Colonies dans la Première Guerre mondiale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte postale montrant l'armée française d'Afrique défilant à Amiens, France, en 1914 ou en 1915.
Tirailleurs algériens blessés évacués par des autobus parisiens transformés en ambulance

Les colonies des Empires français et britannique ont joué un rôle important pendant la Première Guerre mondiale, fournissant aux Alliés des soldats, de la main-d’œuvre et des matières premières.

Empire français[modifier | modifier le code]

L'effort de guerre[modifier | modifier le code]

L'effort de guerre s'est traduit par l'apport de plus de 850 000 hommes dont environ 600 000 soldats et 220 000 travailleurs. Il consista également dans la fourniture de denrées diverses : céréales, viandes, oléagineux d'Afrique du Nord et d'Afrique noire qui firent l'objet de réquisitions à partir de 1916-1917[1].

Les troupes coloniales dans la guerre[modifier | modifier le code]

Définition et effectifs[modifier | modifier le code]

À l'époque coloniale, les forces françaises sont réparties en trois grands ensembles distincts : l'armée métropolitaine, les troupes coloniales (la Coloniale) et l'Armée d'Afrique qui dépendent d'un seul état-major général[2].

Dans la terminologie militaire, les Troupes coloniales désignent les troupes « indigènes », hors Afrique du Nord, et métropolitaines appartenant aux anciennes formations de Marines (« marsouins » de l'infanterie et « bigors » de l'artillerie), qui fusionnent en 1900 pour former l'« Armée coloniale ». Ces troupes se distinguent donc des troupes d'Afrique du Nord, « indigènes » (Tirailleurs, Spahis...) et européennes (Zouaves, Chasseurs d'Afrique, Légion étrangère...), qui forment l'Armée d'Afrique (19e Corps d'Armée) provenet essentiellement des DOM d'Algerie.Certains régiments etant mixtes regroupant des juifs,des chrétiens et des musulmans comme les zouaves ou les tirailleurs..

Cependant, lors de la Première Guerre mondiale, la mobilisation d'un grand nombre de troupes « indigènes » provenant de toutes les parties de l'Empire fit que le langage commun confondit les appartenances et qualifia de « troupes coloniales » toutes les troupes d'outre-mer (Indigènes de l'Armée coloniale et de l'Armée d'Afrique), à l'exception des soldats d'origine européenne.

On peut estimer que l'Empire français a fourni, en quatre années de guerre, entre 550 000 et 600 000 « indigènes » à la « mère-patrie », dont 450 000 vinrent combattre en Europe; environ 270 000 mobilisés, dont 190 000 combattants, étaient des Maghrébins, 180 000 mobilisés, dont 134 000 combattants, des « tirailleurs sénégalais »; les autres venant de toutes les parties de l'Empire, de Madagascar, de l'Indochine, de l'Océanie et de la Côte des Somalis[3].

Les « indigènes » sont affectés très majoritairement dans les régiments de tirailleurs. La proportions de Français au sein des régiments de Tirailleurs nord-africains est d'environ 20 % et un peu moins dans les bataillons de sénégalais.

Les coloniaux au combat[modifier | modifier le code]

En 1918, l'Armée française dispose d'un peu plus de cent divisions dont six divisions composées de troupes de l'Armée d'Afrique et sept divisions composées de troupes de l'Armée coloniale, la moitié des effectifs de ces treize divisions étant d'origine métropolitaine.

Si ces effectifs peuvent sembler relativement peu importants par rapport au total des effectifs engagés, les troupes « indigènes » comptent à leur actif bon nombre de faits d'armes particulièrement glorieux et leur rôle ne saurait être sous-estimé. Les troupes de l'Armée d'Afrique en particulier, européennes comme indigènes, grâce à leur qualités guerrières, sont choisies pour participer aux combats les plus durs sur le front de France chaque fois que la situation l'exige[4].

