Colonia Claudia Ara Agrippinensium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colonia Claudia Ara Agrippinensium
Cologne
Le temple du Capitole de Cologne, début du IIe siècle
Le temple du Capitole de Cologne, début du IIe siècle
Localisation
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Région antique Germanie inférieure
Coordonnées 50° 56′ 17″ N 6° 57′ 25″ E / 50.938056, 6.95694450° 56′ 17″ Nord 6° 57′ 25″ Est / 50.938056, 6.956944  

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

(Voir situation sur carte : Allemagne)
City locator 4.svg
Colonia Claudia Ara Agrippinensium

Colonia Claudia Ara Agrippinensium est une colonie romaine capitale de la Germanie inférieure, l'actuelle ville de Cologne (Köln, en allemand), en Allemagne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Oppidum Ubiorum[modifier | modifier le code]

Topographie autour de CCAA, chaussées romaines, Limes et des Ubiens - proximité des Tongres et des Trévires - au-delà du Rhin, en Germanie: les Sigambres

En l'an 57 avant J.-C., Jules César, vainqueur de la Guerre des Gaules, occupa tous les territoires jusqu’au Rhin : il fit construire un pont de bois provisoire à Neuwied, permettant à ses troupes de pénétrer sur la rive droite pendant 18 jours. Le soulèvement des Éburons sous Ambiorix, en l'an 54 av. J.-C. fut difficilement réprimé l’année suivante, et la tribu, qui vivait sur la rive gauche du Rhin, entre la Meuse, le Rhin et les Ardennes, fut complètement exterminée par César. Pendant les combats contre les Eburons, César reçut l'aide de la tribu germanique des Ubiens qui peuplait la rive droite du Rhin, et dont quelques guerriers lui servirent d’éclaireurs.

Tacite rapporte que les Ubiens se soumirent à Agrippa, jeune général commandant les troupes romaines en Gaule sous le Consulat d'Octave (futur Auguste). D’autres rapports parlent d’un traité d’alliance que les Ubiens auraient conclu avec les Romains, qui leur accordait de vastes territoires sur la rive gauche du Rhin. On estime généralement l’année de la fondation d'Oppidum Ubiorum par Agrippa, en l'an 38 av. J.-C.

Ara Ubiorum, l'autel des Ubiens[modifier | modifier le code]

En effet, Agrippa se rendit deux fois en Rhénanie : en l'an 39 ou 38 avant J.-C. et en l'an 20 ou 19 av. J.-C. Cette ville au tracé géométrique se situait à l'abri des inondations du fleuve. Capitale des Ubiens, elle servit également aux romains de garnison, de port fluvial et de centre religieux. Tout comme à Lyon en Gaule, un autel (en latin ara) fut érigé, après quoi la ville fut également appelée Ara Ubiorum.

Agrippa épousa en l'an 21 av. J.-C. Julia, fille d'Auguste, dont il eut une fille Agrippine l'aînée, en l'an 14 av. J.-C., et mourut à Capoue en l'an 12 av. J.-C.. L'expansion romaine sur la rive droite du Rhin fut conduite de l'an 13 à 9 av. J.-C. par Drusus gendre d'Auguste, puis par Tibère de l'an 9 av. J.-C. à 6 apr. J.-C., puis par Varus. Les légions de Varus furent dramatiquement exterminées par les Chérusques commandés par Arminius à la bataille de Teutoburg en l'an 9 apr. J.-C..

Germanicus, fils de Drusus, frère du futur empereur Claude et mari d'Agrippine l'aînée devint général en Gaule et en Germanie en l'an 13 apr. J.-C. ; il résida à Ara Ubiorum où naquit en l'an 15 ou 16 apr. J.-C. sa fille Agrippine la Jeune, future épouse de l'empereur Claude et future mère de Néron. Il conduisit plusieurs expéditions punitives contre les Chérusques et captura l'épouse d'Arminius en l'an 16 apr. J.-C..

