Combat de Hampton Roads

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Hampton Roads
Le combat de Hampton Roads, l'affrontement des cuirassés
Le combat de Hampton Roads, l'affrontement des cuirassés
Informations générales
Date 8-9 mars 1862
Lieu USA, Virginie, embouchure de la James River
Issue indécis mais marque un tournant dans la conception de la guerre navale.
Belligérants
Union États confédérés d'Amérique
Commandants
John Lorimer Worden Franklin Buchanan
Catesby ap Roger Jones
Forces en présence
1 cuirassé
5 frégates
1 cuirassé
2 canonnières
Pertes
2 frégates détruites
261 morts
108 blessés
1 canonnière endommagée
7 morts
17 blessés
Guerre de Sécession
Batailles
Campagne Péninsulaire

Hampton Roads · Yorktown · Williamsburg · Eltham's Landing · Drewry's Bluff · Hanover Court House · Seven Pines · Sept Jours

Coordonnées 36° 59′ 00″ N 76° 19′ 11″ O / 36.983333333333, -76.31972222222236° 59′ 00″ Nord 76° 19′ 11″ Ouest / 36.983333333333, -76.319722222222  

Géolocalisation sur la carte : Virginie

(Voir situation sur carte : Virginie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Combat de Hampton Roads.

Le combat naval de Hampton Roads, également appelé Combat du Monitor et du Merrimack, est un combat naval de la guerre de Sécession, qui se déroule les 8 et 9 mars 1862.

Le combat est remarquable par le peu de dommages subis par les deux camps eu égard aux forces engagées, le navire le plus précieux de chaque camp ayant survécu à la bataille. C'est précisément ce résultat nul qui a d'importantes répercussions dans les méthodes de combat naval, car illustrant les conséquences de l'arrivée d'armes nouvelles (cuirassés).

Le cadre[modifier | modifier le code]

Le bras de mer de Hampton Roads se trouve sur la côte est de l'Amérique du Nord. Il se divise en plusieurs branches et permet de remonter aussi bien à Washington, capitale de l'Union, qu'à Richmond, capitale de la Confédération. On n'est pas loin des lieux où s'illustrèrent, en leur temps, le marquis de La Fayette, Rochambeau et De Grasse. La branche nord du bras de mer donne sur la baie de Chesapeake où se jette la York River.

Carte de Hampton Roads.

Le combat va se dérouler dans la branche sud. Au confluent de la James River, qui vient de l'ouest, et de l’Elizabeth River, qui vient du sud. Ce confluent est nommé Hampton Roads. En continuant vers l’est, on arrive à l'océan Atlantique.

En remontant la James River, cap à l'ouest, on arrive à Richmond. En remontant la Elizabeth River, cap au sud, on arrive à Norfolk et à l'arsenal de Gosport.

La rive sud de la James River et de Hampton Roads est en territoire confédéré. La rive nord, elle, est passée aux mains des nordistes. La profondeur de l'eau plutôt faible, en général inférieure à 10 pieds, soit 3 mètres. Pour trouver plus d'eau, il faut veiller à rester dans le chenal médian et éviter les nombreux hauts-fonds. Cela limite fortement les possibilités de manœuvre des navires à fort tirant d'eau. Étant près de l'océan, la profondeur varie aussi fortement en fonction des marées. Ce détail aura son importance.

La guerre de Sécession a commencé le 12 avril 1861. Elle met aux prises 11 états confédérés, qui ont fait sécession de l'Union. Les états restants n'acceptent pas cette décision et les hostilités commencent. Le Nord cherche à étouffer le Sud et l'un des moyens pour y parvenir est de lui imposer un blocus. Des escadres nordistes vont bloquer tous les ports, en particulier le débouché de la James River qui peut mener à Richmond, la capitale des Confédérés.

Pour ceux-ci, il est vital de maintenir ouvertes les communications avec le reste du monde, l'Europe en particulier, autant pour exporter ses productions, en premier lieu le coton, et importer tout ce qui est nécessaire à son effort de guerre, que pour tenter de ranger de son côté les grandes puissances comme la France et le Royaume-Uni.

Le combat naval de Hampton Roads est contemporain de la campagne dite Péninsulaire qui va durer de mars à juillet 1862, pendant laquelle les Nordistes vont essayer en vain de parvenir à Richmond. Les Sudistes, pour leur part, vont essayer de briser le blocus nordiste.

Les acteurs[modifier | modifier le code]

Les Nordistes[modifier | modifier le code]

L'escadre nordiste qui mène le blocus est composée de 6 voiliers, certains à vapeur, tous construits en bois, le plus gros portant 50 canons. Ils font partie des unités les plus puissantes de la Marine de l'Union.