Leur apport a notamment été très important dans les semaines décisives de septembre 1914 lors de la Bataille de la Marne[5]. Ainsi, à propos des faits d'armes de la Division marocaine, composés de Zouaves et de Tirailleurs algéro-tunisiens[6], lors de cette bataille, le Maréchal Foch aurait dit : « La fortune a voulu que la Division Marocaine fût là ! »[7]. Il cite la division à l'ordre de l'Armée le 22 septembre 1914[8]. Quant à Adolphe Messimy, il écrit plus tard dans ses mémoires à propos des troupes d'outre-mer[9], toutes origines confondues, ayant participé à cette victoire de la Marne : « Je laisse à ceux qui me liront le soin de réfléchir à ce qu'auraient été les événements, si Gallieni sur l'Ourcq et Foch aux marais de Saint-Gond, n'avaient pas eu à leur disposition ces troupes d'élite, pleine d'élan et fraîches, s'ils auraient pu remporter de justesse les deux succès qui décidèrent du sort de la bataille décisive... et de la France »[10]. Quant aux tirailleurs marocains, que le commandemant hésite tout d'abord à envoyer au combat, et regroupés eux au sein d'une Brigade marocaine de 5 000 hommes, ils s'illustrent eux aussi au cours des combats de l'Ourcq et de l'Aisne lors de la bataille de la Marne. Décimés[11], ils recoivent les félicitations du Général Maunoury, commandant la VIe armée française, puis d'Alexandre Millerand alors ministre de la guerre : « Disciplinés au feu comme à la manœuvre, ardents dans l'attaque, tenaces dans la défense de leurs positions jusqu'au sacrifice, supportant au delà de toute prévision les rigueurs du climat du Nord, ils donnent la preuve indiscutable de leur valeur guerrière. De telles qualités les placent définitivement sur le même rang que nos meilleurs troupes d'Afrique...»[12].

Si quelques cas de panique sont signalés dans certains bataillons lors des premières semaines de combats, comme dans d'autres unités métropolitaines, par la suite, ces unités sont considérées à l'égale des meilleurs, et après Charleroi et la Marne, les Tirailleurs nord-africains, comme les Zouaves, se sont illustrés dans toutes les principales batailles, en Champagne, à Verdun, dans la Somme et dans les offensives victorieuses finales[13]. Sur le front d'Orient également, ce sont les spahis marocains qui s'illustrent en Macédoine, en Albanie, en Serbie et notamment lors de la prise d'Uskub (l'actuelle Skopje) en septembre 1918.

À propos des tirailleurs algériens, le baron des Lyons de Feuchins écrit en 1924 dans son Rapport sur le Bilan des Pertes en Morts et en Blessés des Nations Belligérantes  : « Le rôle joué pendant la grande guerre par les indigènes algériens a été grand, leur sang s'est mêlé au sang français sur tous les champs de bataille, leur acquérant des droits légitimes par des sacrifices communs... »[14].

Les « tirailleurs sénégalais » eux se mettent en valeur notamment à Ypres et Dixmude fin 1914, lors de la prise du Fort de Douaumont en octobre 1916, lors de la bataille du Chemin des Dames en avril 1917 au cours de laquelle ils perdent plus de 7 000 tués sur 16 500 engagés, soit le quart de leurs pertes totales au cours de la guerre[15], puis lors de la bataille de Reims en 1918[16].

Décorations[modifier | modifier le code]

La guerre terminée, pour les décorations et les citations, les Tirailleurs nord-africains viennent, avec les Zouaves, juste après les deux régiments les plus décorés de l'armée française (le Régiment d'infanterie coloniale du Maroc et le Régiment de marche de la Légion étrangère)[17].

Les tirailleurs nord-africains obtiennent plus de 20 % des plus hautes distinctions décernées (Drapeaux décorés de la Légion d'honneur ou de la Médaille militaire et fourragères rouges à la couleur de la Légion d'Honneur) alors que leurs effectifs au combat ne représentent à la fin de la guerre que 2 % du total des combattants[18].

