Comité polonais de Libération nationale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manifeste du PKWN

Le Comité polonais de libération nationale (en polonais : Polski Komitet Wyzwolenia Narodowego, PKWN), parfois nommé Comité de Lublin, est une instance gouvernementale provisoire formée le 23 juillet 1944 à l'initiative de l'Union soviétique et de ses partisans polonais, chargée d'administrer les territoires polonais abandonnés par les troupes hitlériennes à partir du 1er août 1944 depuis la ville de Lublin, en dépit de l'existence d'un gouvernement légal en exil internationalement reconnu siégeant à Londres. Largement dominé par les communistes du Parti ouvrier polonais, il fait office de gouvernement provisoire jusqu'au 31 décembre 1944.

Le projet ayant été initié auparavant par Joseph Staline dès février 1943 dans le cadre d'une Association des patriotes polonais[1] et contrôlé par l'Armée rouge par l'intermédiaire de Nikolaï Boulganine, il peut être qualifié de gouvernement fantoche.

Dans son manifeste du 22 juillet 1944, proclamé à Chełm, le PKWN entend former un gouvernement légitime, lutter contre le nazisme, défendre la Frontière Oder-Neisse, nationaliser les industries, transférer provisoirement le pouvoir à Lublin, ville contrôlée par l'Armée rouge, et instaurer une "milice citoyenne", la MO (la future police de Jakub Berman).

En 1944, le PKWN obtient de Joseph Staline la considération de la Ligne Curzon.

Le Comité fut rejoint par le Gouvernement polonais en exil, dirigé par Stanisław Mikołajczyk, chef du Parti paysan polonais (PSL), qui croyait à la tenue d'élections libres. Son parti dut se contenter du ministère des postes et de la réforme agraire.

Parmi les partis politiques qui en furent membres, on trouve :

En réalité, ce fut le Parti ouvrier polonais, à faible base populaire mais soutenu par l'Union soviétique, qui contrôlait les principaux postes :

Le 31 décembre 1944, le PKWN fut dissous et remplacé par le Gouvernement provisoire de la République de Pologne (pl), dont le premier ministre était Edward Osóbka-Morawski (en) (PPS).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges-Henri Soutou, La Guerre de cinquante ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Fayard 2001, p. 42