Colman de Lindisfarne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colman.

Colman, né en 605, mort en 675, est le troisième abbé de Lindisfarne, en Northumbrie.

C'est un saint chrétien fêté le 18 février[1] [2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Saint Colman est né vers 605, dans le Connacht (nord-ouest de l'Irlande).

Il est moine à l’abbaye d’Iona, dans le Dal Riada, de 623 à 652.

Il rejoint ensuite l’abbaye de Lindisfarne, fondée en Northumbrie par Aidan, autre moine d’Iona. En 661, il succède à Finan à la tête de cette abbaye.

En 664, a lieu le synode de Whitby. Colman représente le parti des abbés gaels, tandis que Wilfrid, ancien moine de Lindisfarne, représente celui des évêques continentaux. Oswy, roi de Northumbrie, qui préside les débats, a tout intérêt à la victoire de son ami et allié Colman. Pourtant, au terme du synode, il tranche en faveur de Wilfrid.

C’est la première défaite du christianisme celtique, qui rayonnait à ce moment-là sur l'Occident.

Colman refuse de se plier aux dispositions du synode. Il quitte la Northumbrie avec tous ses moines gaels et une trentaine de moines angles, emportant les reliques de saint Aidan.

Après un séjour dans le monastère de l’île de Hii, il gagne, en 667 ou 668, l’île d’Inishbofin (l’île de la Vache blanche), dans le nord-ouest de l’Irlande (comté de Galway). Il y fonde un monastère.

Il y meurt le 8 août ou le 18 février (WP-en) 675.

Références[modifier | modifier le code]