Colin Salmon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salmon.

Colin Salmon est un acteur britannique, né le 6 décembre 1962 à Bethnal Green (Londres).

Dès les débuts des années 1990 il a été acclamé par l'audience de part et d'autre de l'Atlantique pour son interprétation dans la mini-série policière Suspect numéro 1 (saison 2) (1992), il est premier acteur noir à avoir incarné Frantz Fanon (1996) à l'écran, mais il est plus célèbre pour avoir joué le rôle de l'agent secret Charles Robinson qui est aussi le chef d'état-major de M et dont le rôle est d'assister James Bond dans ses missions les plus délicates[1] ; devenant ainsi le premier acteur noir de l'histoire du cinéma à incarner un agent secret britannique aux services secrets de Sa Majesté britannique (le MI6)[2].

Colin Salmon est généralement considéré comme « le leader des acteurs noirs britanniques [3]» puisqu'il a personnifié durant les années 1990 l'ouverture de la télévision britannique et du cinéma britannique aux autres ethnies à travers notamment ses rôles respectifs dans Suspect numéro 1 (saison 2) et dans les films de la série James Bond[4], favorisant ainsi l'émergence d'une majorité d'acteurs noirs britanniques dans les années 1990 et au-delà.

Il est aussi considéré comme « une figure emblématique de la beauté noire masculine[4] » en rapport à son physique altier[4] et au rôle qu'il a tenu dans la série James Bond[4].

Son interprétation du rôle de l'inspecteur Robert Oswald où il fait face à Dame Helen Mirren dans la deuxième saison de la série télévisée britannique Suspect numéro 1 ainsi que son rôle de Charles Robinson dans les films de la série James Bond et surtout le fait qu'il soit connu pour être le premier acteur noir à se porter candidat au rôle de James Bond ont fait de Colin Salmon ce que les Anglo-Saxons appellent un « role-model » pour les acteurs noirs ; il a failli devenir le premier James Bond noir au cinéma[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et débuts dans la musique[modifier | modifier le code]

Colin Salmon est né à Bethnal Green, qui est une zone (ou une région) située dans le district londonien de Tower Hamlets, dans l'East End de Londres ; c'est une région londonienne dont la particularité est d'être peuplée par diverses populations d'origine étrangère.

Par la suite, il a passé son enfance dans la ville de Luton ; il est le fils d'une infirmière (Sylvia Ivy Brudnell Salmon)[6]. Il allait à l'école primaire à la Ramridge Primary School, et par la suite il a fait son secondaire à la Ashcroft High School.

Pendant sa scolarité à la Ashcroft High School, Salmon découvre sa voie dans la musique et souhaite devenir musicien au lieu de poursuivre sa scolarité. À 16 ans, il est renvoyé de la Ashcroft High School, et il devient batteur par la suite, et forme avec trois camarades de classe de la Ashcroft High School un groupe de rock punk dont le nom est The Friction ; ils avaient l'habitude de jouer aux alentours de la ville de Luton vers la fin des années 1970 et le début des années 1980. Il a aussi brièvement travaillé avec un autre groupe dont le nom était les Tee vees.

Malgré son succès dans la musique, Colin Salmon est très ambitieux et parfaitement conscient qu'il possède de nombreux dons artistiques, et surtout un physique qui fait impression, c'est pour cette raison qu'il décide par la suite de s'orienter vers les arts dramatiques, afin de suivre une formation d'acteur. Il débuta d'abord comme acteur de théâtre, et bien qu'il soit devenu un acteur par la suite, en dehors des tournages il est parfois trompettiste, et joue avec son propre quartette de jazz dans des lieux comme le Dorchester Grill Room, le restaurant du célèbre hôtel (5 étoiles) londonien le Dorchester hotel, ou dans des évènements comme le Cheltenham Festivals du Royaume-Uni[7].