Colonia Claudia Ara Agrippinensium, CCAA[modifier | modifier le code]

Agrippine la Jeune

Après que Rome a abandonné, en l'an 17 apr. J.-C., son projet de conquérir la Germanie à l'est du Rhin, Ara Ubiorum, ville romaine frontalière se développa rapidement. Grâce à l'influence d'Agrippine la Jeune, Ara Ubiorum obtint le statut de colonie romaine en l'an 50 et prit le nom de Colonia Claudia Ara Agrippinensium, en abrégé CCAA. Ce nom signifie qu'il s'agit d'une ville de droit romain (Colonia), créée sous le règne de l'empereur Claude (Claudia), à l'emplacement de l'autel des Ubiens (Ara ubiorum), par la volonté d'Agrippine (Agrippinensium). Parmi les colonies romaines, seule Cologne a conservé aujourd'hui ce nom évocateur et significatif du plus haut rang juridique d'une cité romaine.

On construisit un mur fortifié épais en moyenne de 2,5 mètres, haut de 8 mètres et comportant 19 tours rondes dont l'une, datant du IIIe siècle, est parfaitement conservée, et neuf portes furent peut-être en partie commencées dès le Ier siècle ; la construction des fortifications ne fut probablement terminée qu'au IIIe siècle. En l'an 68, année de la mort de Néron et de la terrible crise qui eut lieu à cette occasion, les Bataves et les tribus alliées assiégèrent la ville et obtinrent d'abord la reddition de la population – mais les habitants refusèrent de détruire les fortifications comme on l'exigeait et reprirent le combat avec l'aide des Romains.

CCAA, capitale de la Germanie inférieure[modifier | modifier le code]

CCAA pour Agrippina sur la Table de Peutinger 1887/88

Comme à partir de l'an 81 la région militaire autour de Cologne fut élevée au rang de province romaine, la Germanie Inférieure, CCAA reçut en l'an 89 le statut de capitale de province. À cette époque l'approvisionnement en eau de la ville fut amélioré grâce à l'un des aqueducs les plus longs de l'empire romain qui amenait l'eau de l'Eifel.

Le règne de Trajan, commencé en l'an 98, marque le début d'une période faste pour tout l'empire romain ; aussi CCAA, grâce à un siècle et demi de paix sans interruption, connut-elle un développement économique et architectural. C'est ainsi que vers 180 un nouveau prétoire fut édifié pour l'administration de la province. Les restes des murs de fondation ont été mis au jour en 1953 lors de la construction du Spanischer Bau de l'actuel hôtel de ville. Les objets manufacturés de Cologne, surtout le verre et la céramique, étaient expédiés dans tout l'empire romain et au-delà.

Postumus

Dans les années 259/60, le commandant militaire Postumus affronta Saloninus, le fils de l'empereur Gallien, et fut proclamé empereur des Gaules par les troupes révoltées de la frontière. Postumus conquit CCAA et tua Saloninus. Cologne devint alors la capitale du nouvel empire auquel appartinrent la Gaule, l'Espagne (un certain temps) et probablement aussi la Bretagne (l'actuelle Angleterre). Ce n'est qu'en 274 que la reconquête par l'empereur Aurélien mit fin à cet empire séparé, qui avait été provisoirement un temps glorieux pour CCAA. Des monnaies d'or de très bonne qualité à l'effigie de Postumus caractérisent cette époque à Cologne. En 276, Cologne fut attaquée par plusieurs peuples germains à l'occasion de l'invasion des Champs Décumates par les Alamans en 259.

Castellum Divitia[modifier | modifier le code]

Aussi, pour protéger la ville, l'empereur Constantin Ier ordonna-t-il en 310 la construction de Castellum Divitia sur la rive droite du Rhin (Kastell Deutz) qui, en outre, fut relié à la ville par la construction du premier pont permanent en bois sur le Rhin.