Sur 19 régiments d’infanterie de l’Armée française dont le drapeau est décoré de la Légion d’honneur ou de la Médaille Militaire au cours de la guerre, on dénombre 4 régiments de tirailleurs[19]. Le drapeau du 2e Régiment de Tirailleurs Algériens devient l'un des 4 drapeaux de régiments de l'Armée française décorés, à ce jour, à la fois de la Légion d'honneur et de la Médaille Militaire[note 1],[20],[21]On lit dans une de ses 6 citations : « régiment d'assaut qui a conservé dans cette guerre les rudes et éclatantes traditions de l'arme blanche et de la baïonnette française »[note 2]. En outre, les 16 régiments de Tirailleurs nord-africains en activité au 31 août 1918[22] totalisent à la fin de la guerre 62 citations à l'ordre de l'Armée et tous reçurent la fourragère, distinction récompensant au moins deux citations à l'ordre de l'armée; 7 reçurent la fourragère au couleurs de la Croix de Guerre[note 3], 5 la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire[note 4] et 4 la fourragère aux couleurs de la Légion d’honneur[note 5], sur un total de 17 régiments et 6 bataillons de l'Armée de terre l'ayant obtenue[23],[24]. Sur le front d'Orient le Régiment de spahis marocains devient la seule unité de cavalerie de l’armée française à être décorée de la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire[25].

Les tirailleurs "sénegalais" aussi obtiennent des citations; parmi les tirailleurs d'Afrique noire, 11 bataillons, sur un total de 91 bataillons combattants[note 6] constitués au cours de la guerre, ont obtenu la fourragère : le 43e bataillon de tirailleurs sénégalais obtient la fourragère aux couleurs de la médaille militaire pour ses 4 citations à l’ordre de l’armée, dont une citation pour la prise du Fort de Douaumont au sein du RICM; 8 bataillons de tirailleurs sénégalais, 1 bataillon de tirailleurs malgaches et le bataillon de tirailleurs somalis obtiennent la fourragère aux couleurs de la croix de guerre[26].

Pertes[modifier | modifier le code]

Au total, le nombre de tués est estimé à plus de 70 000 dont environ 36 000 Maghrébins[27] et 30 000 « Sénégalais ». Les taux de pertes, calculés par rapport aux nombres de combattants réellement engagés soit 450 000, sont de 16 % au total, 19 % pour les Maghrébins et 23 % pour les « Sénégalais »[28],[29]

Empire britannique[modifier | modifier le code]

L'Empire britannique mobilise environ 1 300 000 hommes dans les Dominions, qui serviront en priorité sur le front français, et un peu plus de 1 400 000 aux Indes (dont environ 870 000 soldats). La grande différence est que les soldats coloniaux français servirent sur les fronts européens, en France et dans les Balkans, alors que les indiens servirent en très grande majorité au Moyen-Orient. Seul 12 % vinrent en France[30]. Les pertes indiennes sont estimées à 64 000 tués[31].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 2e régiment de tirailleurs algériens, Régiment de marche de la Légion étrangère (RMLE), Régiment d’infanterie coloniale du Maroc (RICM), 3e Régiment de Zouaves
  2. 5e citation à l'ordre de l'Armée, Ordre du 13 octobre 1918,
  3. deux ou trois citations à l'ordre de l'armée
  4. quatre ou cinq citations à l'ordre de l'Armée
  5. les 2e RTA, 4e RTT, 7e RTA Tirailleurs et le 4e mixte Zouaves-Tirailleurs, qui devient le 16e R.T.T en 1920, obtiennent six citations à l'ordre de l'Armée
  6. 89 Sénégalais, 1 Malgache, 1 Somali

