Collaboration de classes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La collaboration de classes est un principe d'organisation sociale qui fait partie intégrante de la philosophie fasciste. Il est fondé sur la croyance que la division de la société en une hiérarchie de classes sociales est un élément positif et essentiel de la civilisation.

Selon les termes de Benito Mussolini, « (le fascisme) affirme l'irrémédiable, fructueuse et bienfaisante inégalité des hommes[1]. » Selon cette remarque, la préservation de la hiérarchie sociale est dans l'intérêt de toutes les classes, et donc toutes les classes devraient collaborer à sa défense. A la fois les classes supérieures et inférieures devraient accepter leur rôle et accomplir leurs tâches respectives.

Dans la pensée fasciste, le principe de collaboration de classe est associée à un nationalisme fort. La stabilité et la prospérité de la nation étaient considérées comme le "but ultime" de la collaboration entre les classes.

L'opposition à la lutte des classes[modifier | modifier le code]

La collaboration de classes est dans une large mesure l'opposé du concept marxiste de la lutte des classes.

Alors que la doctrine de la lutte des classes exhorte les classes inférieures de renverser la classe dirigeante et l'ordre social existant dans le but d'établir l'égalité, la doctrine de la collaboration des classes les exhorte à accepter l'inégalité comme étant quelque chose de naturel et de préserver l'ordre social. L'idée que l'inégalité est naturelle et que le progrès social doit être combattu est un point de vue réactionnaire et nettement plus conservateur, tandis que les fascistes radicaux comme les phalangistes et les premiers fascistes italiens ont appelé à une révolution sociale pour surmonter les vieilles injustices, qui freinaient selon eux leurs nations respectives à devenir de grandes nations. Ceci divise donc les fascistes radicaux et des conservateurs autocratiques.

Certains marxistes utilisent le terme « collaboration de classe » comme un terme péjoratif décrivant les organisations ouvrières qui ne participent pas à la lutte des classes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « The Doctrine of Fascism ». Enciclopedia Italiana. Rome: Istituto Giovanni Treccani. 1932.