 243
Isle 87075 Islois 20,18 7 508 (2011) 372
Le Palais-sur-Vienne 87113 Palaisiens 10,33 6 029 (2011) 584
Le Vigen 87205 29,51 2 048 (2011) 69
Limoges 87085 Limougeauds 78,03 137 758 (2011) 1 765
Panazol 87114 Panazolais 20,05 10 417 (2011) 520
Peyrilhac 87118 Peyrilhacois 38,63 1 218 (2011) 32
Rilhac-Rancon 87125 Rilhacois 17,42 4 313 (2011) 248
Saint-Gence 87143 Saint-Gençois 21,77 2 035 (2011) 93
Saint-Just-le-Martel 87156 Martelois 31,70 2 541 (2011) 80
Solignac 87192 Solignacois 16,54 1 510 (2011) 91
Verneuil-sur-Vienne 87201 Verneuillais 34,52 4 495 (2011) 130
Veyrac 87202 Veyracois 33,70 2 011 (2011) 60

La commune de Verneuil-sur-Vienne a rejoint la communauté d'agglomération le 1er janvier 2011[7],[8].

Par ailleurs, plusieurs autres communes de l'aire urbaine de Limoges envisageraient de rejoindre la communauté d'agglomération. Élisabeth Maciejowski, maire d'Ambazac, déclarait le 1er novembre 2010 à Info Magazine : « Un mouvement de pensée se dessine, on s'interroge sur le devenir de la "com com", si notre intérêt est de rejoindre l'Agglo. J'ai proposé à mes collègues de faire un diagnostic. Je crains qu'à l'avenir nous n'ayons pas la taille suffisante pour mener de grands projets, nous devons y réfléchir. »[9]

Le départ en 2011 de la commune de Saint-Paul de la communauté de communes de Briance-Roselle pour la communauté de communes de Noblat devrait précipiter la disparition de la première citée. Les deux autres communes qui la composaient, Pierre-Buffière et Saint-Hilaire-Bonneval, ont dès lors annoncé qu'elles se portaient candidates à une intégration à la communauté d'agglomération[10].

La commune de Bosmie-l'Aiguille a fait explicitement part en 2011 de son souhait de rejoindre Limoges Métropole.

Réunie en décembre 2011, la commission départementale de coopération intercommunale a statué en faveur de l'intégration de la commune de Couzeix, contre l'avis de son maire et de la majorité de la population, mais a voté contre l'entrée de Bosmie-l'Aiguille[11],[12]. L'entrée de Couzeix devient effective au 1er janvier 2014.

Administration[modifier | modifier le code]

La communauté d'agglomération est administrée par un conseil communautaire[13], organe délibérant, qui s'occupe des affaires relevant de la compétence de la communauté. Le bureau communautaire fixe les grandes orientations et détermine les projets traités ensuite par le conseil. Ce sont les maires des 19 communes qui siègent au bureau communautaire, alors que les 46 membres du conseil sont des délégués qui représentent leur commune (le nombre de délégués par commune est proportionnel à la population communale). Les commissions sont chargées de préparer et étudier les décisions du bureau et du conseil.

Depuis 2014, Limoges Métropole est dirigé par Gérard Vandenbroucke, maire de Saint-Just-le-Martel. Celui-ci préside le conseil et le bureau communautaire, et a succédé au député-maire de Limoges, Alain Rodet, qui présidait la communauté depuis sa création.

La composition du conseil communautaire est proportionnelle à la population de chaque commune membre. Selon les statuts de Limoges Métropole :

Nombres de conseillers par tranche démographique
Nombre d'habitants < 3 500 3 500 à 9 000 > 9 001 Limoges
Nombre de délégués 1 2 3 Nombre égal au total des autres communes

Composition du bureau communautaire[modifier | modifier le code]

Président : Gérard Vandenbroucke, maire de Saint-Just-le-Martel
Vice-présidents :
  • Bruno Genest, 1er vice-président (Condat-sur-Vienne)
  • Gilles Bégout, 2ème vice-président (Isle)
  • Isabelle Briquet, 3ème vice-présidente (Le Palais-sur-Vienne)
  • Jean-Paul Duret, 4ème vice-président (Panazol)
  • Pierre Coinaud, 5ème vice-président (Limoges)
  • Claude Brunaud, 6ème vice-président (Bonnac-la-Côte)
  • Alain Delhoume, 7ème vice-président (Saint-Gence)
  • Emile-Roger Lombertie, 8ème vice-président (Limoges)
  • Gaston Chassain, 9ème vice-président (Feytiat)
  • Jacques Migozzi, 10ème vice-président (Rilhac-Rancon)
  • Guillaume Guérin, 11ème vice-président (Limoges)
  • Pascal Robert, 12ème vice-président (Verneuil-sur-Vienne)
  • Vincent Léonie, 13ème vice-président (Limoges)
Secrétaires :
  • Yvette Aubisse, 1er secrétaire (Solignac)
  • Claude Compain, 2ème sercétaire (Peyrilhac)
  • Jacques Roux, 3ème secrétaire (Eyjeaux)
  • Bernard Thalamy, 4ème secrétaire (Aureil)
  • Jean-Louis Nouhaud, 5ème secrétaire (Boisseuil)
  • Jean-Noël Joubert, 6ème secrétaire (Veyrac)
  • Jean-Marc Gabouty, 7ème secrétaire (Couzeix)
  • Jean-Claude Chanconie, 8ème secrétaire (Le Vigen)
  • Marie-Anne Robert-Kerbrat, 9ème secrétaire (Limoges)
  • Sarah Gentil, 10ème secrétaire (Limoges)
  • Philippe Reilhac, 11ème secrétaire (Limoges)
  • Jean-Marie Lagedamont, 12ème secrétaire (Limoges)

Compétences[modifier | modifier le code]

Le pont de la Vienne, élément de la voie de liaison sud
Un bus de la STCL
  • Transports : organisation des transports urbains et scolaires sur le périmètre de l'agglomération. Limoges Métropole est l'autorité organisatrice de la STCL.
  • Habitat : programme local de l'habitat, aires d'accueil des gens du voyage, observatoire de l'habitat.
  • Politique de la ville : Plan local pour l'insertion et l'emploi (PLIE)
  • Sports et culture : construction, aménagement, entretien et gestion d'équipements culturels et sportifs d'intérêts communautaires (Zénith de Limoges, projet de bassin nautique)
  • Environnement : Agenda 21, gestion des déchets ménagers, prévention des nuisances sonores et atmosphériques, aménagement et entretien des berges de rivières, protection des zones humides, schéma directeur des eaux pluviales, contrôle des installations d'assainissement non collectif, assainissement collectif
  • Voirie et aménagement : création, entretien et aménagement des voiries reconnues d'intérêt communautaire, connexion des sentiers de randonnée existants, schéma directeur, aménagement de l'espace communautaire (SCOT), Service d'information géographique (SIG).
  • Action économique : création, aménagement, entretien et gestion de zones d'activités économiques, aide au développement des NTIC, actions intéressant le développement touristique.

Les principales réalisations d'envergure de la CALM sont la voie dite de liaison sud et le Zénith de Limoges. L'actuel projet est un centre aquatique.

Quelques remarques à l'égard de la prédominance de Limoges sur la communauté ont été émises par certains élus de l'agglomération[14].

Budget[modifier | modifier le code]

Le budget total de la CALM s'élevait en 2003 à 118 millions d'euros[réf. nécessaire] et à 212 millions d’euros en 2008[15].

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]