Combat de Rügen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Combat de Rügen
Les SMS Loreley (de) et Nymphe au combat avec la Sjælland
Les SMS Loreley (de) et Nymphe au combat avec la Sjælland
Informations générales
Date 17 mars 1864
Lieu Mer du Nord au large de l'île de Rügen
Casus belli Blocus par le Danemark
Issue Maintien du blocus
Belligérants
PreussKriegs.jpgPrusse Drapeau du Danemark Danemark
Commandants
Eduard von Jachmann (de) Carl van Dockum (da)
Forces en présence
2 corvettes
1 aviso
6 canonnières
1 navire de ligne
2 frégates
2 corvettes
Pertes
7 morts 3 morts
Guerre des Duchés

Le combat de Rügen est une bataille navale durant la guerre des Duchés opposant les marines de guerre du Danemark et de la Prusse le 17 mars 1864 à l'est de la presqu'île de Jasmund (de), partie de l'île de Rügen.

C'est la première bataille navale de la Marine prussienne depuis sa fondation en 1848. La tentative prussienne d'affaiblir les forces de blocus danois contre la côte prussienne échoue en raison d'une infériorité matérielle et d'erreurs de navigation.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le 15 mars 1864, le Danemark déclare le blocus des côtes de Prusse. Le 17 mars, une partie de l'escadron danois en mer Baltique se présente à Rügen afin de bloquer en particulier le port de Swinemünde.

Avec un ordre du roi Guillaume de Prusse en date du 14 mars 1864, le chef d'escadron des forces prussiennes à Swinemünde, le capitaine de vaisseau Eduard von Jachmann (de), reçoit la mission d'expulser les fauteurs de troubles danois ou au moins de constater, si le blocus n'est pas levé le 15 mars. En cas de mauvaises conditions météorologiques ou d'une forte supériorité danoise, Jachmann devrait renoncer à son entreprise.

Un franchissement du blocus est impossible pour des raisons stratégiques. Même dans le cas d'une sévère défaite tactique des forces du blocus, la route vers la mer du Nord et donc les autres mers n'est pas possible, car le Danemark contrôle le détroit d'Øresund.

Jachmann est conscient que ses trois unités sont numériquement et qualitativement inférieures aux forces du blocus. Cependant il compte sur l'appui de la première division de flottille de canonnières et envisage d'attirer les unités danoises vers ces canonnières qui attendent à l'île de Greifswalder Oie.

Flotte en présence[modifier | modifier le code]

La flotte du Danemark compte au moment du déclenchement 31 bateaux à vapeur avec 387 canons, dont 26 étaient opérationnels avec 363 canons. Il y a dix voiliers. 50 canonnières sont destinées à la défense des côtes. La marine danoise constitue un équipage de 3 757 hommes.

La flotte de Prusse possède 23 unités avec 85 canons et un équipage de 1 636 hommes.

Le Danemark possède quatre cuirassés à coque en fer, c'est-à-dire des canonnières : Rolf Krake, Danebrog, Esbern Snare et Absolon. Le Rolf Krake a été acheté au Royaume-Uni en 1863 et est à ce moment l'un des navires de guerre les plus avancés. Le premier navire de guerre prussien, le SMS Arminius est en service depuis 1865.

  • Flotte danoise :
    • Skjold, navire de guerre, armement : 8 canons lourds, 56 légers.
    • Sjælland, frégate, navire amiral : 12 lourds, 30 légers.
    • Hejmdal, corvette : 2 lourds, 14 légers.
    • Thor, corvette : 2 lourds, 10 légers.

Commodore : Eduard von Jachmann.

La division de canonnières comprend :

Déroulement[modifier | modifier le code]

Jachmann se présente avec l'Arcona, le Nymphe et le Loreley face aux forces de blocus danoises le 17 mars 1864 et ouvre le feu à 14h30. Après une bataille de deux heures, il doit se retirer vers le sud. En raison de ses unités plus rapides, Jachmann peut se détacher des bateaux danois. Son plan pour attirer les navires danois vers les canonnières stationnées dans le sud échoue à cause de mauvaises manœuvres dont on ne sait la raison. Alors que le Lorelei va vers les canonnières, l'Arcona et la Nymphe s'enfuient à Swinemünde.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Les pertes danoises sont trois morts et 19 blessés, tous sur la frégate Sjælland. Côté allemand, on compte la perte de cinq membres d'équipage de l'Arcona et deux de la Nymphe. Il y a aussi de nombreux blessés : cinq pour l'Arcona et sur la Nymphe, 19 sur le pont et une cinquantaine dans le gréement.

La bataille n'a eu aucun effet sur ​​le blocus, mais peut être considéré comme un succès danois tactique à cause du retrait prussien et que l'intention de Jachmann de rompre ce blocus est un échec. Indépendamment, Jachmann sera promu contre-amiral.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Preußische Korvetten gegen dänische Linienschiffe. Das Gefecht gegen das dänische Blockadegeschwader bei Jasmund (17. März 1864), In: Fritz Otto Busch/Gerhard Ramlow: Deutsche Seekriegsgeschichte. Fahrten und Taten in zwei Jahrtausenden, 3. Aufl. Gütersloh 1942, S. 322-335
  • Heinz Helmert, Hansjürgen Usczek: Preussischdeutsche Kriege von 1864 bis 1871, 6. Aufl. Berlin-Ost 1988, S. 53 u. 80

Voir aussi[modifier | modifier le code]