Colombine (commedia dell'arte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colombine.
Colombine, 1683, par Maurice Sand.
Arlequin et Colombine par Edgar Degas, vers 1884.

Colombine, Colombina en italien, est un personnage type de la commedia dell'arte.

Villageoise madrée, confidente, humble servante ou soubrette éveillée, hardie et insolente à l’esprit vif, Colombine est tour à tour fille, femme ou maîtresse de Cassandre, de Pantalon, compagne de Pierrot ou ingénue romantique et amoureuse taquine d’Arlequin.

Belle, très malicieuse, elle mène Arlequin par le bout du nez, tout comme Pantalon, ce qui provoque la jalousie d’Arlequin. Comme tous les serviteurs, elle réagit par la bêtise, la cupidité et la discorde.

Le type de Colombine a subi diverses modifications à la scène, au fil du temps, suivant l'imagination des actrices qui ont créé les figures de Betta, Francisquine, Diamantine, Marinette, Violette, Coraline et la Guaiassa. Betta, flatteuse et corrompue, parut dès 1528, sur le théâtre de Padoue, dans les comédies d'Angelo Beolco, dit Ruzzante.

Francisquine est le nom emprunté, demeuré au théâtre, de Silvia Roncagli, de la troupe des Gelosi venue en France en 1578. De même, la Romaine Patricia Adami, qui débuta à Paris en 1660, rendit fameux le nom de Diamantine. Marinette fut le nom porté par la femme de Fiurelli et par Angélique Toscano. Violette rappelle le souvenir de Marguerite Rusca, femme du célèbre Vizentini dit Thomassin, laquelle faisait partie, en 1716, de la troupe italienne du Régent, et Coraline, celui de la Vénitienne Anna Veronese.

On ne trouve aucune mention, dans les premiers documents italiens sur la commedia dell’arte, d’une actrice ayant Colombina comme nom ou pseudonyme. Le texte le plus ancien où le nom de Colombina est cité est Cicalamento in canzonette ridicolose, o vero Trattato di matrimonio tra Buffetto, e Colombina comici (1646) de Carlo Cantù dit Buffetto. Mais le véritable personnage de théâtre nommé Colombine (en français), avec toutes ses grâces physiques et ses imperfections morales, n’apparaît qu’à la fin du XVIIe siècle au théâtre parisien de la Comédie-Italienne. C’est Catherine Biancolelli (1665-1716), fille de l’arlequin Dominique et femme de l’acteur Pierre Le Noir de la Thorillière, qui débute sous ce pseudonyme, en 1683, dans Arlequin Protée de Nolant de Fatouville.

Au XVIIIe siècle, Colombine échange son nom contre ceux de Zerbinette, Olivette, Tontine, Mariette, Farinette, Babet, Perrette, Fiametta, Catte, etc.

Références[modifier | modifier le code]

  • Maurice Sand, Masques et bouffons (comédie italienne), Paris, Michel Lévy frères, 1860
  • Marc Monnier, Les Aïeux de Figaro, Paris, Louis Hachette, 1868

Source[modifier | modifier le code]

  • Gustave Vapereau, Dictionnaire universel des littératures, Paris, Hachette, 1876,
  • Sergio Monaldini, Arlecchino figlio di Pulcinella e Colombina. Note sulla famiglia Biancolelli tra Bologna e Parigi, «L'Archiginnasio», XCI, 1996, pp. 83-161

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :