Comité de la défense nationale (Corée du Nord)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Comité de la défense nationale (Corée du Nord)
Hangeul 조선민주주의인민공화국 국방위원회
Hanja 朝鮮民主主義人民共和國國防委員會
Romanisation révisée Joseon minjujuui inmin gonghwaguk gukbang wiwonhoe
McCune-Reischauer Chosŏn minjujuŭi inmin konghwaguk kukpang wiwŏnhoe

Le Comité de la défense nationale[1] (également traduit par Commission de défense nationale[2]) de la Corée du Nord est un organisme étatique, défini par la Constitution comme le centre de décision des affaires militaires du pays. Il dirige donc l'Armée populaire de Corée et le ministère de la Défense nationale lui est subordonné. Le Comité est comparable à la Commission militaire centrale de la République populaire de Chine. Kim Jong-un, proclamé commandant suprême de l'Armée populaire de Corée et chef suprême du pays au lendemain de la mort de son père, a été officiellement investi à la présidence du comité le 13 avril 2012[3].

L'armée nord-coréenne a d'abord été placée sous l'autorité directe du président de la République. En 1992, une révision constitutionnelle a fait du Comité un organe indépendant. Kim Jong-il, déjà nommé commandant suprême de l'Armée en 1991, est devenu en 1993 le premier président du Comité, ajoutant à son contrôle sur l'armée un poste garanti par la Constitution, dans la perspective de la succession de son père Kim Il-sung.

Après la mort de Kim Il-sung en 1994, le poste de président de la République fut supprimé de facto. Une nouvelle révision constitutionnelle définit en 1998 Kim Il-sung comme président éternel et le Comité comme l'organe central de décision des affaires militaires.

La Constitution de la Corée du Nord précise que le président du Comité est le « Dirigeant suprême de la République populaire démocratique de Corée »[4]. La place prépondérante de l'armée en Corée du nord fait du président du Comité de la Défense nationale l'un des hommes les plus puissants du pays. La personne occupant ce poste est considérée comme l'équivalent de fait du chef de l'État en Corée du Nord, bien que le poste de président de la République n'existe plus officiellement et que, juridiquement, le chef de l'État soit le président du Présidium de l'Assemblée populaire suprême.

Le Comité et son président sont placés sous l'autorité théorique de l'Assemblée populaire suprême. L'APS élit le président du Comité, puis élit ou révoque le premier vice-président, les vice-présidents ou les membres du Comité sur proposition du président. La Constitution donne à l'Assemblée le pouvoir de révoquer le président et les autres membres du Comité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Naenara - Politique en Corée, site officiel
  2. "Kim Jong-il réélu président de la commission de la défense nationale, 11 avril 2009, sur le site de l'Association d'amitié franco-coréenne, citant l'agence officielle nord-coréenne KCNA
  3. Corée du Nord: Kim Jong-un nommé président de la Commission de la défense nationale, 20 Minutes, 13 avril 2012
  4. République populaire démocratique de Corée - Constitution du 5 septembre 1998., site de l'université de Perpignan