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Frémeaux, Les colonies dans la Grande Guerre, 14-18 Editions, 2006, p.73
  2. Anthony Clayton, Histoire de l'Armée française en Afrique 1830-1962, Albin Michel, 1994, p.20
  3. Jacques Frémeaux, Les colonies dans la Grande Guerre, p.63
  4. Anthony Clayton, Histoire de l'Armée française en Afrique 1830-1962, Albin Michel, 1994, p.126
  5. Jacques Frémeaux, Les colonies dans la Grande Guerre, p. 115-117
  6. composée non de Marocains lors de la bataille de la Marne mais de 6 bataillons de Tirailleurs algériens et tunisien, 4 bataillons de Zouaves, et 3 bataillons de coloniaux, Anthony Clayton, Histoire de l'Armée française en Afrique 1830-1962, Albin Michel, 1994, p.126
  7. Pages de gloire de la Division marocaine, 1914-1918 sur Gallica, p.14
  8. « Le général commandant la IXe Armée cite à l'ordre de l'armée la 1re Division du Maroc, commandée par le général Humbert pour la vaillance, l'énergie, la ténacité dont elle a fait preuve aux combats de la Fosse-à-l'Eau le 28 août et dans les journées des 6, 7, 8 et 9 septembre à Montdement, Montgivroux, Saint-Prix. Les résultats obtenus, comme aussi les pertes cruelles mais glorieuses qu'elle a subies, en témoignent. Tous, zouaves, coloniaux, tirailleurs indigènes ont fait d'une façon admirable leur devoir », Ordre Général N° 11 du 22 septembre 1914 de la IXe Armée, Maréchal Foch
  9. 2 divisions d'Afrique du Nord : la Division Marocaine aux marais de Saint-Gond et la 45e division d'infanterie sur l'Ourcq
  10. Adolphe Messimy, Mes souvenirs, Librairie Plon, 1937, p.178
  11. Sur un effectif d'environ 5 000 hommes, seuls 700 sont valides après les combats. En outre sur les 103 officiers de la Brigade, 46 sont blessés ou tués. Les tirailleurs survivants formeront par la suite le 1er régiment de tirailleurs marocains, Pierre Dufour,1er régiment de Tirailleurs, Lavauzelle, p.60
  12. Alphonse Juin, Historique du 1er Régiment de Tirailleurs Marocains 1914-18, Comité de l'Afrique française, 1918
  13. Lieutenant-Colonel Gelez, Les tirailleurs algériens in La Revue des Deux-Mondes, n° 5-8, 1951, p.180
  14. Baron des Lyons de Feuchins, Rapport sur le Bilan des Pertes en Morts et en Blessés des Nations Belligérantes, Journal Officiel, Documents Parlementaires, Annexe n° 335, 1924
  15. Jean-Yves Le Naour, Dictionnaire de la Grande Guerre, Larousse, 2008, p.70,170
  16. Marc Michel, Les Africains et la grande guerre: l'appel à l'Afrique, 1914-1918, Karthala, 2003,p.237
  17. Les troupes coloniales dans la Grande Guerre: actes du colloque organisé pour le 80e anniversaire de la bataille de Verdun, IHCC-CNSV, 1997, p.90
  18. (56 000 sur 2 351 000 hommes), Jacques Frémeaux, Les colonies dans la Grande Guerre, p.69. Au total environ 815 régiments de toutes les armes ont été engagés par la France au cours de la Première Guerre mondiale et seules 23 unités de l'Armée de Terre (dont 6 bataillons) ont obtenu au moins 6 citations à l'ordre de l'armée récompensées par la fourragère au couleur de la Légion d'honneur
  19. Le 5 juillet 1919, un décret du Président de la République Raymond Poincaré, attribue la Légion d'honneur (ou la Médaille militaire, pour ceux étant déjà décorés de la Légion d'Honneur) aux drapeaux de 14 régiments (23e RI, 26e RI, 152e RI, 153e RI, 3e Zouaves, 4e Zouaves, 8e Zouaves, 9e Zouaves, 2e RTA, 4e RTT, 7e RTA, 4e mixte Zouaves-Tirailleurs (16e RTT), 43e RIC, RICM) qui se sont illustrés au cours de la guerre. Au total 19 drapeaux de l'Armée de Terre ont été décorés de la Légion d'Honneur ou de la Médaille Militaire pour la période 1914-1918. Il n’y a pas de liaison directe entre le port d’une fourragère et l’attribution au drapeau de la décoration correspondante, car, c’est uniquement le nombre de citations à l’ordre de l’Armée qui est pris en compte pour l’attribution de la fourragère à une unité, Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Royale, 1919, pp.2023-2035
  20. La Médaille Militaire
  21. La Légion d'Honneur
  22. 12 Algériens/Tunisiens, 2 Marocains plus les 1er et 4e mixtes Zouaves/Tirailleurs (uniquement composés de Tirailleurs respectivement dès juillet et avril 1918, mais qui conservent néanmoins leur nom de mixte jusqu'en 1920)
  23. Les fourragère, sur le site de france-phaleristique.com
  24. Les Fourragères 1914-1918, supplément du journal L'Illustration 1919
  25. Le 1er régiment de spahis marocains obtient cinq citations à l’ordre de l’Armée, deux ordres serbes, un ordre roumain et un ordre marocain ainsi que la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire. Il est le régiment de cavalerie le plus décoré de l’armée française et son étendard est le seul des emblèmes des unités de cavalerie à être décoré de la fourragère aux couleurs de la Médaille militaire, Jacques Frémeaux, Les colonies dans la Grande Guerre, p. 190
  26. 2-3 citations à l'ordre de l'armée, Les traditions du 1er bataillon de Tirailleurs somalis par Antoine Champeaux
  27. La décision de construire la Grande Mosquée de Paris, première mosquée construite en France, est prise après la Première Guerre mondiale pour rendre hommage aux 36 000 Maghrébins, essentiellement des tirailleurs, tués lor de ce conflit, Maurice Barbier, La laïcité, L'Harmattan, 1995, p. 98
  28. Jacques Frémeaux, Les colonies dans la Grande Guerre, p. 202-207
  29. Une autre source plus détaillée fait état de 565.000 mobilisés (dont 97.100 tués ou disparus) :
    • 175 000 Algériens (dont 35 000 tués ou disparus)
    • 40 000 Marocains (dont 12 000 tués ou disparus)
    • 80 000 Tunisiens (dont 21 000 tués ou disparus)
    • 180 000 Africains noirs (dont 25 000 tués ou disparus)
    • 41 000 Malgaches (dont 2 500 tués ou disparus)
    • 49 000 Indochinois (dont 1 600 tués ou disparus)
    Pascal Blanchard et Sandrine Lemaire, Culture coloniale, la France conquise par son Empire (1873-1931), Editions Autrement, 2002, p.117
  30. Encycolpédie de la Grande Guerre 1914-1918, Bayard, périya 2004, pp.339-346
  31. Jacques Frémeaux, « Les contingents impériaux au cœur de la guerre » in Histoire, économie et société, Editions C.D.U. et S.E.D.E.S., 2004, Volume 23, Numéros 1-4, p.216

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Frémeaux, Les colonies dans la Grande Guerre, 14-18 Editions, 2006
  • Anthony Clayton, Histoire de l’armée française en Afrique, 1830-1962, Paris, A. Michel, 1994
  • Chantal Antier-Renaud, Les soldats des colonies dans la Première Guerre mondiale, Rennes, Ed. Ouest-France, 2008
  • Frédéric Garan, « Les soldats oubliés de la France », L’histoire, mars 2003, numéro 274, p. 21-22
  • Jean-Yves Le Naour, La honte noire : l’Allemagne et les troupes coloniales françaises, 1914-1945, Paris, Hachette littératures, 2003
  • Jean-Yves Le Naour, Le soldat inconnu vivant, Paris, Hachette littératures, 2002
  • Christine Levisse-Touzé, L’Afrique du nord dans la guerre : 1939-1945, Paris, A. Michel, 1998
  • Marc Michel, L’appel à l’Afrique : contributions et réactions à l’effort de guerre en A.O.F, 1914-1919, Paris, Publications de la Sorbonne, 1982
  • Marc Michel, Les Africains et la Grande guerre : l’appel à l’Afrique, 1914-1918, Paris, Ed. Karthala, 2003
  • Marc Michel, « Les troupes coloniales arrivent ». Collections de l’histoire, avril 2001, numéro 11, p. 76-79
  • Belkacem Recham, Les musulmans algériens dans l’armée française, 1919-1945, Paris, Montréal, L’Harmattan, 1996
  • « Troupes coloniales troupes de marines : dossier ». Revue historique des armées, mars 2000, numéro 218.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]