  • La frégate à vapeur Minnesota[1], lancée en 1855, 4833 tonnes, 43 canons.
  • La frégate Cumberland, lancée en 1842, 990 tonnes, 24 canons.
  • La frégate Congress, lancée en 1841,1867 tonnes, 50 canons.
  • La frégate à vapeur Roanoke, lancée en 1855, 4772 tonnes, 43 canons. Ayant un problème d'hélice, elle ne peut compter sur sa machine.
  • La frégate St-Lawrence, similaire au Congress.

Il y a plusieurs dizaines d'autres navires nordistes dans les parages, remorqueurs, transports, ferries, mais ils n'interviendront pas dans les combats. On trouve même un ancien paquebot à roues, le Vanderbilt, dont on a renforcé la proue, dans l'espoir de l'envoyer éperonner le Merrimack.

Un bâtiment supplémentaire est en route pour rejoindre l'escadre, le cuirassé Monitor.

Les cinq frégates de l'Union sont échelonnées le long de la rive nord, dans le chenal menant à la James River. Dans l'ordre, et de l'ouest vers l'est, on trouve le Cumberland, le Congress, Le Minnesota, le Roanoke et le St-Lawrence.

Les Sudistes[modifier | modifier le code]

Le Merrimack.

L'escadre sudiste se compose du navire cuirassé Merrimack[2] accompagné de quelques navires plus petits.

  • Le Patrick Henry, navire de 1400 tonnes, avec roues à aubes latérales. Nommé Yorktown avant d'être saisi par les sudistes, il assurait la liaison entre Washington et Richmond. Il porte maintenant 10 canons et un équipage de 150 officiers et marins.
  • Le Jamestown, est un navire similaire au précédent.
  • Le Teaser, remorqueur de 65 tonnes. Il porte 2 canons, un 32 livres et un 12 livres.

Ces trois bâtiments sont dans la James River en amont, bloqués par l'escadre nordiste.

Accompagnant le Merrimack, on trouve le Raleigh, remorqueur de 65 tonnes, et le Beaufort, de même tonnage. Ils portent chacun un canon de 32 livres.

Des spectateurs[modifier | modifier le code]

Il y a plusieurs navires étrangers présents et qui seront témoins de l'engagement. En particulier un bâtiment français, une « corvette à roues » de la Marine impériale, le Gassendi, commandant Ange Siméon Gautier. Il y a aussi des Britanniques. Ils ne sont pas là par hasard mais pour renseigner leurs gouvernements respectifs sur les nouvelles marines de guerre, leur utilisation et sur les capacités de la Confédération.

Autres spectateurs, des unités et de l'artillerie, sur les berges sud confédérées et sur les berges nord unionistes. Ces batteries engageront à plusieurs reprises les protagonistes mais sans influer vraiment sur le combat.

Le déroulement du combat[modifier | modifier le code]

Samedi 8 mars 1862[modifier | modifier le code]

L'éperonnage du Cumberland.

Tout commence dans la matinée, quand le navire français, le Gassendi, pousse ses feux et se prépare à changer de mouillage. Comme ses officiers ont, la veille, eu l'autorisation d'aller visiter le Merrimack, cela attire l'attention des Fédéraux. Vers midi, des navires sont signalés descendant la Elizabeth River.

A 13 h 20, le remorqueur Zouave, envoyé au-devant des nouveaux venus, tire le premier coup de canon en direction du Merrimack. À toute vitesse, c’est-à-dire 4 nœuds (soit un peu plus de 7 km/h), le cuirassé sudiste se dirige vers le vaisseau nordiste le plus proche, le Congress. A 14 h 30, il est à 10 mètres de lui et lui inflige de lourds dégâts.

Il se dirige ensuite vers le Cumberland. Ils échangent des bordées, mais seul le voilier subit des dégâts. Le navire nordiste continue son feu, même après avoir été éperonné, à deux reprises, par le Merrimack.

Le Cumberland sombre, avec une bonne partie de son équipage. Le peu de fond laisse dépasser le haut des mâts portant encore ses pavillons. Le Merrimack a perdu dans l'affaire son éperon. Il n'a plus moyen d'éperonner d'autres victimes.

Faisant laborieusement demi-tour, il retourne vers la frégate Congress. Le Congress se rend, hissant un drapeau blanc. Les sudistes ne peuvent en prendre possession étant sous le feu des troupes nordistes massées sur la rive nord. Le commandant du Merrimack est grièvement blessé. Il donne l'ordre d'incendier le Congress, ce qui est fait à l'aide de projectiles incendiaires et de boulets rouges.

Le Merrimack, toujours intact malgré les projectiles qui continuent à rebondir sur sa cuirasse, se tourne maintenant vers la frégate Minnesota qui a voulu s'éloigner mais s'est échouée. Mais, fait surprenant, le cuirassé rompt le combat et s'en va mouiller sous les batteries sudistes de Sewell Point, à l'entrée de l'Elizabeth River. Le fort tirant d'eau et la marée descendante ont amené son commandant à prendre cette décision. Il est certain, par ailleurs, de finir tranquillement la destruction de l'escadre nordiste dès le lendemain matin.

Le bilan au soir du premier jour[modifier | modifier le code]

« Tout semblait donc désespéré le 8 au soir, et une panique générale semblait s'être emparée des esprits. La terrible machine de guerre, si souvent annoncée, était enfin apparue, et, en une heure à peine, avait détruit deux des plus forts navires de l'Union, fait taire de puissantes batteries de côte et vu fuir devant elle le reste des forces maritimes qui, la veille, bloquaient les deux rivières » écrit le commandant du Gassendi dans le rapport qu'il fait par la suite aux autorités françaises.

Malgré deux canons détériorés mais toujours utilisables, ayant reçu 88 impacts sur sa carapace sans dégâts notables, son éperon arraché, sa cheminée criblée en partie arrachée et tous ses armements extérieurs détruits, le Merrimack est toujours en état de combattre. Le commandant Buchanan, grièvement blessé[3], est débarqué. Le lieutenant Catesby ap Roger Jones[4], commandant en second, prend le commandement du navire.

Dimanche 9 mars 1862[modifier | modifier le code]

Articles connexes : CSS Virginia et USS Monitor.

« Alors commença le duel dont on a tant parlé, et qui semble appelé à faire une si grande révolution dans l'art naval » (Prince de Joinville).

Au lever du soleil, le Merrimack et sa flottille lèvent l'ancre pour achever les navires nordistes. Ils doivent attendre la dissipation du brouillard. Le Monitor, cherchant à protéger le Minnesota, engage le combat. Les autres navires sudistes laissent le Merrimack soutenir le combat. Les deux cuirassés vont se canonner pendant des heures, sans succès. Chacun tente également une manœuvre d'éperonnage, sans succès. Un obus du Merrimack explosant sur la timonerie du Monitor oblige celui-ci à s'éloigner pour un temps. Sans adversaire et devant les risques d'échouage que lui fait courir la marée descendante, le Merrimack regagne Norfolk.

Les deux adversaires sont chacun persuadés d'avoir fait fuir l'adversaire.

Les conséquences[modifier | modifier le code]

Le combat se termine sans vainqueur mais l'on peut considérer que les sudistes ont eu l'avantage puisque les nordistes ont subi le plus de pertes.

Sur le conflit[modifier | modifier le code]

Ce combat n'aura quasiment aucune conséquence sur le conflit en cours. Le blocus ne sera pas forcé. La France et l'Angleterre restent neutres.

À la fin de la guerre, plus de 40 cuirassés auront été lancés par les deux camps, sans tenir compte de ceux qui étaient encore en chantier.

Sur l'évolution de la guerre navale[modifier | modifier le code]

Ce combat marque un tournant. L'impuissance des navires en bois face aux nouveaux venus cuirassés va montrer à toutes les marines l'obsolescence de leurs navires.

À la suite de ce combat, l'ensemble des grandes marines du monde vont se lancer dans un renouvellement complet de leurs flottes de guerre. De nouvelles armes vont être testées, de l'éperon à la torpille, et un intense travail de recherches théoriques sur les modalités de guerre sur mer va être accompli.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Curiosité, l'officier-payeur du Minnesota, nordiste, est McKean Buchanan, le frère de Franklin Buchanan, commandant du Merrimack, sudiste.
  2. De son vrai nom, le CSS Virginia. Cependant quasiment tout le monde, Sudistes compris, le désignent sous son nom d'origine, le Merrimack. Nous suivrons cet usage.
  3. Une balle Minié lui traverse le haut de la cuisse, effleurant l'artère fémorale.
  4. Le nom paraît curieux, mais ap Roger serait une formule galloise ignifiant « fils de Roger ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Angus Konstam, Hampton Roads 1862: Clash of the Ironclads, 2003, Osprey, (ISBN 978-1841764108),
  • William C Davis, Duel Between the First Ironclads, 1981, Louisiana State University Press, (ISBN 978-0807108680),
  • James L Nelson, Reign of Iron: The Story of the First Battling Ironclads, the Monitor and the Merrimack, 2004, William Morrow, (ISBN 978-0060524036),
  • Richard Hill, War at Sea in the Ironclad Age, 2006, Harper Paperbacks, (ISBN 978-0060891671).
  • James M McPherson, La guerre de sécession, Bouquins, Ed. R. Laffont, Paris 1991.
  • André Kaspi, La guerre de Sécession, les états désunis, Découvertes Gallimard 157, Paris 1992.
  • Chester G Hearn, Naval battles of the Civil War, Salamander books Ltd, Londres 2000.
  • Angus Konstam, Hampton Roads 1862, Osprey Campaign 103, 2002.
  • Richard Hill, War at sea in the ironclad age, Cassell, Londres 2000 (édition française par Autrement "atlas des guerres – les guerres maritimes", Paris 2003. Édition française revue par M. Battesti).
  • L'Illustration, 12 avril 1862.

Voir aussi, comme ouvrages évoquant le combat :

Webographie[modifier | modifier le code]