Cégep Gérald-Godin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Collège Gérald-Godin)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Godin.
Cégep Gérald-Godin
Image illustrative de l'article Cégep Gérald-Godin
Coordonnées
Localisation Montréal, Québec
Canada
Adresse 15615, boulevard Gouin Ouest
Coordonnées 45° 28′ 59″ N 73° 52′ 04″ O / 45.483146, -73.86773 ()45° 28′ 59″ Nord 73° 52′ 04″ Ouest / 45.483146, -73.86773 ()  
Site web www.cgodin.qc.ca/
Informations
Fondation 1999
Régime linguistique Français
Chiffres clés
Nombre d'étudiants 1200

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Cégep Gérald-Godin

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Cégep Gérald-Godin

Le Cégep Gérald-Godin est un collège d'enseignement général et professionnel francophone de l'ouest de l'Île de Montréal.

Histoire[modifier | modifier le code]

Collège Gérald-Godin

Il s'agit à l'origine d'un ancien noviciat des Pères de Sainte-Croix, construit en 1932 par l'architecte Lucien Parent; l'on y formait de futurs prêtres. Il est converti par la suite en centre de désintoxication et finalement en établissement d'enseignement.

Le cégep est inauguré en 1999 par le ministre de l'Éducation d'alors, François Legault. L'établissement est nommé en l'honneur de Gérald Godin, écrivain et homme politique québécois qui fut entre autres ministre de l'Immigration et des Communautés culturelles et responsable de la Charte de la langue française du Québec. Depuis l'automne de 2009, le cégep a construit un nouveau bâtiment afin d'y aménager son nouveau café étudiant ainsi que le nouveau programme offert : Technologie de la production pharmaceutique. Un salon pour le personnel y siège aujourd'hui, mais le café étudiant fut toutefois construit à l'intérieur de la cafétéria.

Programmes et activités de formation[modifier | modifier le code]

Environ 1 200 étudiants y étudient soit en secteurs pré-universitaires ou techniques. Le collège offre également une formation à Vaudreuil-Dorion.

Les programmes pré-universitaires qui y sont donnés sont :

Pour ce qui est des techniques, il y a :

En formation continue, le collège offre une prestation permettant d'obtenir une attestation d'études collégiales en développement d'applications mobiles[1].

Association étudiante[modifier | modifier le code]

L'Association générale des Étudiants et Étudiantes du Collège Gérald-Godin (AGEECGG) a comme mission de gérer les affaires étudiantes, tant financières que pédagogiques et sociales. L'Association est légalement reconnue comme un organisme indépendant du Collège, ayant reçu en 2001 sa Charte du gouvernement du Québec.

Militantisme[modifier | modifier le code]

La période allant de 2003 à 2005 se caractérise par le militantisme. Une première fois en 2003, l'AGEECGG reçoit un mandat de grève pour permettre aux étudiants de rejoindre à Montréal une mobilisation de plus grande envergure, s'opposant à la ZLÉA (Zone de Libre Échange des Amériques).

Puis, en 2005, l'AGEECGG rejoint le mouvement généralisé des établissements post-secondaires s'opposant aux coupures de 103 millions de dollars dans le programme de Prêts et Bourses par le gouvernement libéral de Jean Charest. La grève sera de courte durée, mais aura des répercussions majeures sur l'image de l'AGEECGG, qu'une bonne partie de la population étudiante verra à présent comme une organisation partisane.

En automne 2011, les étudiants du Collège se positionnent en défaveur de la hausse des frais de scolarité des universités québécoises de 1 625 $ en cinq ans, annoncée par le gouvernement libéral d'alors. Au cours de la session suivante, dans le cadre de cette hausse, trois votes de grève d'une journée ont eu lieu, ils ont tous été adoptés. Le dernier de ces trois votes a été marqué par la possibilité du Collège de décréter une semaine renouvelable de grève cette option a été rejetée par les étudiants.

Réforme[modifier | modifier le code]

Le courant de protestation de 2003 à 2005 mène à un nombre de candidatures très élevé aux élections générales de septembre 2005. Mais ironiquement, la plupart des nouveaux candidats sont élus par acclamation, les anciens ayant fini leur parcours collégial. Nouveaux administrateurs pour la plupart, le premier but de la nouvelle AGEECGG est de redorer son image auprès des étudiants du Collège.

C'est durant cette période que l'AGEECGG tisse des liens avec toutes les autres organisations du Collège. Ainsi naît la Table de Concertation (avec la Direction générale) et la Table ronde (avec les comités sous la tutelle de l'Association). La création de deux nouveaux comités, le Contingent des Étudiants Actifs (CÉA) et le Club Entrepreneurs laisse aussi présager un avenir glorieux pour l'engagement étudiant. L'AGEECGG réorganise aussi le cycle des Party de session, remplaçant le classique « Mi-session » par un spectacle visant à faire découvrir des artistes québécois, notamment Pépé et son Orchestre. La formule est très appréciée par les étudiants du Collège.

Toujours à cette époque, que ses administrateurs qualifieront de l'« Âge d'Or », une Assemblée générale vote, sous la proposition d'un membre de l'Assemblée, l'établissement de règlements contraignants pour les comités étudiants: Tout groupe désirant obtenir une subvention de l'AGEECGG devra être présent aux Assemblées à plus de 50 % + 1 de ses membres et présenter un topo de ses activités. De plus, Un taux de participation de 7,5 % sera dorénavant préalable à la tenue du prochain Party de session. L'Assemblée, de même, autorise l'AGEECGG a attribuer un budget de 40 000$ à l'établissement de café étudiant dans le nouveau pavillon de production pharmaceutique, dont l'ouverture est prévue en 2009, en plus d'adopter la proposition qui fait passer la cotisation étudiante de 10$ à 17$ pour financer l'expansion de l'organisme.

À cette époque, la participation aux Assemblées générales dépasse les 15 %.

Structure[modifier | modifier le code]

L'AGEECGG regroupe plusieurs instances décisionnelles et exécutives, plus ou moins inspirées du système parlementaire britannique.

Comme dans la plupart des Associations et Syndicats du genre, l'AGEECGG est soumise aux décisions émanant de l'Assemblée générale (AG). Celle-ci est le rassemblement de tous les étudiants membres désirant s'exprimer et donner un mandat à leurs représentants. Un taux de participation minimal (quorum) est requis pour que l'AG soit considérée légale. Ce taux, originalement fixé à 10 %, a été revu à la baisse en 2003 pour être fixé à 5 %, plus proche de la moyenne collégiale. Bâtie sur une structure représentative, l'AGEECGG doit rendre, sur une base annuelle, un compte rendu de ses activités et un rapport financier détaillé. Les enjeux de plus grande envergure, tels que les votes de grève, l'adoption de budgets importants, les modifications aux règlements généraux ou les destitutions, doivent passer par une Assemblée générale extraordinaire, convoquée au minimum 48 heures à l'avance. En temps normal, l'AGEECGG convoque ses membres avec deux semaines de préavis.

La seconde instance décisionnelle de l'AGEECGG est le Conseil d'Administration (CA). Cette instance regroupait, depuis la création de l'organisation, les 12 représentants des 6 programmes d'études du Collège. Depuis septembre 2008, le CA est constitué de 14 sièges, incluant ceux du nouveau programme de production pharmaceutique. Ces sièges sont remplis au terme des élections générales de septembre. Le CA est donc composé de deux représentants pour chacun des programmes d'études, parmi lesquels seront élus les officiers. Ces élections se font à l'interne, et le résultat sera ensuite ratifié par l'AG. Sous la tutelle du CA, on retrouve divers comités, notamment le Conseil Exécutif, la table ronde des comités étudiants, et plusieurs groupes en cours d'établissement: comité de mobilisation, comité de déontologie, commission socio-politique. C'est par le CA que l'AGEECGG communique avec ses membres, par l'intermédiaire de l'AG.

Bâtiments et équipements[modifier | modifier le code]

Le collège Gérald-Godin comporte la salle Pauline-Julien, du nom de sa compagne de vie, qui a marqué la scène de la chanson québécoise.

Cégep Gérald-Godin, 15 615, boulevard Gouin Ouest, Montréal.La partie ancienne à gauche était le monastère des Pères de Sainte-Croix.
Cégep Gérald-Godin, 15 615, boulevard Gouin Ouest, Montréal.
La partie ancienne à gauche était le monastère des Pères de Sainte-Croix.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Valérie St-Onge, « Le Cégep Gérald-Godin à l'ère mobile », L'étoile, vol. 46, no 44,‎ 13 novembre 2013, p. 29 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]