Carrière cinématographique[modifier | modifier le code]

Débuts (1992-1996)[modifier | modifier le code]

La deuxième saison de Suspect numéro 1 débute ses enquêtes policières dans un quartier jamaïcain, et le choix de Colin Salmon (à la suite d'un casting) pour le rôle de l'inspecteur Robert Oswalde était un choix judicieux ; car il fallait pour le rôle un acteur noir talentueux qui connaisse le milieu jamaïcain tout en ayant la classe et le flegme britannique et qui soit capable de donner la réplique à Helen Mirren qui est non seulement l'actrice principale de la série, mais aussi une des plus grandes actrices britanniques.

Certes, Colin Salmon n'est pas l'acteur principal de la série mais c'est lui que la deuxième saison de Suspect numéro 1 met en valeur aux yeux du public en le présentant notamment comme un acteur doté d'un physique majestueux [8], et d'une taille avantageuse et noble (il mesure 1,94 m [9]) ; le mérite de la série c'est d'avoir su si bien mettre en valeur l'un des atouts majeurs de son physique majestueux : son port de tête altier [10].

Dans la deuxième saison de la série policière Suspect numéro 1 Colin Salmon incarne l'inspecteur Robert Oswalde, un inspecteur personnifiant le modèle de beauté de la population noire masculine, et dont la mission consiste à enquêter sur un crime à caractère sexuel commis dans un quartier jamaïcain de Londres. Dès le début de sa prise de fonction en qualité d'officier de police, il doit d'abord lutter contre le racisme de certains de ses collègues policiers qui ne le considère pas à sa juste valeur parce qu'il est noir ; le point d'orgue de cette lutte contre le racisme dans la deuxième saison de Suspect numéro 1 sera sa rivalité sur le plan esthétique qui l'oppose à Craig Fairbrass, qui interprète le rôle de l' inspecteur Franky Burkin, un inspecteur blanc ayant un physique avantageux, une grande taille (il mesure 1,91 m), et personnifiant le standard de beauté de la population blanche masculine, mais raciste. Vers la fin de l'année 1992, quand la série passe sur les petits écrans en Grande-Bretagne, elle reçoit les acclamations du public.

Le passage de la deuxième saison de la série policière Suspect numéro 1 (Saison 2) dans le reste de l'Europe et aux États-Unis est un triomphe [11]. La rivalité sur le plan esthétique qui oppose Colin Salmon à Craig Fairbrass dans cette série policière va concéder à Colin Salmon par la suite un statut de fierté retrouvé sur le plan esthétique auprès du public noir dans le monde cinématographique bien que Suspect numéro 1 (Saison 2) ne soit que le deuxième épisode d'une série télévisée britannique et non un film issue du cinéma.

La prestation de Colin Salmon dans Suspect numéro 1 (Saison 2) (1992) combiné à celle de Denzel Washington dans Malcolm X (1992) et dans L'Affaire Pélican (1993) en outre-Atlantique aura pour effet d'une part, de bousculer le monde du cinéma dans ses préjugés sur les acteurs noirs, et d'autre part de révolutionner et de redéfinir les standards de l'acteur noir qui était définis par Eddie Murphy durant toutes les années 1980 [12].

Du jour au lendemain, sa prestation dans la peau de l'inspecteur Robert Oswalde dans la deuxième saison de la série policière Suspect numéro 1 va concéder à Colin Salmon par la suite un statut d'icône de la beauté noire masculine parmi les acteurs et les célébrités noirs, il devancera notamment le basketteur afro-américain Clyde Drexler dans le classement des « 50 plus belles célébrités du monde » (« 50 Most Beautiful People ») publié par People Magazine's 50 Most Beautiful People en 1993 [13] ; devenant ainsi le rival noir de Denzel Washington sur le plan esthétique. Tandis que la prestation de Denzel Washington dans la peau de Malcolm X (1992) va octroyer à Denzel Washington par la suite un statut de leader charismatique parmi les acteurs noirs [14] ; et sa prestation dans L'Affaire Pélican (1993) va le révéler au public comme la célébrité noire masculine la plus séduisante, devenant ainsi le premier acteur noir de l'histoire du cinéma à être désigné « homme vivant le plus sexy » du monde (« Sexiest man alive ») par le magazine People en 1996.

