Combat de Pontrieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Combat de Pontrieux
Vue de Pontrieux
Vue de Pontrieux
Informations générales
Date 10 septembre 1792
Lieu Pontrieux
Issue Victoire des républicains
Belligérants
Flag of France.svg Républicains Drapeau france ancien regime.svg Paysans contre-révolutionnaires
Forces en présence
7 000 à 8 000 hommes
Pertes
8 morts
20 blessés
44 prisonniers
(dont 6 guillotinés)
Chouannerie
Batailles
Révoltes paysannes (1792-1793)

1er Vannes · Fouesnant · Scrignac · Lannion · Pontrieux · Bourgneuf-la-Forêt · Plumelec · Savenay · Loiré · Ancenis · 2e Vannes · Pluméliau · Pontivy · 1er La Roche-Bernard · 1er Rochefort-en-Terre · Pacé · Guérande · Fleurigné · Fougères · Vitré · Mané-Corohan · Plabennec · Saint-Pol-de-Léon · Kerguidu · Lamballe · Saint-Perreux · 2e Rochefort-en-Terre · 2e La Roche-Bernard

La combat de Pontrieux se déroula suite à une révolte paysanne contre la levée en masse lors de la Pré-Chouannerie.

Le combat[modifier | modifier le code]

Les affrontements à Pontrieux se déroulent le même jour que le combat de Lannion. Le 10 septembre, le tocsin sonne au matin, 7 000 à 8 000 paysans se rassemblent et marchent sur Pontrieux, qu'ils atteignent à midi. Mais les gardes nationaux et les habitants ont barricadé les rues de la ville, ils repoussent les insurgés après deux heures de combats. Ces derniers se replient, laissant 8 morts sur le terrain et emportant leurs blessés, au nombre d'une vingtaine d'hommes[1].

Les 44 paysans faits prisonniers sont jugés à Saint-Brieuc le 19 mars 1793. Le tribunal, présidé par le juge Le Roux, prononce 8 condamnations à mort, dont 2 par contumace. Afin de frapper les esprits, les six condamnés sont exécutés successivement dans six chefs-lieux de district, à Saint-Brieuc, Pontrieux, Broons, Dinan, Loudéac et Rostrenen[2],[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire, 1789-1815, éditions Ouest-France université, Rennes,‎ 2004, p. 94-95.
  • François Cadic, Histoire populaire de la chouannerie, t. I, éditions Terre de Brume,‎ 2003, p. 265.
  • Danièle Vaudrey, Les grandes affaires criminelles des Côtes d'Armor, De Borée,‎ 2007, p. 31.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Roger Dupuy, La Bretagne sous la Révolution et l’Empire, p. 94-95.
  2. Société d'émulation des Côtes-du-Nord - 1946, Bulletins et mémoires - Volumes 73 à 76, p. 60.
  3. Danièle Vaudrey, Les grandes affaires criminelles des Côtes d'Armor, p. 31.