Collégiale Saint-Vincent de Soignies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Collégiale Saint-Vincent de Soignies
Image illustrative de l'article Collégiale Saint-Vincent de Soignies
La tour-lanterne
Présentation
Culte catholique
Type collégiale
Début de la construction ~ 1020
Fin des travaux ~ 1220

XVIe siècle (chapelles)

Style dominant roman
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1941, no 55040-CLT-0003-01)
Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine exceptionnel (1993, 2013, no 55040-PEX-0001-02)
Site web www.collegiale-soignies.be
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Commune Soignies
Coordonnées 50° 34′ 46″ N 4° 04′ 13″ E / 50.579364, 4.07040250° 34′ 46″ Nord 4° 04′ 13″ Est / 50.579364, 4.070402  

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Collégiale Saint-Vincent de Soignies

La Collégiale Saint-Vincent de Soignies est située en Région wallonne dans la province de Hainaut.

Elle est classée comme Patrimoine majeur de Wallonie.

Historique[modifier | modifier le code]

La collégiale Saint-Vincent

Les XIe et XIIe siècles marquent ici le point culminant de la dévotion à Saint-Vincent dont une communauté religieuse est l'animatrice, particulièrement lors du 14 juillet, date présumée de la mort du saint en 677. On édifie d'abord un ensemble oriental composé du chœur, d'une tour-lanterne à la croisée du transept, puis de deux croisillons. Au XIIe siècle, on édifie l'actuel vaisseau et le chœur initial est surélevé. Michèle Callut et Gérard Bavay écrivent :

« Les bâtisseurs ont manifestement voulu donner une ampleur maximale à leur projet. C'est dans ce but qu'ils ont voulu faire correspondre la partie centrale du bâtiment à ses deux extrémités. Une haute nef centrale sous plafond plat, deux belles nefs latérales sous croisée d'arêtes ; deux tribunes de belle venue, une solide succession de colonnes et de forts piliers. Autant d'éléments qui font des nefs de Soignies un témoignage grandiose de l'architecture romane[1]. »

Ce joyau architectural relativement hétérogène constitue une curiosité unique dans l'architecture médiévale hainuyère. La construction de l'édifice débute entre 1015 et 1024, alors même que la première Vita de Saint-Vincent est rédigée[2]. Les grandes lignes de l'édifice ne seront terminées que deux siècles plus tard (ca 1225).

Construction[modifier | modifier le code]

L'unique gargouille de la Collégiale Saint-Vincent de Soignies.
Mise au tombeau
Date Édification[2]
VIIe siècle Construction d'une église primitive sur le site même de la collégiale
XIe siècle ca 1020 - Construction du massif occidental (porche d'entrée, tourelles)
A l'Est construction du Chœur liturgique, du transept et des tourelles
C'est cette entame concomitante des travaux, à l'Est et à l'Ouest
qui laisse supposer qu'un édifice existait déjà à cet emplacement.
Ces travaux se terminent ca 1060.
XIe siècle ca 1080 - Construction des nefs
XIIe siècle Réalisation des charpentes (datée d'après la dendrochronologie dans la fourchette 1185-1200),
couverture en plomb sur tout ou partie de l'édifice
XIIIe siècle ca 1220 - Imbrication de l'avant-corps roman dans une forte tour-clocher aux accents gothiques
Les volumes principaux de l'édifice actuel sont terminés à cette époque
XIIIe siècle Construction de la sacristie (offranderie)
XIVe siècle? Construction de la chapelle Saint-Vincent
XVe siècle Construction de la chapelle Saint-Hubert
XVIe siècle Construction de la chapelle du Saint-Nom
Animation 3D représentant la Collégiale Saint-Vincent

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Patrimoine majeur de Wallonie, p. 160
  2. a et b La collégiale Saint-Vincent - Un exceptionnel témoinde l’art roman et son trésor hérité des chanoines