Durant les années 1990, Denzel Washington et Colin Salmon vont incarner un nouveau type d'acteurs noirs. Grâce à leur charisme, à leur jeux d'acteurs efficace, et à leur présence physique à l'écran, ils vont être à l'origine de l'engouement du public pour les acteurs noirs ; ils ont ouvert des voies à des rôles qui étaient auparavant inaccessibles aux communs des acteurs noirs. Durant les années 1990, ils feront figurent de précurseurs et de fers de lance pour tous les autres acteurs noirs l'un (Denzel Washington) à Hollywood, et l'autre (Colin Salmon) dans la série des James Bond.

Entre-temps en 1993, il apparaît respectivement dans le téléfilm Tomorrow Calling, dans la série télévisée Lovejoy (The Kakiemon Tiger) (Saison 5 épisode 4), et dans la série télévisée Between the lines (The Fifth Estate) (Saison 2, épisode 7). En 1994, il débute au cinéma avec le film Passion Sous Surveillance. En 1995, on le retrouve dans le film ALL Men Are Mortal . Fort de sa prestation dans la peau de l'inspecteur Robert Oswalde (Suspect numéro 1 saison 2 ), le réalisateur Isaac Julien lui offre le rôle de Frantz Fanon, un psychiatre martiniquais qui a lutté contre les complexes d'infériorités des noirs, et contre le colonialisme en Algérie, dans le film Frantz Fanon:Peau Noire, Masque Blanc , et c'est avec ce film qu'il conclut ses remarquables débuts d'acteurs en 1996[15].

Les années Charles Robinson (James Bond) : 1997, 1999, 2002[modifier | modifier le code]

En 1996, Albert R. Broccoli décède, c'est à sa fille Barbara Broccoli et à son beau-fils Michael G. Wilson que reviennent la responsabilité de continuer la série des James Bond. Ils souhaitent que Demain ne meurt jamais le film qu'ils doivent produire soit dédié à la mémoire d'Albert R. Broccoli[16].

Michael Kitchen qui a tenu le rôle de Chef d'état-major de M dans GoldenEye (1995) était indisponible pour reprendre son rôle de chef d'état-major dans Demain ne meurt jamais en raison de son emploi du temps trop chargé [17]. Pour remplacer Michael Kitchen dans son rôle de Chef d'état-major, les producteurs Barbara Broccoli et son demi-frère Michael G. Wilson voulaient un acteur personnifiant l'ouverture du cinéma britannique aux autres ethnies [17] qui puisse compléter parfaitement la prestation de Judi Dench dans son rôle de M[17], d'où le choix de Colin Salmon pour remplacer Michael Kitchen dans le rôle de chef d'état-major pour le film Demain ne meurt jamais ce qui va s'avérer être encore une fois de plus un excellent choix [17]. Il possède le physique et le charisme indispensable pour incarner un agent secret dans la série des James Bond [18], et le duo qu'il forma avec Helen Mirren dans Suspect numéro 1 (Saison 2) marqua les esprits du public en Angleterre et en outre-Atlantique, et le fait qu'il incarne un agent secret (Charles Robinson) et qu'il complète le jeu de Judi Dench peut être considéré comme une suite logique du rôle d'inspecteur qu'il tenait déjà dans Suspect numéro 1 (Saison 2), étant donné qu'il y a de nombreuses similitudes entre Helen Mirren et Judi Dench notamment par le fait qu'elles sont toutes les deux considérées comme de très grandes actrices en Angleterre, et l'autre particularité c'est qu'elles possèdent une même présence physique à l'écran et une personnalité similaire c'est-à-dire qu'elles sont deux actrices réputées pour incarner des femmes fortes à l'écran, et surtout il y a des similitudes entre le rôle que tient judi dench dans la série des James Bond, et celui de d'Helen Mirren dans la série policière Suspect numéro 1 (Prime Suspect) : elles incarnent des femmes chefs d'une unité qui se battent pour s'imposer dans un monde conçu par les hommes.

