Colmar von der Goltz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Colmar von der Goltz
Photographie du maréchal von der Goltz.
Photographie du maréchal von der Goltz.

Surnom Dünheim, W. von(pseudonyme)
Naissance
Bielkenfeld en Prusse
Décès
Bagdad
Origine drapeau du Royaume de Prusse en 1803 Royaume de Prusse
Allégeance drapeau du Royaume de Prusse en 1803 Royaume de Prusse
Empire allemand Empire allemand
Empire ottoman Empire ottoman
Empire allemand Empire allemand
Empire ottoman Empire ottoman
Arme infanterie
génie
Grade Maréchal
Années de service 1861 – 1916
Conflits Guerre austro-prussienne
Guerre franco-allemande de 1870
Première Guerre mondiale
Guerre d'indépendance turque
Autres fonctions historien militaire
conseiller militaire dans l'Empire ottoman

Le baron Colmar von der Goltz, surnommé Goltz Pacha (12 août 184319 avril 1916) est un maréchal prussien qui fut au service de l'Empire ottoman et de l'Empire allemand, et également historien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naquit dans la Famille von der Goltz, issue de l'antique aristocratie, mais désargentée, dont le domaine se trouvait en Prusse-Orientale. Son père, après dix-neuf ans dans l'armée prussienne n'avait pas réussi à dépasser le grade de lieutenant. Il n'eut pas plus de succès dans l'agriculture. Il finit par mourir du choléra, à Dantzig lorsque Colmar von der Goltz avait six ans.

Goltz intégra l'armée prussienne en 1861. Il entra ensuite à l'Académie militaire de Berlin; il la quitta en 1866 pour participer à la guerre contre l'Autriche. Il fut blessé à Trautenau. En 1867, il rejoignit la section topographique de l'état-major.

Lors de la Guerre franco-prussienne de 1870[modifier | modifier le code]

Il appartenait à l'état-major du prince Frédéric-Charles de Prusse, qui commandait la Deuxième Armée; il participa à diverses batailles, dont le siège de Metz, à la bataille de Gravelotte puis à celles de la vallée de la Loire.

Après la guerre, il enseigna à l'École militaire de Potsdam et fut attaché à la section historique de l'état-major pour laquelle il écrivit divers ouvrages sur la guerre de 1870, dont une étude sur les armées levées par Gambetta. Cet ouvrage est considéré comme sa principale contribution à l'histoire militaire et fut traduit en français. Il démontra comment, malgré une défaite rapide, la Troisième république réussit à lever une nouvelle armée et à remporter des victoires, il prévoyait qu'il serait difficile de vaincre un tel pays qui pouvait mobiliser sa population pour en faire une armée, il en tira Une nation en armes écrit en 1883.

Conseiller militaire[modifier | modifier le code]

Après sa défaite contre la Russie en 1878, le sultan ottoman, Abdülhamid II, fit appel à l'Allemagne pour moderniser son armée à travers une mission militaire ainsi qu'à travers la formation des élites militaires dans les écoles. Von der Goltz fut envoyé en 1883 comme commandant de la mission militaire allemande dans l'Empire ottoman. Il y resta douze ans. Il fut également nommé directeur général des écoles militaires ottomanes. Ses théories, notamment celles sur la "nation armée", eurent un impact sur la pensée jeune-turque. Ses réussites lui valurent les titres de Pacha, en 1895 puis Mushir, l'équivalent de maréchal juste avant son retour.

En Allemagne, il reçut le commandement de la 5e division puis en 1898 celui du corps du génie et inspecteur des fortifications. Il fut ensuite commandant du 1e corps d'armée et en 1907 celui de la 6e armée de Berlin. Puis, pendant les manœuvres , il fut promu maréchal, grade qu'il obtint au moment où il prit sa retraite en 1911. Il fut aussi le fondateur de la Ligue de la jeunesse allemande (Jungdeutschlandbund), organisation de la jeunesse à droite.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Il fut incorporé à nouveau lors de la Première Guerre mondiale et fut nommé gouverneur militaire de Belgique. On lui attribue la politique très violente de répression de la résistance belge, des otages furent pris dans les villages qui longeaient les voies ferrées et les lignes télégraphiques, une proclamation fut lue prévenant que tout sabotage entrainerait en représailles que des personnes fussent fusillées. Ces actions lui valurent l'admiration d'Adolf Hitler[1].

