Comic book

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Comic books)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Comic book (homonymie)
Cette page est consacrée aux comic books américains. Pour des considérations plus générales, voir périodique de bande dessinée.

Couverture du premier numéro d’America's Best Comics, décembre 1942.

Un comic book est, aux États-Unis, un périodique de bande dessinée centré autour d'un héros ou d'un thème publié sous forme de fascicules d'une trentaine à une centaine de pages. Les comic books sont aujourd'hui surtout vendus dans des librairies spécialisées, mais les histoires qu'ils contiennent peuvent être recueillies pour être vendues en librairie généraliste (on parle alors de graphic novel). Ils dominent encore largement le marché des périodiques de bande dessinée en Amérique du Nord. En Europe francophone, le terme « comic book » désigne généralement à la fois un format (le fascicule souple mensuel d'une trentaine de pages), et un genre (la bande dessinée américaine de super-héros, bien que, en réalité, d'autres genres existent sur le marché américain).

Histoire[modifier | modifier le code]

Apparus en 1934 avec Famous Funnies, les comic books n'étaient au départ que des recueils de comic strips. En 1938, Action Comics de Jerry Siegel et Joe Shuster, des histoires de super-héros. Rapidement, tous les genres sont représentés (humour, western, horreur, science-fiction, polar, biographie…), avec plus de 400 titres paraissant simultanément certains mois des années 1940. En 1944, Captain Marvel Adventures se vend à près d'1,2 millions d'exemplaires mensuel. Après guerre, les super-héros connaissent un déclin prononcé, mais le comic book en général, entré dans les mœurs, connaît un âge d'or, autour notamment des comics de romance, des policiers et ceux d'horreur. En 1954 une campagne pour la censure des comics connaît son apogée grâce aux discours virulents du docteur Fredric Wertham qui lie la délinquance juvénile à la lecture de comics. Cela aboutit à la mise en place du Comics Code qui marque la fin de ce foisonnement.

Le comic book renaît graduellement dans les années 1960 grâce au renouveau de la bande dessinée de super-héros, porté notamment par Stan Lee et Jack Kirby chez Marvel Comics. Durant la même décennie, l'apparition des comics underground (ou comix) permet au comic book d'atteindre un public plus adulte[H 1]. Dans les années suivantes, le format continue à être utilisé, que ce soit pour la bande dessinée de super-héros, d'humour ou pour les œuvres des rénovateurs de la bande dessinée américaine des années 1980-1990. Ceux-ci préfèrent cependant de plus en plus au comic book des périodiques plus luxueux, collectifs (Raw) ou individuels (l'Acme Novelty Library de Chris Ware), voire la publication directe en album, comme Craig Thompson, ou les frères Hernandez depuis 2008.

Tendances actuelles[modifier | modifier le code]

Le marché se divise ainsi aujourd'hui grossièrement en deux tendances. D'une part, les comics mainstream, ressortant essentiellement du genre du super-héros, où les personnages partagent un même univers depuis parfois plusieurs dizaines d'années, ce qui pose des problèmes de cohérence et d'évolution des personnages. D'autre part, des comic books aux genres variés édités par de petites maisons d'éditions, souvent appelés alternative comics.

Critiques[modifier | modifier le code]

Le comic book en tant qu'objet proposant de la bande dessinée est celui qui s'est imposé comme image de la bande dessinée américaine dans son ensemble, d'où la confusion commune entre bande dessinée américaine et comic book, voire, comic book de super-héros comme si la richesse de la production s'effaçait devant ce seul format et ce seul genre. C'est aussi à cause de l'apparente hégémonie de ce format que le comic book a été l'objet de toutes les critiques qui s'appuyait sur des généralisations hâtives. Le comic book est présenté comme populiste, sans aspirations à l'art, dangereux pour la jeunesse, etc[H 2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. p. 7
  2. p. 6

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Charles Hatfield, Alternative Comics : An Emerging Literature, Jackson, University Press of Mississipi,‎ 2005, 182 p. (ISBN 1-57806-718-9, lire en ligne)


Bibliographie complémentaire[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.