Collégiale Saint-Martin de Brive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir collégiale Saint-Martin.
Collégiale Saint-Martin de Brive
Image illustrative de l'article Collégiale Saint-Martin de Brive
Clocher de la collégiale.
Présentation
Culte Catholique
Type Collégiale
Début de la construction XIIe siècle
Style dominant Roman
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)[1].
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Corrèze
Commune Brive-la-Gaillarde
Coordonnées 45° 09′ 32″ N 1° 31′ 59″ E / 45.15889, 1.53306 ()45° 09′ 32″ Nord 1° 31′ 59″ Est / 45.15889, 1.53306 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Collégiale Saint-Martin de Brive

Géolocalisation sur la carte : Limousin

(Voir situation sur carte : Limousin)
Collégiale Saint-Martin de Brive

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

(Voir situation sur carte : Corrèze)
Collégiale Saint-Martin de Brive

La collégiale Saint-Martin de Brive est une collégiale située à Brive-la-Gaillarde en Corrèze, place Charles de Gaulle. Elle est classée au titre des monuments historiques en 1862[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Crypte archéologique : les vestiges de l'église méroginvienne avec les sarcophages de la Memoria

L'évêque de Limoges Rorice envoya des évangélisateurs dans différents lieux habités de son territoire. On trouve Armand à Saint-Junien, Léonard à Noblat, Psalmet à Eymoutiers, le long de la Vienne. Briva Curretia se trouvait au croisement de deux routes, l'une allant de Toulouse à Limoges, l'autre allant de Lyon à Bordeaux. Le territoire était marécageux et une petite agglomération était située sur une petite éminence. Un pont (Briva en gaulois) en bois permettait de franchir la Corrèze et différents affluents qui entouraient ses éminences. C'est ans cette volonté d'évangélisation qu'une implantation chrétienne est entreprise. On trouvait à Brive une église Saint-Pierre sur une des buttes, le Puy-Saint-Pierre. À proximité, une église Saint-Sernin. Sur une deuxième butte va s'élever l'église Saint-Martin en l'honneur de Saint Martin l'Espagnol, martyrisé et mort à Brive. Ce saint serait venu du sud au début du Ve siècle.

Le premier édifice est mentionné par Grégoire de Tours. Cet édifice paléochrétien fut construit à l'emplacement du tombeau de Saint Martin l'Espagnol à la fin du Ve siècle. Au VIe siècle, il est reconstruit après un incendie par l'évêque de Limoges Ferréol. Les vestiges découverts en 1986-1988, visibles dans la crypte archéologiques, ont confirmé d'une manière étonnante le récit fait par Grégoire de Tours.

Ces fouilles ont permis de trouver une petite chapelle cimetériale avec des éléments d'une nécropole mérovingienne. Il subsiste de la chapelle primitive quelques éléments de murs. Lors de la deuxième reconstruction par l'évêque Ferréol, cité par Grégoire de Tours, La chapelle a été divisée en deux parties par un mur transversal. Il subsiste des traces d'inscriptions en ocre rouge. Dans le coin nord-est on avait placé un sarcaphage trapézoïdal sur un piédestal. Cette disposition était fréquente dans les memoriae de ce type et laisse penser qu'il s'agissait de la tombe du saint. On a aussi trouvé un morceau de colonne. Ces différents permettent d'imaginer une chapelle rectangulaire de 11 à 12 m de long et 5 m de largeur. Le tombeau du saint ans l'angle nord-est, avec l'autel à côté, face à l'est. Deux murs bas supportant des colonnes et laissant un passage central permettait de séparer le chœur où se tenaient les prêtres du reste de la nef où étaient placés les fidèles.

Les fouilles ont montré qu'il y avait eu une troisième phase de construction correspondant à un agrandissement vers l'est et vers l'ouest de la chapelle. À l'ouest, en plus du prolongement du mur nord, ont été trouvés une cuve baptismale de 1 m de diamètre, des fragments de pavage rouge et blanc. Ces éléments sont caractéristiques de constructions carolingiennes. À l'est a dû être construit un édifice secondaire rectangulaire. Des fragments de colonnes retrouvés pendant les fouilles peuvent faire penser qu'il y avait un ciborium.

Cet édifice peut être rapproché de Saint-Martial de Limoges où la memoria située au-dessus du tombeau de saint Martial est associée à une église dédiée à saint-Pierre et une autre à saint Benoît. L'évêque de Limoges a envoyé des clercs pour assurer le culte du saint. Ce type d'organisation se retrouve sur les principaux lieux de cultes de l'évêché de Limoges à cette époque.

Collégiale[modifier | modifier le code]

Agrandie, cette collégiale est gérée à la fin du XIe siècle par un collège de chanoines qui adoptent la règle de saint Augustin. Le prieuré de Brive a, semble-t-il, servi de point d'appui à l'évêque de Limoges face aux abbayes de Beaulieu, Uzerche et Tulle.

Les statuts et les biens du prieuré sont confirmés par le pape Eugène III, puis par le pape Innocent III et, en 1231, par le pape Grégoire IX. Les chanoines ont abandonné la vie commune en 1574 mais ils ont assuré le service divin jusqu'à la seconde moitié du XVIIIe siècle. Cependant, leurs difficultés financières les ont conduit à s'unir avec le prieuré de Port-Dieu en 1746.

Le cloître sera détruit en 1764, puis à la Révolution, les bâtiments conventuels sont acquis par la ville et détruits en 1835.

L'église devient église paroissiale. Elle a été classée monument historique en 1862[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

La nef reconstruite au XIIIe siècle et remaniée depuis a gardé ses chapiteaux du XIIIe siècle sculptés de crochets, boules, palmettes et cervidés. Les armoiries de la ville ornent la clef de voûte de la chapelle nord de la nef « collégiale Saint-Martin-de-Brive », base Mérimée, ministère français de la Culture.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eugène Lefèvre-Pontalis, Brive. Église Saint-Martin, p. 269-282
  • Geneviève Cantié, Xavier Lhermite, Évelyne Proust - Brive-la-Gaillarde, église Saint-Martin. De la Memoria mérovingienne à la collégiale - p. 105-123, dans Congrès archéologique de France. 163e session. Corrèze. 2005 - Société Française d'Archéologie - Paris - 2007
  • Jean Maury, Marie-Madeleine S. Gauthier, Jean Porcher, Limousin roman, p. 26-27, Éditions Zodiaque (collection la nuit des temps no 11, La Pierre-qui-Vire, 1960
  • Claude Andrault-Schmitt, Limousin gothique. Les édifices religieux, p. 130-140, Picard éditeur, Paris, 1997 (ISBN 2-7084-0530-6)
  • Dictionnaire des églises de France. IIB. Auvergne - Limousin - Bourbonnais, p. 28, Édition Robert Laffont, Paris, 1966

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]