COLONIA CLAUDIA ARA AGRIPPINENSIUM - Reconstitution de la ville dans l'Antiquité. Musée romain-germanique de Cologne

Le nombre d'habitants de Cologne est estimé par approximation à environ 15 000 personnes aux IIIe et IVe siècles, outre environ 5 000 dans le proche voisinage. Il régnait une grande diversité de religions et de cultes ; c'est ainsi que des dieux et des déesses germaniques et d'autres religions de l'Empire romain étaient aussi honorés à côté des divinités romaines primitives. En 1882, par exemple, une figure d'Isis était retrouvée dans le mur nord de l'église Sainte-Ursule; au Musée romain-germanique, on peut voir d'autres trouvailles, par exemple pour les déesses-mères montrées le plus souvent par trois (les matrones). Le culte de Mithra, lui aussi, était particulièrement populaire à Cologne.

La communauté Juive[modifier | modifier le code]

Après la destruction du temple juif à Jérusalem et la dispersion consécutive des Juifs (la Diaspora), on trouve aussi à Cologne des preuves de l'existence d'une communauté juive. En 321 l'empereur Constantin autorisa l'établissement d'une communauté juive jouissant de toutes les libertés des citoyens romains. Bien qu'on sache peu de choses sur l'emplacement de cette communauté à Cologne - on suppose qu'elle était établie à proximité de la porte de Mars, à l'intérieur de l'enceinte urbaine - la communauté de Cologne la plus ancienne communauté dont la présence a été prouvée en Allemagne.

La communauté chrétienne[modifier | modifier le code]

Comment on se représentait au Moyen Âge le martyre de sainte Ursule

Une communauté chrétienne est attestée dès le début du IVe siècle à Cologne, Materne est considéré comme le premier évêque connu de Cologne, en 313 ; le premier témoignage écrit d'une église remonte à 355, mais son emplacement est inconnu. Une salle fut construite dans le cimetière du Nord là où suivant une légende plus tardive un groupe de jeunes filles chrétiennes auraient été victimes des dernières persécutions contre les chrétiens – c'est l'origine de ce qui devait être plus tard le culte de sainte Ursule et des onze mille Vierges.

La fin de la souveraineté romaine[modifier | modifier le code]

Depuis l'attaque de 274, Cologne était en proie aux assauts des Germains; c'est surtout les Francs qui faisaient pression sur le Rhin. À l'automne 355 ils réussirent à conquérir la ville et à la piller ; quelques mois plus tard, elle fut reconquise par l'empereur Julien. Mais, au début du Ve siècle, la fin de la domination de Rome se dessinait en Gaule et aussi en Germanie inférieure, même si Cologne était encore sortie relativement sans trop de dommages de la marche des Germains vers l'Ouest. Une courte reconquête par le magister militum de l'Empire d'Occident Flavius Aetius, entre 435 et 446, accompagne sa victoire sur le roi des Huns Attila (la poussée des Huns vers Cologne offrit de nouveaux matériaux légendaires à l'histoire de sainte Ursule). L'assassinat d'Aetius en 454 signifia la fin de la souveraineté romaine à Cologne ; les Francs conquirent la ville et en firent une viguerie.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

L'enceinte[modifier | modifier le code]

Römerturm, la tour romaine à l'angle nord-ouest de la cité.

L'enceinte romaine, construite en 70 apr. J.-C., était longue d'environ 4,5 km et comportait 21 tours et 9 portes.

À la porte ouest, le decumanus (Schildergasse) se transformait en voie romaine : la Via Belgica ou Via Agrippinensis, qui reliait Cologne, Colonia Claudia Ara Agrippinensium à Bavay, Bagacum Nerviorum, par Juliers (Iuliacum), Heerlen, Coriovallum, Maastricht, Trajectum ad Mosam et Tongres, Atuatuca Tungrorum.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]