Lycée international Jean-Mermoz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lycée international Jean-Mermoz
logo
Généralités
Création 4 avril 1961
Pays Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Campus 5 hectares
Coordonnées 5° 20′ 24″ N 3° 59′ 54″ O / 5.340118, -3.9984235° 20′ 24″ Nord 3° 59′ 54″ Ouest / 5.340118, -3.998423  
Adresse Avenue Mermoz
01 BP 1203 Abidjan Cocody
Site internet www.lijmermoz.org
Cadre éducatif
Réseau Mission laïque française
Population scolaire ~2 500 avant fermeture en 2004, inscrits de la maternelle à la terminale.
Formation École, Collège et Lycée général
Brevet, Baccalauréat général
Langues étudiées Français et Anglais
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Abidjan

(Voir situation sur carte : Abidjan)
Point carte.svg

Le Lycée international Jean-Mermoz est un établissement scolaire français en Côte d'Ivoire, fondé sous le nom de Collège Jean-Mermoz le 4 avril 1961[1], membre du réseau de la mission laïque française, et situé dans la commune abidjanaise de Cocody. La réouverture de l'établissement est prévue pour septembre 2014, soit pratiquement dix ans après sa destruction par la FESCI lors des évènements de novembre 2004.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le collège était, au départ, un établissement privé d'enseignement laïc, comptant environ 350 élèves répartis dans 11 classes. Les cours comprenaient les cycles primaire et secondaire. Quatre ans plus tard, le nombre d'inscrits est de plus de 600 élèves, répartis dans 31 classes. À partir des années 1970, le collège compte plus de 900 élèves. En 1975, le collège obtient l'homologation lui permettent ainsi de prodiguer un enseignement français agréé, conjointement à l'enseignement ivoirien.

L'établissement connait un développement rapide au fil des années pour proposer dès les années 1980 un enseignement allant du primaire à la terminale. En 1987, le collège est hôte d'une grande fête en présence du Président Félix Houphouët-Boigny et de son épouse, de membres du gouvernement, des ambassadeurs accrédités en Côte d'Ivoire et de chefs traditionnels, pour célébrer le 25e anniversaire de la première année scolaire. En 1990, le collège devient un établissement scolaire français à l'étranger, grâce à la signature d'une convention bilatérale entre la Côte d'Ivoire et la France. Le 20 mars 1992, Félix Houphouët-Boigny lui octroie le statut de collège international.

L'établissement était réputé dans toute la région ouest-africaine pour la qualité de son enseignement, et était alors considéré comme l'un des établissements les plus prestigieux de la capitale économique, ayant formé de nombreux cadres ivoiriens[2],[3]. En 1999, Le Collège international Jean-Mermoz figurait parmi les 20 premiers établissements d’enseignement français au monde, mesuré aux résultats obtenus au baccalauréat français[4]. L'établissement comptait alors 2 500 élèves inscrits, représentant plus de 70 nationalités différentes répartis dans 85 classes, comprenant tous les cycles de la maternelle à la terminale.

Destruction[modifier | modifier le code]

La fin de l'ère Houphouët-Boigny annonce le commencement d'une période difficile pour le collège Jean-Mermoz, dirigé par Geneviève Padovani depuis la mort de son mari, qui fut également directeur de l'établissement. Le collège doit renforcer sa sécurité suite à l'apparition de milices et de spasmes anti-français, et à la suite d'un premier pillage en janvier 2003[5].

L'établissement ferme ses portes lors des manifestations anti-françaises de novembre 2004, point culminant de la crise politico-militaire en Côte d'Ivoire, alors qu'il comptait déjà plus de 3 000 étudiants inscrits, représentant plusieurs dizaines de nationalités différentes[6]. Le collège, considéré comme un des symboles de la présence française en Côte d'Ivoire, est détruit par des membres de la FESCI, venant des cités et du campus de l'université de Cocody proche de l'établissement[3].

Réhabilitation[modifier | modifier le code]

Le site et les bâtiments de l'établissement sont réhabilités dès début 2013, pour une livraison initialement prévue pour la rentrée scolaire 2013-2014[7], mais finalement prévue pour la rentrée suivante. L'établissement est depuis rebaptisé Lycée international Jean-Mermoz[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « International school detail of College Jean Mermoz »,
  2. Judith Rueff, « Tableau noir », Libération, 3 décembre 2004.
  3. a et b Abidjan, « fatiguée-fatiguée » Jeune Afrique. Consulté le 30 janvier 2013.
  4. a et b Réouverture annoncée du Lycée international Mermoz de Cocody (Côte d’Ivoire) - article de la Mission Laïque Française publié le 27 janvier 2014.
  5. Tableau noir, portrait de Geneviève Padovani paru dans le journal Libération du 3 décembre 2004. Consulté le 30 janvier 2013.
  6. En novembre 2004, des "jeunes patriotes", partisans du président Laurent Gbagbo, avaient déferlé dans les rues d'Abidjan pour dénoncer la destruction par l'armée française de l'aviation ivoirienne, en riposte à un bombardement d'un camp militaire à Bouaké (centre) dans lequel neuf soldats français et un civil américain avaient été tués. Le collège Jean Mermoz, l'école Jacques Prévert et le lycée Blaise Pascal - établissements d'enseignement français conventionnés d'Abidjan qui assuraient la scolarisation de près de 4 000 enfants de la maternelle au baccalauréat - avaient été alors détruits. - Réouverture du lycée français d'Abidjan - AFP sur Le Figaro.fr
  7. Au collège Jean Mermoz à Cocody, les bâtiments abandonnés et vidés de leur contenu rappellent l’histoire récente de la crise ivoirienne. Mais dans cinq mois, les 4,2 hectares verront pousser de nouveaux édifices. Dès la rentrée 2013-2014, l’établissement pourra revivre l’ambiance des 4000 élèves, neuf ans après. - article de FratMat.info. Consulté le 30 janvier 2013.

Lien externe[modifier | modifier le code]