Comités de défense de la révolution

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Emblème des Comités de défense de la révolution.

Les Comités de défense de la révolution (en espagnol : Comités de Defensa de la Revolución ou CDR) sont une organisation populaire de masse cubaine liée au Parti communiste cubain, chargée de défendre les intérêts de la Révolution cubaine et de promouvoir les acquis de celles-ci dans divers domaines (éducation, santé, production,...).

Historique[modifier | modifier le code]

Le système des CDR a été constitué le , après le renversement de Fulgencio Batista. Leur rôle premier était d'enrayer les sabotages organisés par les contre-révolutionnaires, et leur slogan initial "¡En cada barrio, Revolución!" (« Dans chaque quartier, Révolution ! »).

En 1997, à l'occasion de leur cinquième Congrès, les CDR revendiquaient 8 millions de membres[1], sur une population totale de 11 millions d'habitants. L'inscription est ouverte à toute de personne d'au moins 14 ans, mais n'est pas obligatoire.

Missions et organisation[modifier | modifier le code]

Il existe un Comité de défense par pâté de maisons regroupant des citoyens volontaires et dont chaque Président est nommé par le Parti communiste. Les missions des CDR sont aujourd'hui aussi diverses que, par exemple :

  • l'entretien de la voirie ;
  • la protection civile ;
  • le distribution des biens d'équipement en provenance des « pays frères » ;
  • le collecte des produits recyclables dans le but de lutter contre la pénurie des matières premières ;
  • l'organisation des campagnes de vaccination et de dons de sang ;
  • la préparation des élections aux diverses assemblées ;
  • la surveillance des individus jugés « contre-révolutionnaires » (dissidents, délinquants, marginaux,...) ;
  • la mobilisation des citoyens lors de manifestations de masse (notamment contre les États-Unis) ou lors de festivités à la gloire de la Révolution.

Les défenseurs du système CDR lui ajoutent un rôle très important, celui du dialogue de masse. Contrairement au Parti communiste qui rassemble moins de 800 000 personnes, les Comités permettraient à la population, en tant qu'ONG, de s'exprimer régulièrement sur divers sujets touchant à la politique et la vie commune[1].

Le président de chaque CDR consigne le moindre évènement de la vie locale et les éventuelles anomalies. Il en fait un rapport auprès du responsable local du ministère de l'Intérieur qui réside dans le même pâté de maisons. Ce dernier en rend compte à son supérieur hiérarchique, responsable d'une manzana (unité regroupant cinq pâtés de maisons), et ainsi de suite, jusqu'aux plus hautes sphères de l'État.

Le numéro un du régime Fidel Castro se trouvait ainsi quotidiennement informé de l'état de l'opinion publique dans l'île par son frère Raúl lorsque celui-ci était alors responsable du Ministère des forces armées révolutionnaires (Minfar).

Critiques[modifier | modifier le code]

Les connaissances que les CDR accumulent, de par leurs activités, sur les quartiers et leurs habitants amènent certains groupes ou individus à les considérer comme un véritable réseau d'espionnage gouvernemental.

Selon le journaliste Oscar Paoletti, par exemple[2], chaque citoyen se trouverait ainsi fiché grâce à un questionnaire d'une quarantaine de points concernant les moindres détails de sa personnalité, tel que :

  • son attitude vestimentaire (qu'elle soit : normale, moderne ou extravagante) ;
  • ses fréquentations ;
  • ses opinions (sur ses voisins, sur la qualité des services publics, sur les dirigeants du pays, sur la révolution en général) ;
  • son comportement à l'égard des manifestations organisées par le parti ou le CDR.

Ces comités contribueraient ainsi au quadrillage idéologique du pays grâce à un système fondé sur la délation, auquel chaque citoyen peut participer en fournissant à ceux-ci tous renseignements utiles qui seraient alors versés au dossier individuel de la personne.

Les CDR sont régulièrement accusés d'user de pouvoirs coercitifs et d'entretenir la crainte au sein de la population, d'enfreindre les règles démocratiques et de porter ainsi atteinte aux Droits de l'homme. Selon les détracteurs de ce système, certains membres de ces comités (y compris des présidents) n'hésiteraient parfois pas à user de leurs pouvoirs pour "régler leurs comptes" personnels.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]