Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
États membres de la CEMAC

La Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC) est une organisation internationale regroupant plusieurs pays d'Afrique centrale, créée pour prendre le relais de l'Union douanière et économique de l'Afrique centrale (UDEAC). Le traité instituant la CEMAC a été signé le 16 mars 1994 à Ndjamena (Tchad) et est entré en vigueur en juin 1999. Son siège est à Bangui (République centrafricaine.)

La CEMAC, qui regroupe l'Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC) et l'Union économique de l'Afrique centrale (UEAC), est présidée par Pierre Moussa[1] depuis le 28 août 2012. Elle a pour mission :

  • d'établir une union de plus en plus étroite entre les peuples des États membres pour raffermir leurs solidarités géographique et humaine
  • de promouvoir les marchés nationaux par l'élimination des entraves au commerce inter-communautaire, la coordination des programmes de développement, l'harmonisation des projets industriels
  • de développer la solidarité des pays membres au profit des pays et régions défavorisés
  • de créer un véritable marché commun africain

Liste des États membres[modifier | modifier le code]

La CEMAC est composée de six États membres[2] :

Institutions et organes de la CEMAC[modifier | modifier le code]

  • L'Union monétaire de l'Afrique centrale.
  • L'Union économique de l'Afrique centrale.
  • La Conférence des Chefs d'États chargé de définir la politique de la Communauté et d’orienter l'action de l'UEAC et de l'UMAC.
  • Le Conseil des Ministres qui assure la direction de l'UEAC.
  • Le Secrétariat exécutif, siégeant à Bangui (République centrafricaine).
  • La Banque des États de l'Afrique centrale (BEAC), siégeant à Yaoundé (Cameroun) définit et conduit la politique monétaire.
  • La Banque de développement des États de l'Afrique centrale (BDEAC), siégeant à Brazzaville (Congo) assure le financement du Développement.
  • La Cour de Justice de la Communauté installée à Ndjamena (Tchad).
  • La Commission de Surveillance du Marché Financier de l'Afrique Centrale ( COSUMAF) siègant au Gabon

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Investiture de Pierre Moussa.
  2. « Les États membres de la CEMAC », Site officiel de la CEMAC (consulté en 27 février 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]