Communauté économique centre-asiatique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Communauté économique centre-asiatique
Carte de l'organisation

Création 28 février 2002.
Dissolution En cours de dissolution au sein de la Communauté économique eurasiatique depuis le 25 janvier 2006...
Type Organisation de coopération.
Langue(s) Russe, kazakh, kirghiz, ouzbek et tadjik.
Membre(s) Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan ;
Drapeau du Kirghizistan Kirghizistan ;
Drapeau de l'Ouzbékistan Ouzbékistan ;
Drapeau de la Russie Russie ;
Drapeau du Tadjikistan Tadjikistan ;
Drapeau de la Géorgie Géorgie (membre observateur) ;
Drapeau de l'Ukraine Ukraine (membre observateur) ;
Drapeau de la Turquie Turquie (membre observateur).
Affiliation(s) Communauté économique eurasiatique.

La Communauté économique centre-asiatique (CECA[N 1]) est une organisation internationale (nommée ainsi depuis 2002), fondée en 1994 pour regrouper certains États de la CEI et d’éventuels États voisins en Asie centrale afin de « renforcer le développement de l’intégration économique dans la région, la perfection des formes et mécanismes d’expansion des relations politiques, sociales, scienfico-techniques, culturelles et éducatives. »

Les États participant aux activités de la CECA[modifier | modifier le code]

États membres
États observateurs

S’il était normalement prévu de fusionner en 2006 l’organisation au sein de l’Eurasec, ce processus n’est pas achevé en raison du statut actuel de deux États observateurs au sein de la CECA non membres de l’Eurasec : la Géorgie et la Turquie.

Institutions[modifier | modifier le code]

Le Conseil inter-étatique[modifier | modifier le code]

Le Conseil des premiers ministres[modifier | modifier le code]

Le Conseil des ministres des Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

La Banque de coopération et de développement[modifier | modifier le code]

Le Conseil exécutif[modifier | modifier le code]

Origines, création et évolution[modifier | modifier le code]

L’organisation a une histoire compliquée par de nombreuses négociations et difficultés. Fondée initialement en 1991 en tant que Communauté centre-asiatique (CCA) parmi certains États de la CEI en Asie centrale afin de renforcer leur coopération économique régionale, elle était initialement composée du Kazakhstan, du Kirghizistan, de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et du Turkménistan.[réf. nécessaire]

L’organisation ensuite a été renommée Union économique centre-asiatique (UECA) quand le Turkménistan s’en est retiré et quand le Tadjikistan suspendu sa coopération.[réf. nécessaire] En 1994, elle devient l’Organisation de coopération centre-asiatique (OCCA) après des négociations avec le Tadjikistan permettant son retour à son siège. En 1998, elle a été à nouveau renommée Coopération économique centre-asiatique (CoECA).[réf. nécessaire]

Création de l’Organisation et l’adhésion de la Russie[modifier | modifier le code]

Le 28 février 2002, elle a été renommée dans son nom actuel avec des statuts modifiés permettant d’étendre son aire d’influence et acceptant certaines concessions, ce qui a permis à la Russie de rejoindre l’organisation en 2004. Sous ce nouveau nom, l’organisation se donnait pour objectif de former une union douanière dans les 15 ans (cependant l’adhésion de la Russie à l’organisation a repoussé cette possibilité en raison de son poids à nouveau écrasant, alors que l’organisation voulait renforcer les liens entre les pays d’Asie centrale indépendamment de la Russie dont ils s’étaient séparés, et les objectifs sont aujourd'hui bien plus modestes).

La dissolution de la CECA au sein de l’Eurasec[modifier | modifier le code]

Peu après, Moscou a manifesté sa volonté de dissoudre la CECA au sein de l'Eurasec[1]. En fin 2005, l’Ouzbékistan a, d'ailleurs, milité pour son adhésion à la Eurasec ce qui a conduit ses membres à négocier avec l’Eurasec, afin de fusionner à terme ces deux organisations. Cette fusion est normalement effective depuis le 25 janvier 2006.

Mais, la question du statut des observateurs actuels de la CECA qui ne sont pas observateurs de l’Eurasec n’est pas encore réglée (notamment la Géorgie et la Turquie, cette dernière militant par ailleurs pour l’adhésion à l’UE, un objectif peu compatible avec ceux des autres membres de l’Eurasec qui se veulent un contrepoids économique viable entre la puissante Union européenne à l’ouest et à la grandissante ASEAN à l’est).

La persistance de la CECA reste incertain, alors que l’essentiel de ses attributions ont été transférées à l’Eurasec depuis 2006.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il ne faut pas confondre l'abréviation de la Communauté économique centre-asiatique (CECA) avec celle de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) !

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Marlène Laruelle, Asie centrale : le retour de la Russie, 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

  1. Communauté économique eurasiatique (Eurasec) et Communauté des États indépendants (CEI)
  2. Russie, Turquie, Géorgie, Ukraine, Turkménistan, Kazakhstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Kirghizistan
  3. Union européenne (UE)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Central Asian Cooperation Organization - Basic Information (document au format Microsoft Word)