Colique du nourrisson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coliques du nourrisson
Classification et ressources externes
Crying newborn.jpg
Nouveau-né en pleurs, peut-être gêné par des coliques.
CIM-10 R10.4
CIM-9 789.7
MedlinePlus 000978
eMedicine ped/434 
MeSH D003085
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Les coliques du nourrisson constituent une affection bénigne caractérisée par des douleurs violentes et soudaines qui entraînent d'intenses périodes de pleurs.

Définition[modifier | modifier le code]

Elles sont définies par des pleurs durant plus de 3 heures par jour, au moins trois jours par semaine pendant au moins trois semaines, chez un nourrisson indemne d'autres maladies et sans autre cause évidente aux pleurs[1].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Elles sont fréquentes : elles sont présentes chez 12 à 30 % des nourrissons et un avis médical est demandé chez un enfant sur 6[2]. Elles apparaissent vers l'âge de 2 semaines et disparaissent spontanément vers l'âge de 3 ou 4 mois.

Cause[modifier | modifier le code]

On ignore les causes des coliques du nourrisson. Une hypothèse stipule qu'elles pourraient être causées par le fait que, jusqu’alors nourri directement via le cordon ombilical et sa circulation sanguine, il aurait très peu fait usage de son tube digestif et encore moins de son estomac. Les premiers mois, l'adaptation du système digestif, induite par la digestion, et le développement de la flore intestinale pas nécessairement équilibrée (bactéries probiotiques versus pathogènes[3]), produiraient des douleurs digestives chez le bébé appelées coliques.

Le rôle de l'anxiété parentale a été évoqué comme possible cause d'exacerbation[4]. Le tabagisme maternel, l'âge de la mère et le fait d'être un premier enfant seraient des facteurs de risque[4]. L'allaitement maternel ou artificiel ne majorerait pas le risque de colique[4].

Examen clinique[modifier | modifier le code]

Il est sans particularité et son rôle est essentiellement d'exclure les autres causes de pleurs.

Prise en charge[modifier | modifier le code]

Le changement de lait pour une forme contenant des protéines hydrolysées théoriquement plus digestes (laits dits « hypoallergéniques ») peut améliorer les symptômes[5] par rapport à la poursuite d'un allaitement artificiel à un lait premier âge aux protéines de lait de vache. L'apport de fibres alimentaires n'a pas démontré d'intérêt[5].

L’efficacité de l'ajout de lactase à l'alimentation du bébé reste controversée[4].

Les extraits de fenouil pourraient avoir un certain intérêt mais l'absence d’homogénéisation de la composition peut comporter des risques chez le nourrisson[6]. Les massages peuvent avoir un effet positif[7]. Ces techniques ont cependant un niveau de preuve faible[4].

Plusieurs essais de probiotiques ont pu démontrer une amélioration des symptômes[4].

La chiropraxie[8] et l'acupuncture[9] n'ont pas d'intérêt démontré.

Des interventions comportementales destinées à réduire l'anxiété maternelle pourraient réduire la survenue de colique de son nourrisson[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Lucassen PL, Assendelft WJ, Gubbels JW, van Eijk JT, van Geldrop WJ, Neven AK., « Effectiveness of treatments for infantile colic: systematic review », BMJ, no 316,‎ 1998, p. 1563 (lire en ligne)
  2. (en) Wade S, Kilgour T., « Infantile colic », BMJ, no 323,‎ 2001, p. 437 (lire en ligne)
  3. (en) Savino F, Tarasco V., « New treatments for infantile colic », Curr Opin Pediatr., no 22,‎ 2010, p. 791-7. (résumé)
  4. a, b, c, d, e et f (en) Drug and Therapeutics Bulletin, « Management of infantile colic », BMJ, no 347,‎ 2013, f4102 (lire en ligne)
  5. a et b (en) Iacovou M, Ralston RA, Muir J, Walker KZ, Truby H., « Dietary management of infantile colic: a systematic review », Matern Child Health J., no 16,‎ 2012, p. 1319-31. (lire en ligne)
  6. (en) Perry R, Hunt K, Ernst E., « Nutritional supplements and other complementary medicines for infantile colic: a systematic review », Pediatrics, no 127,‎ 2011, p. 720-33. (lire en ligne)
  7. (en) Arikan D, Alp H, Gözüm S, Orbak Z, Cifçi EK., « Effectiveness of massage, sucrose solution, herbal tea or hydrolysed formula in the treatment of infantile colic », J Clin Nurs., no 17,‎ 2008, p. 1754-61. (résumé)
  8. (en) Ernst E., « Chiropractic spinal manipulation for infant colic: a systematic review of randomised clinical trials », Int J Clin Prac., no 63,‎ 2009, p. 1351-3. (résumé)
  9. (en) Landgren K, Kvorning N, Hallström I., « Feeding, stooling and sleeping patterns in infants with colic—a randomized controlled trial of minimal acupuncture », BMC Complement Altern Med., no 11,‎ 2011, p. 93 (lire en ligne)
  10. (en) Newnham CA, Milgrom J, Skouteris H., « Effectiveness of a modified Mother-Infant Transaction Program on outcomes for preterm infants from 3 to 24 months of age », Infant Behav Dev., no 32,‎ 2009, p. 17-26 (lire en ligne)