Commonitorium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Commonitorium ou Aide-mémoire fut écrit el latin par Vincent de Lérins sous le pseudonyme de Peregrinus, peut-être trois années avant le Concile d’Éphèse (431).

L'ouvrage, véritable discours de la méthode en théologie, donne les règles fondamentales qui permettent de discerner l’erreur de la foi catholique.

Vincent en définit ainsi l'objectif :

« Ici commence le traité de Pérégrinus pour l'antiquité et l'universalité de la foi catholique (comprendre catholique dans le sens "exacte") contre les nouveautés profanes de toutes les hérésies. »

Vincent met en exergue trois critères : l’universalité, l’antiquité et l’unanimité :

« Quod ubique, quod semper, quod ab omnibus »
« Tenir pour vérité de foi ce qui a été cru partout, toujours et par tous. »

Pour contrebalancer ce qu’ont de rigide ces trois repères, Vincent ajoute qu’il existe un progrès dans les sciences théologiques, mais toujours :

« selon leur nature particulière, c’est-à-dire dans le même dogme, dans le même sens, et dans la même pensée. »

Le commonitorium est encore aujourd'hui utilisé par l'Église Orthodoxe.

Source[modifier | modifier le code]