Combat de Trébiguet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Combat de Trébiguet
Informations générales
Date 23 novembre 1793
Lieu Muzillac
Issue Victoire des Républicains
Belligérants
Flag of France.svg Républicains Royal Standard of King Louis XIV.svg Chouans
Commandants
Sébastien de La Haye de Silz
• Auguste de La Haye de Silz
Forces en présence
100 hommes[1]
1 canon[1]
2 000 hommes[1]
Pertes
inconnues 20 morts[1]
Chouannerie
Batailles
Première Chouannerie 1793-1795

Ambon · Trébiguet · Coëtbihan · Mangolérian · Saint-Jean-Brévelay · Trédion · Guémené-sur-Scorff · Le Faouët


Deuxième Chouannerie 1795-1796

Grand-Champ · Saint-Bily · Florange · Pont-de-Buis

Expédition de Quiberon

Groix · 1er Pontsal · Saint-Michel · 2e Pontsal · Auray · 1re Landévant · 2e Landévant · Fort Sans-Culotte · Carnac · Sainte-Barbe · Elven · Josselin · Plouharnel · Pont-Aven · Coëtlogon · Quintin · Quiberon

Pont de Bovrel ·
Elven · Camezon · Colpo · Remungol · Muzillac · Lemboh · Maigrit · Plaudren · Locminé


Troisième Chouannerie 1799-1800

Locminé · Mont-Guéhenno · 1er Redon · 2e Redon · La Tour d'Elven · Pont du Loc'h

Coordonnées 47° 34′ 04″ N 2° 31′ 12″ O / 47.567673888889, -2.52011547° 34′ 04″ Nord 2° 31′ 12″ Ouest / 47.567673888889, -2.520115  

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

(Voir situation sur carte : Morbihan)
 Différences entre dessin et blasonnement : Combat de Trébiguet.

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Combat de Trébiguet.

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
 Différences entre dessin et blasonnement : Combat de Trébiguet.

La combat de Trébiguet a lieu lors de la chouannerie. Le 23 novembre 1793, les insurgés attaquent la petite ville de Muzillac mais ils sont repoussés par la garnison républicaine.

Le combat[modifier | modifier le code]

Après s'être emparés d'Ambon, les insurgés se mettent en route sur Muzillac avec leurs prisonniers. Les Républicains, informés de ce mouvement, font sortir de cette ville 100 soldats avec un canon. La rencontre a lieu au village de Trébiguet. Les rebelles placent leurs prisonniers devant eux, en première ligne, mais ces derniers prennent aussitôt la fuite et s'échappent malgré les coups de feu. Le combat s'engage alors, les insurgés ont l'avantage du nombre, mais la grande majorité ne sont équipés que de faux ou de haches. Dans un premier temps le canon des républicains les dispersent mais ils se rallient et s'abritent derrière les talus, où les hommes équipés de fusils abattent quelques soldats, notamment Pépin, officier des gardes nationaux de Lorient. Les Républicains détachent alors quelques tirailleurs qui contournent les lignes et attaquent les insurgés sur leurs flancs. Ces derniers croyants à des renforts prennent peur et s'enfuient, laissant un vingtaine de morts sur le champ de bataille. Le combat a duré deux heures. Vainqueurs, les Républicains marchent ensuite sur Ambon qu'ils reprennent sans coup férir[1].

« J'ai fait renforcer cette nuit le poste de Musillac. Il y a dans ce moment trois cents hommes et une pièce de canon. Ce détachement va faire un mouvement sur la commune de Noyale, principal foyer de la révolte, et où l'ennemi s'est retiré après sa défaite.

Ma communication avec Vannes n'est pas encore rétablie, j'ignore ce qui se passe de ce côté-là.

L'ennemi, battu hier complètement par mon détachement, s'est dispersé.

N'ayant point d'ordres à donner dans le Morbihan, je vais me borner à garder les bords de la Vilaine, eu attendant les ordres des généraux et du représentant Carrier[2]. »

— Rapport de l'adjudant-général Avril au général Vimeux, le 24 novembre 1793 à La Roche-Bernard.

« Des prêtres réfractaires, des émigrés, des échappés de la Vendée, parcourent, nos. campagnes et excitent à la révolte. Vannes est menacé, deux ou trois de nos forts ont été au pouvoir des brigands; ils ont fait une tentative sur Musillac; mais ils ont été repoussés par une faible garnison. Grâce au patriotisme et aux talens du citoyen Dubois, jeune homme plein d'activité, nous leur résistons, mais il nous faut des forces.

Aujourd'hui les brigands, au nombre de douze cents, se sont portés sur le château de Pinieux[2]. »

— Rapport de l'administration de Vannes au Comité de Salut public, le 25 novembre 1793.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e François Cadic, Histoire populaire de la chouannerie, t. I, p. 410-411.
  2. a et b Jean Julien Michel Savary, Guerres des Vendéens et des Chouans contre la République, p. 400