Collège-lycée Ampère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Collège-lycée Ampère
Image illustrative de l'article Collège-lycée Ampère
Le collège-lycée et la Passerelle du collège vus depuis les berges du Rhône
Généralités
Création 1519
Pays Drapeau de la France France
Académie Lyon
Coordonnées 45° 45′ 55″ N 4° 50′ 15″ E / 45.765406, 4.83757845° 45′ 55″ Nord 4° 50′ 15″ Est / 45.765406, 4.837578  
Adresse 31 rue de Bourse
69002 Lyon
Site internet www2.ac-lyon.fr/lyc69/ampere
Cadre éducatif
Type Établissement public local d'enseignement (EPLE)
Proviseur Jean-Marie Boucly
Proviseur-adjoint Eric Jassigneux
Population scolaire 1186
Formation Collège, Lycée technologique (STG), Lycée général (S, ES et L), CPGE économiques et scientifiques
Langues étudiées anglais, allemand, espagnol, grec ancien, italien, latin, russe
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Point carte.svg

Le collège-lycée Ampère est un établissement scolaire situé dans le 2e arrondissement de Lyon. Il se distingue par la diversité des langues enseignées : outre le russe et l'arabe, l'établissement est le seul lycée public de l'académie de Lyon à dispenser des cours de japonais et d'hébreu[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Il fut fondé en 1519 par les membres de la confrérie de la Trinité. Il est alors connu sous le nom de collège de la Trinité. Il a été dirigé par les Jésuites entre 1565 et 1762, puis par les Oratoriens jusqu'en 1792. C'est le premier collège mixte de France. La poétesse Louise Labé y étudie, ainsi que Pernette du Guillet. Cette expérience d'avant garde permet à des roturiers d'accéder à l'enseignement. Avec leur mentor, Maurice Scève, Louise Labé, fille de cordier, Pernette et d'autres, constituent ce qu'on appelle "l'école de Lyon", fameuse association de poètes humanistes. (source : "Longs désirs": Louise Labé, lyonnaise, de Florence Weinberg)

Pendant la Révolution, l’édifice est occupé par les troupes de la Convention et renommé École centrale. Napoléon Bonaparte, alors Premier consul est proclamé Président de la République italienne lors de la consulte de Lyon dans la grande chapelle du lycée et par un arrêté consulaire du 24 vendémiaire an XI (16 octobre 1802), l’établissement est transformé en Lycée impérial. Louis Annet de Nompère de Champagny (1757-1827) (frère du duc de Cadore), prêtre et recteur de l'académie de Lyon (3 février 1809), fut proviseur du lycée de Lyon depuis le 3 février 1810 et ce pendant quatre ans et demi

Sous la Restauration, il prend le nom de Collège royal, jusqu'à la révolution de 1848, à partir de laquelle il devient Lycée de Lyon.

En 1888, il est nommé lycée Ampère, en l'honneur du physicien André-Marie Ampère.

Depuis 1904, le lycée possède une annexe dans le 3e arrondissement de Lyon dénommé, Lycée Ampère-Saxe, une autre sera crée en 1908, à Perrache.

La chapelle de la Trinité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Chapelle de la Trinité (Lyon).

La chapelle de la Trinité dite aussi "grande chapelle" fut édifiée au sein du collège-lycée Ampère, au sein des bâtiment du Grand Collège, entre 1617 et 1622 dans le style baroque, par le frère jésuite architecte Étienne Martellange. Elle fut le premier bâtiment ecclésiastique de style baroque de Lyon avec l'église de l'église Saint-Bruno des Chartreux, dans un contexte de Contre-Réforme. Elle était utilisée et gérées par les jésuites pour être destinée aux élèves du collège. En 1754 elle fut redécorée par l'architecte urbaniste lyonnais Jean-Antoine Morand, avec notamment l'utilisation du marbre de Carrare. Classée en 1939 monument historique, elle tomba cependant dans l'oubli et servit même de salle de gymnastique, et perdit une partie de son mobilier. Restaurée dans les années 1990 par la municipalité de Lyon et la région Rhône-Alpes, pour un coût de 1 700 000 euros[2], elle abrite de nos jours régulièrement des concerts de musique classique. On peut y voir sur un parement de marbre le nom de Baudelaire gravé[3].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le lycée abrite des élèves qui préparent le baccalauréat général (S, ES, L) ainsi que des élèves en filière technologique (STMG). Le lycée accueille des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) économiques et commerciales (ECE et ECS).

Classement du Lycée[modifier | modifier le code]

Le lycée se classe 46e sur 66 au niveau départemental en termes de qualité d'enseignement, et 1601e au niveau national[4]. Le classement s'établit sur trois critères : le taux de réussite au bac, la proportion d'élèves de première qui obtient le baccalauréat en ayant fait les deux dernières années de leur scolarité dans l'établissement, et la valeur ajoutée (calculée à partir de l'origine sociale des élèves, de leur âge et de leurs résultats au diplôme national du brevet)[5].

Classements des CPGE[modifier | modifier le code]

Le classement national des classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) se fait en fonction du taux d'admission des élèves dans les grandes écoles. En 2014, L'Étudiant donnait le classement suivant pour les concours de 2013 :

Filière Élèves admis dans
une grande école1
Taux
d'admission1
Taux moyen
sur 5 ans
Classement
national
Évolution
sur un an
ECE 8 / 33 élèves 24 % 37 % 9e
sur 94
en augmentation 1
ECS 3 / 73 élèves 4 % 4 % 46e
sur 96
en diminution 10
Source : Classement 2014 des prépas - L'Étudiant (Concours de 2013).
Note 1: le taux d'admission dépend des grandes écoles retenues par l'étude. Par exemple, en filière ECE et ECS,
ce sont HEC, ESSEC, et l'ESCP qui ont été retenues.

Élèves et professeurs célèbres[modifier | modifier le code]

26 janvier 1802,
La Consulte de la République cisalpine réunie en comices à Lyon pour décerner la présidence au premier consul, Nicolas-André Monsiau, 1806-1808.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Académie de Lyon. Livret des langues vivantes [1]
  2. Séance du 13 septembre 2004 du conseil municipal de Lyon
  3. [2].
  4. Classement Départemental et National des lycées français
  5. Méthodologie du classement national des lycées français

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :