Colobe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colobe
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « Colobe » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Colobe guéréza (Colobus guereza),A Hand-book to the Primates, 1897.
Colobe guéréza (Colobus guereza),
A Hand-book to the Primates, 1897.
Taxons concernés
Parmi la sous-famille des Colobinae:

Les colobes sont des singes de l'Ancien Monde de la famille des cercopithecidés.

Le terme « colobe » s'applique en français aux espèces africaines de la sous-famille des Colobinae (« colobinés africains ») qui étaient historiquement toutes classées dans le genre unique Colobus. Les différences morphologiques puis génétiques observées au sein de ce groupe ont conduit, dès la fin du XIXe siècle à la séparation des certains taxons dans les genres Procolobus et Piliocolobus.

La place exacte et le rang occupés par les nombreux spécimens décrits ne font pas encore consensus parmi les spécialistes, de même qu'est encore peu claire la question des liens qu'entretiennent ces primates avec les colobinés asiatiques.

Étymologie et dénominations[modifier | modifier le code]

« Colobe » est la transcription en français du latin scientifique Colobus, terme choisi par le zoologiste allemand Johann Illiger en 1811 pour classifier ces primates. Le mot est construit à partir du grec κολοϐός qui signifie « mutilé », car on observe un fort rétrécissement du pouce par rapport aux autres doigts de la main[1]. Le genre Colobus est à l'origine de plusieurs termes comme l'ancienne famille des colobidés (Colobidae)[1] et l'actuelle sous-famille des colobinés (Colobinae).

Le Trésor de la langue française informatisé (TLFI) décrit le colobe comme étant un « singe d'Afrique » caractérisé par « l'atrophie du pouce des membres antérieurs ». Il précise aussi que « les poils sont utilisés dans l'industrie de la fourrure »[1].

Noms français et noms scientifiques correspondants[modifier | modifier le code]

Liste alphabétique des noms vulgaires ou des noms vernaculaires attestés[2] en français.
Note : certaines espèces ont plusieurs noms et, les classifications évoluant encore, certains noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide.

Description[modifier | modifier le code]

Comportement et écologie[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques générales des colobes sont celles des Colobinae, avec des différences pour chaque espèce : voir les articles détaillés pour plus d'informations, notamment sur leur constitution physique ou leur mode de vie respectif.

Caractéristiques communes[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Par « colobes » on désigne communément des singes arboricoles d'assez grande taille, munis de longues queues non préhensiles vivant en Afrique subsaharienne des genres Colobus et Procolobus. Cependant, la distinction est mince avec leurs équivalents asiatiques qu'on dénomme semnopithèques et langurs, dont le représentant le plus connu est probablement l'entelle. En effet, ils ont les mêmes caractéristiques physiques, à savoir une taille comparable, une longue queue susceptible de servir de balancier dans la locomotion arboricole et surtout le régime alimentaire. Celui-ci est fait presque exclusivement de feuilles et nécessite des adaptations anatomiques proches de celles des ruminants au niveau de la division de l'estomac en plusieurs poches afin de parvenir à digérer la cellulose. La principale conséquence comportementale de ce régime alimentaire peu énergétique est la forte proportion de temps alloué à soit recueillir la quantité de nourriture suffisante, soit à digérer. L'activité sociale de ces espèces est donc moins riche que chez des singes proches morphologiquement comme les cercopithécidés mais qui eux bénéficient d'un régime alimentaire composé de fruits, plus énergétiques et digestibles.

Répartition géographique et habitat[modifier | modifier le code]

Classification[modifier | modifier le code]

Évolution de la classification des espèces de colobes
Nom vernaculaire[8] Protonyme Selon Grubb et al. (2003)[9] Selon Groves (2005)[10]
Colobe magistrat Cebus polykomos
Zimmerman, 1780
Colobe bai d'Afrique occidentale Simia badius
Kerr, 1792
  • Procolobus badius
    • Procolobus badius badius
    • Procolobus badius temminckii
    • Procolobus badius waldroni
  • Piliocolobus badius
    • Piliocolobus badius badius
    • Piliocolobus badius temminckii
    • Piliocolobus badius waldronae
Colobe de Geoffroy Semnopithecus vellerosus
I. Geoffroy, 1834
Colobe guéréza Colobus guereza
Rüppell, 1835
  • Colobus guereza
    • Colobus guereza guereza
    • Colobus guereza caudatus
    • Colobus guereza dodingae
    • Colobus guereza gallarum
    • Colobus guereza kikuyuensis
    • Colobus guereza matschiei
    • Colobus guereza occidentalis
    • Colobus guereza percivali
  • Colobus guereza
    • Colobus guereza guereza
    • Colobus guereza caudatus
    • Colobus guereza dodingae
    • Colobus guereza kikuyuensis
    • Colobus guereza matschiei
    • Colobus guereza occidentalis
    • Colobus guereza percivali
Colobe bai de Pennant Colobus pennantii
Waterhouse, 1838
  • Procolobus pennantii
    • Procolobus pennantii pennantii
    • Procolobus pennantii bouvieri
    • Procolobus pennantii epieni
  • Piliocolobus pennantii
    • Piliocolobus pennantii pennantii
    • Piliocolobus pennantii bouvieri
    • Piliocolobus pennantii epieni
Colobe noir Colobus satanas
Waterhouse, 1838
Colobe de van Beneden Colobus verus
Van Beneden, 1838
Colobe noir-et-blanc d'Angola Colobus angolensis
P. Sclater, 1860
  • Colobus angolensis
    • Colobus angolensis angolensis
    • Colobus angolensis cordieri
    • Colobus angolensis cottoni
    • Colobus angolensis palliates
    • Colobus angolensis prigoginei
    • Colobus angolensis ruwenzorii
  • Colobus angolensis
    • Colobus angolensis angolensis
    • Colobus angolensis cordieri
    • Colobus angolensis cottoni
    • Colobus angolensis palliates
    • Colobus angolensis prigoginei
    • Colobus angolensis ruwenzorii
Colobe bai de Zanzibar Colobus kirkii
Gray, 1868
Colobe bai à tête rousse Colobus rufomitratus
Peters, 1879
Colobus tephrosceles
Elliot, 1907
Colobus tholloni
Milne-Edwards, 1886
Colobus foai
de Pousargues, 1899
  • Piliocolobus foai
    • Piliocolobus foai foai
    • Piliocolobus foai ellioti
    • Piliocolobus foai oustaleti
    • Piliocolobus foai parmentierorum
    • Piliocolobus foai semlikiensis
Colobe bai d'Udzungwa Piliocolobus gordonorum
Matschie, 1900
Colobe bai de Preuss Piliocolobus preussi
Matschie, 1900

Menaces et conservation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Définitions lexicographiques et étymologiques de « Colobe » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. Attention aux appellations et traductions fantaisistes circulant sur l'Internet
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y et z (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. ISBN 0444518770, 9780444518774. 857 pages. Rechercher dans le document numérisé
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  5. a, b, c, d, e et f Lucie Etienne et Martine Peeters, « Origine du VIH, une réussite émergentielle », [[1]], no 3, vol. 14,‎ mai-juin 2010 (lire en ligne)
  6. Annexes au Journal officiel des Communautés européennes du 18 décembre 2000. Lire en ligne.
  7. Annie Gautier-Hion, Marc Colyn et Jean-Pierre Gautier, Histoire naturelle des primates d'Afrique Centrale, ECOFAC,‎ 1999, 162 p. (lire en ligne), p 131
  8. (en) Jonathan Kingdon, David Happold, Thomas Butynski, Michael Hoffmann, Meredith Happold et Jan Kalina, Mammals of Africa, vol. 2, Bloomsbury Publishing,‎ 2013, 3500 p. (ISBN 9781408122570, lire en ligne).
  9. (en) P. Grubb, T. M. Butynski, J. F. Oates, S. K. Bearder, T. R. Disotell, C. P. Groves et T. T. Struhsaker, « Assessment of the Diversity of African Primates », International Journal of Primatology, vol. 24, no 6,‎ 2003, p. 1301-1357.
  10. (en) Colin P. Groves, « Order Primates », dans Wilson, D.E. & Reeder, D.M., Mammal Species of the World : Third Edition, Baltimore, Johns Hopkins University Press,‎ 2005, p. 111–184.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]