Empire ottoman[modifier | modifier le code]

En 1915, il prit à nouveau sa retraite et se rendit à nouveau dans l'Empire ottoman, où il fut, à nouveau, conseiller militaire. Alors que commençait la campagne de Mésopotamie il fut envoyé pour réorganiser la 5e armée, bloqua l'avance de l'armée commandée par Charles Townshend sur Bagdad et mit le siège devant Kut-el-Amara; puisant dans sa connaissance historique, il organisa le siège comme l'avait fait Jules César à Alésia c'est-à-dire une défense contre les sorties des assiégés et une contre les armées de secours. Il menaça de quitter le service ottoman s'il n'était pas mis fin au génocide arménien car si la mission allemande avait conseillé d'éloigner les personnes qui pouvaient menacer de se soulever avec l'avance des troupes russes, il se révolta contre la dureté des modalités d'application de cette mesure.

Il décéda du typhus à Bagdad et fut enterré dans les jardins de l'ambassade d'Allemagne à Constantinople.

Écrivain[modifier | modifier le code]

En 1870 et 1914, en tant que référence comme stratège et dans la communauté anglophone il était plus lu que Clausewitz; voici une liste non exhaustive de ses écrits .

  • Feldzug 1870-71. Die Operationen der II. Armee. Berlin, 1873.
  • Angeline. Stuttgart, 1877.
  • Gambetta et ses armées, Paris, Sandoz et Fischbaker, 1877.
    • Leon Gambetta und seine Armee. Berlin, 1877.
  • Napoléon 1 (empereur des Français ; 1769-1821), Bois major à l'état-major général trad. **Militärische Schriften von Napoleon I , Berlin, F. Schneider, 1881.
  • Rosbach et Iéna, recherches sur l'état physique et intellectuel de l'armée prussienne pendant l'époque de transition du XVIIIe au XIXe siècle, Commandant Pierre-Eugène Chabert trad. , Paris, W. Hinrichsen, 1890.
    • Rossbach und Jena. Studien über die Zustände und das geistige Leben der preußischen Armee während der Uebergangszeit von XVIII. zum XIX. Jahrhundert. Berlin, 1883.
  • La Nation armée, capitaine Henri Monet trad, Paris, 1891.
    • Das Volk in Waffen, ein Buch über Heerwesen und Kriegführung unserer Zeit. Berlin, 1883.
  • Ein Ausflug nach Macedonien. Berlin, 1894.
  • De la Conduite de la guerre, exposé succinct de ses principes et moyens d'exécution., Paris, L. Westhausser, 1896. Aussi chez Hachette 1978.
    • Kriegführung. Kurze Lehre ihrer wichtigsten Grundsätze und Formen. Berlin, 1895.
  • Anatolische Ausflüge, Reisebilder von Colmar Freiherr v. d. Goltz; mit 37 Bildern und 18 Karten. Berlin, 1896.
  • Krieg- und Heerführung. Berlin, 1901.
  • Von Rossbach bis Jena und Auerstedt; ein Beitrag zur Geschichte des preussischen Heeres. Berlin, 1906.
  • Von Jena bis Pr. Eylau, des alten preussischen Heeres Schmach und Ehrenrettung; eine kriegsgeschichtliche Studie von Colmar Frhr. v. d. Goltz. Berlin, 1907.
  • Jung-Deutschland; ein Beitrag zur Frage der Jugendpflege. Berlin, 1911.
  • La Défaite de la Jeune Turquie et la possibilité de son relèvement. Gaston Thierry trad. , Paris, H. Charles-Lavauzelle, 1913.
  • Kriegsgeschichte Deutschlands im neunzehnten Jahrhundert. Berlin, 1910-1912.
  • 1813; Blücher und Bonaparte, von Feldmarschall Frhn. v. d. Goltz.. Stuttgart and Berlin, 1913.

Postérité[modifier | modifier le code]

Son village natal fut renommé Goltzhausen, il s'agit actuellement d'Ivanovka près de Polessk situé aujourd'hui dans l'enclave de Kaliningrad.

Liens[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conversations secrètes avec Adolf Hitler, New York, Farrar, Straus et Young, 1953, p 26