Colobus guereza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Colobus guereza, le Colobe guéréza ou Guéréza du Kilimandjaro (entre autres), est une espèce qui fait partie des mammifères Primates. C’est un singe de la famille des Cercopithecidae. Il s'agit d'une espèce de singe de l'Ancien Monde. On le trouve dans une grande partie de l'ouest de l’Afrique centrale et dans l'Afrique de l'Est, c'est-à-dire le Cameroun, la Guinée équatoriale, le Nigeria, l'Éthiopie, le Kenya, la Tanzanie, l'Ouganda et le Tchad. L'espèce comprend plusieurs sous-espèces d’apparence différente. Il possède une apparence distinctive à laquelle son nom fait allusion ; les longues franges de poils blancs qui parcourent chaque côté de son tronc noir lui font une espèce de manteau. Son visage est encadré de poils blanc et il a une grande queue blanche en forme de touffe.

Le guéréza est diurne et arboricole, on le trouve à la fois dans les forêts de feuillus et les forêts de conifères. C’est une espèce adaptable qui peut supporter les perturbations de son habitat et préfère la forêt secondaire près des rivières ou des lacs. Même si autrefois on pensait qu’il ne mangeait que des feuilles, il mange aussi des graines, des fruits et des arthropodes. Il est capable de digérer de la matière végétale comportant une teneur élevée en fibres grâce à son estomac spécialisé, mais il ne peut manger à la fois qu’un petit nombre d’espèces de plantes. Il est chassé par des rapaces et certains mammifères comme le chimpanzé commun et le léopard.

Le guéréza vit en groupes sociaux de trois à quinze individus. En règle générale ces groupes comprennent un mâle dominant, plusieurs femelles, et la progéniture de ces dernières. Il se reproduit selon un système polygyne et la copulation commence avec la communication vocale. Après une période de gestation d'un peu plus de cinq mois, les bébés naissent avec une peau rose et une fourrure blanche qui devient foncée et atteint la coloration des adultes en trois à quatre mois. Le guéréza est bien connu pour son chant à l’aurore, le « rugissement » des mâles est une méthode pour communiquer à longue distance : elle renforce les limites territoriales. Il pratique aussi d’autres vocalisations et se sert pour communiquer de postures de son corps, de mouvements et d’expressions faciales.

Le guéréza est listé comme préoccupation mineure par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), car il est très répandu et, bien que menacé localement dans certaines régions, son déclin n’est pas suffisant pour le ranger dans une catégorie de menace plus élevée. Cependant, une sous-espèce qui se trouve au Kenya est considérée comme en danger. Il peut survivre convenablement dans les forêts dégradées, et dans quelques régions il est plus abondant dans les zones exploitées que dans celles qui ne le sont pas. Le guéréza est également menacé par la chasse pour la viande de brousse et pour sa peau.

Étymologie et nomenclature[modifier | modifier le code]

Son nom vient du grec kolobos (κολοβος) qui signifie « mutilé ».

Il est appelé en français Colobe guéréza, Guéréza du Kilimandjaro ou Colobe à épaules blanches[1].

Le Colobe d'Abyssinie serait une sous-espèce autrefois connue sous le nom de Colobus guereza abyssinicus[1].

Description[modifier | modifier le code]

La fourrure de ces animaux est noire et blanche de façon très contrastée. La coloration principale est noire, et de manière diverse, des parties du visage, de la poitrine, des épaules ou de la queue sont blanches, parfois sous la forme de longs manteaux de poils en forme de U, ou d'une queue en houppette. Comme pour tous les colobes, la disparition du pouce est une adaptation au mode de vie arboricole. Les colobes guéréza sont les plus grands des colobes. Ils atteignent une longueur de 45 à 72 centimètres (la queue atteint 52 et jusqu'à 100 centimètres de long), et un poids de 5 à 14,5 kg. Le plus souvent, les mâles sont nettement plus grands et plus lourds que les femelles.

Diffusion et habitat[modifier | modifier le code]

Les colobes guéréza vivent dans de vastes parties de l'Afrique. Leur domaine de diffusion s'étend du Sénégal jusqu'à l'Éthiopie et au sud jusqu'à l'Angola et la Zambie, c'est-à-dire l'Afrique moyenne et orientale. Leurs espaces de vie sont principalement les forêts. Ce peuvent être aussi bien les forêts humides et les forêts de mangrove que les forêts de montagne jusqu'à 3 000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Ils viennent aussi parfois dans les prairies arborées.

L'activité de ces primates a lieu pendant la journée, et ils séjournent le plus souvent dans les arbres. Dans les régions peu boisées, il leur arrive de descendre au sol. Ils dorment la nuit à tour de rôle, un membre du groupe restant éveillé pour guetter les ennemis possibles, par exemple l'aigle, le léopard et le chimpanzé.

Ils forment des groupes d'environ 8 à 15 animaux, c'est-à-dire de deux à six femelles et leurs jeunes autour d'un mâle. Les jeunes mâles doivent quitter leur groupe de naissance. Les mâles luttent entre eux pour s'assurer la possession d'un harem. S'il survient un changement du mâle dominant, il est fréquent que le nouveau maître tue les enfants de celui qu'il a chassé. Ils ont un fort instinct territorial et chaque groupe défend contre les autres son domaine d'environ 15 hectares par des cris, par une agitation démonstrative et s'il le faut par la violence, ce qui n'empêche pas plusieurs groupes de se partager le même point d'eau.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les colobes guéréza sont purement végétariens et les jeunes feuilles constituent la grande partie de leur nourriture. Dans une petite mesure, ils consomment également des feuilles plus anciennes, des fruits et des bourgeons. Ils possèdent un estomac à quatre chambres dont les deux supérieures servent de chambres de fermentation grâce à des bactéries spéciales pour la digestion de la cellulose; c'est seulement ensuite que la nourriture après ce premier transit parvient dans les estomacs inférieurs, où elle continue à être digérée. Ce système de digestion représente une adaptation à la consommation de feuilles pauvres en substance nutritive, et permet de détoxifier et de digérer les composés secondaires comme les strychnines, les tannins, les alcaloïdes...

Pour manger, ils s'assoient sur une grosse branche et attirent à eux les petites branches avec les mains. Parfois, un groupe reste des jours entiers sur le même arbre.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Colobe guéréza avec petit

Dans la plupart des cas, les colobes guéréza n'ont pas une période d'accouplement déterminée et les naissances peuvent avoir lieu toute l'année. En beaucoup d'endroits, malgré tout, les naissances sont réglées de telle façon que le sevrage puisse survenir au moment où la nourriture est la plus abondante. La gestation dure environ 175 jours et la femelle ne met au monde généralement qu'un seul petit. Sa couleur est uniquement blanche et ce n'est qu'au bout de quelques mois que sa fourrure acquiert le dessin typique des adultes. Il est fréquent qu'une femelle laisse les autres femelles du groupe s'occuper de son petit, et même l'allaiter, comme le fait a été observé. Le sevrage a lieu après environ six mois.

La maturité sexuelle survient chez la femelle à environ quatre ans, chez le mâle à environ six ans. Les mâles doivent peu auparavant quitter le groupe où ils sont nés alors que les femelles restent souvent dans le même groupe.

L'espérance de vie peut aller jusqu'à 24 ans quand les hommes prennent soin d'eux.

Prédateurs[modifier | modifier le code]

Les principaux prédateurs du colobe sont les léopards mais aussi, plus curieusement, les chimpanzés, qui se mettent généralement à plusieurs pour attraper ce singe particulièrement agile[2].

Espèce menacée[modifier | modifier le code]

Dans la première moitié du XXe siècle a commencé une chasse intensive des colobes guéréza, puisque leur fourrure était à la mode. Ces chasses ont provoqué une baisse de la population. Cependant dans beaucoup de régions qui leur conviennent et où ils sont protégés, ils restent abondants et, contrairement à beaucoup d'autres sortes de colobes, ils ne sont pas en danger d'extinction.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Carte de répartition des sous-espèces selon Butynski, Kingdon et Kalina. 2013

Selon Mammal Species of the World (5 mars 2011)[3], ce singe est représenté par sept sous-espèces :

  • sous-espèce Colobus guereza caudatus ;
  • sous-espèce Colobus guereza dodingae ;
  • sous-espèce Colobus guereza guereza ;
  • sous-espèce Colobus guereza kikuyuensis ;
  • sous-espèce Colobus guereza matschiei ;
  • sous-espèce Colobus guereza occidentalis ;
  • sous-espèce Colobus guereza percivali.

Selon NCBI (5 mars 2011)[4], ce singe ne comprend que cinq sous-espèces :

  • sous-espèce Colobus guereza caudatus ;
  • sous-espèce Colobus guereza guereza ;
  • sous-espèce Colobus guereza kikuyuensis ;
  • sous-espèce Colobus guereza matschiei ;
  • sous-espèce Colobus guereza occidentalis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. ISBN 0-444-51877-0, 9780444518774. 857 pages. Rechercher dans le document numérisé.
  2. Une source parmi d'autres
  3. Mammal Species of the World, consulté le 5 mars 2011
  4. NCBI, consulté le 5 mars 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ronald M. Nowak: Walker's Mammals of the World. Johns Hopkins University Press, 1999 ISBN 0-8018-5789-9

Liens externes[modifier | modifier le code]