Coltines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coltines
Église de Coltines
Église de Coltines
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Cantal
Arrondissement Arrondissement de Saint-Flour
Canton Canton de Saint-Flour-Nord
Intercommunalité Communauté de communes de la Planèze
Maire
Mandat
Joseph Boudou
2014-2020
Code postal 15170
Code commune 15053
Démographie
Population
municipale
449 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 05′ 39″ N 2° 59′ 19″ E / 45.0942, 2.9886 ()45° 05′ 39″ Nord 2° 59′ 19″ Est / 45.0942, 2.9886 ()  
Altitude Min. 913 m – Max. 1 010 m
Superficie 19,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coltines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coltines

Coltines est une commune française, située dans le département du Cantal en région Auvergne.

Dénomination[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune est appelée Coltina (prononcer : « cortine »).

Géographie[modifier | modifier le code]

Coltines est au cœur de la Planèze de Saint-Flour, haut plateau formé par les coulées de lave de l'ancien volcan du Cantal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Voir le site de la Commune : coltines.com

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1800 Jean-Baptiste Crespoul    
1800 1801 Étienne Hugon    
1801 1812 Antoine Hugon    
1812 1814 Jean Hugon    
1815 1851 Jean Amat    
1852 1865 Étienne Amat    
1865 1876 Jean-Baptiste Boudou    
1876 1877 Claude Soule    
1878 1880 Durand Hugon    
1887 1896 Étienne Charreire    
1896 1898 Jean Jouve    
1898 1908 Antoine Granet    
1908 1929 Alexandre Sourou    
1915 1919 Jean Desfonds   Interim
1929 1943 Armand Boudou    
1943 1947 Élie Delmas    
1947 1959 Pierre Gras    
1959 1971 Émile Borel    
1971   Joseph Boudou[1] PS Conseiller régional d'Auvergne de 1998 à 2004,
Président fondateur de la FNACA du Cantal .
Elu maire au premier tour des élections municipales depuis 1971, réélu en 2014
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 449 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
844 780 830 733 776 752 734 716 728
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
682 686 666 660 665 668 654 656 616
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
602 629 571 512 494 479 467 393 406
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
348 312 298 314 358 404 405 410 444
2011 - - - - - - - -
449 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église romane (1110) qui possède une des quatre roues à clochettes subsistant en Auvergne.
  • Le Musée de l'agriculture auvergnate dans une ferme du XVIIe siècle
  • Dolmens de Touls et de Bardon
  • L'aéroport de Saint-Flour - Coltines (code OACI : LFHQ) se trouve sur la commune.
  • Les fresques du château d'eau et du Foyer rural.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sophie Villeneuve championne de France de ski de fond

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil général du Cantal fichier au format PDF daté du 4 avril 2008
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :