Colombe de la paix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colombe (homonymie).
Un autre dessin d'une « colombe de la paix »
Un clipart d'une « colombe de la paix »

La Colombe de la paix est un dessin sur affiche de Pablo Picasso réalisé en 1949.

Création[modifier | modifier le code]

En 1949, soit quelques années après la Seconde Guerre mondiale, un Congrès mondial des partisans de la paix organisé par le Mouvement mondial des partisans de la paix se tient à la salle Pleyel à Paris. Picasso est alors membre du Parti communiste, comme de nombreux intellectuels. En janvier 1949, le Parti communiste, très engagé dans l'action pour la paix aux côtés des chrétiens et des libres penseurs, demande à Picasso de dessiner une affiche symbolisant le Mouvement de la Paix.

Picasso trace le profil d'une colombe, comme les pigeons blancs qu'il garde en cage dans son atelier et ceux des arbres de son enfance à Malaga.

Dans l'iconographie chrétienne, la colombe représente le Saint-Esprit. Cette colombe parle aussi de l'histoire de l'arche de Noé racontée dans la Bible. Elle rapporte cette feuille d'olivier pour « dire » que le niveau de l'eau a baissé. C'est donc la fin « du cauchemar ».

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Picasso déclare lui-même à cette époque : « Je n'ai jamais considéré la peinture comme un art de simple agrément de distraction. Ces années d'oppression terribles m'ont démontré que je devais combattre non seulement pour mon art mais aussi pour ma personne ».

Timbre de l'Allemagne de l'Est (1950)
La colombe de la paix reproduite sur le parvis du monument aux morts de Saint-Pierre-d'Aurillac en Gironde (France)

Au printemps de la même année, la colombe de Picasso est apposée sur tous les murs des villes d'Europe. Par la suite, le symbole sera abondamment utilisé dans la propagande du Mouvement de la paix, en particulier afin d'illustrer les affiches des congrès du Conseil mondial de la paix. La contre-propagande anticommuniste de l'officine Paix et Liberté détournera l'image de la colombe en la transformant en char d'assaut soviétique avec le slogan La colombe qui fait BOUM[1].

Au printemps, Picasso aura une fille avec Françoise Gilot qu'il prénomme Paloma, mot qui signifie « colombe » en espagnol.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gravure de La colombe qui fait BOUM, Paix et Liberté exhibit, Princeton University Library, Infoshare1.princeton.edu, consultée le 14 août 2014.