Colonie pénale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colonie pénitentiaire.
Hyde Park Barracks à Sydney en Australie construits en 1819

Une colonie pénale (ou pénitentiaire) est un établissement utilisé pour exiler les prisonniers et les séparer de la population en général en les plaçant dans un endroit éloigné, souvent une île ou un lointain territoire colonial.

Historiquement, les colonies pénitentiaires ont souvent été utilisées pour le travail forcé, dans des régions ou territoires (habituellement coloniaux) économiquement peu ou sous-développés. Dans certains cas, c'est à ces premiers colons, que fut confiée la tâche pénible de défricher ces territoires[1], au travers de travaux forcés.

En pratique, ces colonies pénitentiaires pouvaient n'être guère plus que des communautés d'esclaves. Les empires coloniaux britanniques et français par exemple utilisaient des territoires comme l'Amérique du Nord, l'Australie et autres îles dans le monde (bagnes de l'île de Ré, des Îles du Salut de la Nouvelle-Calédonie, etc...), comme colonies pénitentiaires à des degrés divers, parfois sous le couvert de la servitude ou d'arrangements similaires.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les îles du Salut - » (consulté le 19 avril 2013)

Source[modifier | modifier le code]