Salmon a incarné l'agent secret Charles Robinson le chef d'état-major de M dans trois films de James Bond[17], les 3 films ont été produits par la société de production EON Productions:

Sa prestation dans la peau de Charles Robinson dans Demain ne meurt jamais en 1997 a été loué par les critiques. Les auteurs Lee Pfeiffer et Dave Worral l'ont décrit dans le livre James Bond le guide officiel comme « un bel homme qui possède une voix de baryton qui force le respect » [17], et ils ont aussi ajouté que « son approche froide et efficace du rôle complète élégamment la prestation de Judi Dench » [17].

En 1999, dans Le monde ne suffit pas le personnage qu'il incarne apparaît dans un rôle plus développé [17].

En 2002, dans Meurs un autre jour, Salmon n'est pas satisfait de sa prestation car ses apparitions dans la peau du chef d'état-major Robinson ont été réduites [17]. Les auteurs Lee Pfeiffer et Dave Worral sont eux aussi insatisfaits par le fait que les apparitions de Salmon dans Meurs un autre jour soient réduites. Ils ont déclaré dans le livre James Bond le guide officiel que le personnage de Robinson dans le film Meurs un autre jour n'a pas eu un rôle à la hauteur du talent d'acteur et du physique charismatique de Salmon.« A l'encontre du rôle important qu'il tenait dans le film précédent, l'emploi du Chef d'état-major de M dans Meurs un autre jour, qui consiste à se faire « assassiner » au cours d'une mission d'entraînement au sein du MI6, se réduit à une peau de chagrin »[17] ils ont cependant ajouté que « Le talentueux Colin Salmon possède pourtant, avec sa voix de baryton et son imposant présence physique, un charisme indéniable. Espérons que, le personnage de Robinson, en tant que allié de poids de 007 sur le terrain, s'imposera avec plus de force à l'avenir [17]. »

Malheureusement, les souhaits des auteurs Lee Pfeiffer et Dave Worral de voir Colin Salmon et le personnage qu'il incarne s'imposer dans la série des James Bond ne seront pas exaucés. Lassé par le refus des producteurs de développer le personnage de Charles Robinson, il quitte le rôle, et souhaite succéder à Pierce Brosnan pour le rôle de James Bond.

Candidature pour le rôle de James Bond : 2003, 2004, 2005[modifier | modifier le code]

La course à la succession de Pierce Brosnan[modifier | modifier le code]

En 2003, Salmon va accomplir ce qu'aucun acteur noir n'a jamais fait avant lui : il déclare sa candidature pour le rôle de James Bond afin de succéder à Pierce Brosnan.

Le 24 octobre 2003, dans une interview avec le London Evening Standard, il affirma avoir reçu le soutien de Pierce Brosnan pour sa candidature pour le rôle de James Bond, c'est en employant les termes convenables qu'il exprima cela en déclarant, catégorique : « Que puis-je dire? C'est l'accolade finale. Il y a de grands candidats pour le rôle en dehors de moi, mais Pierce m'a regardé tourner cinq ou six bouts d'essais, et il sait que je suis capable  »[19] .

Le 2 décembre 2004, les bookmakers anglais arrêtent de parier sur celui qui va incarner James Bond après Pierce Brosnan.

Le 15 février 2005, lors d'une interview avec le Daily Mirror Pierce Brosnan donne son opinion sur les prétendants à sa succession :« Je pense que Gerard Butler serait géniale. Colin Salmon serait un excellent James Bond mais ils (les producteurs) n'ont pas le cran » (« I think Gerard Butler would be great. Colin Salmon would be brilliant but they don't have the bottle. »)[20].

Le 5 octobre 2005, lors d'une interview avec ContactMusic Salmon a confessé avoir été en discussion secrète avec les producteurs de la série des James Bond pour le rôle de James Bond, et il déclara que « Si je n'obtiens pas le rôle, je ne penserais pas que c'est parce que je suis noir. Les producteurs ont montré qu'ils pouvaient faire des choix courageux en choisissant Pierce Brosnan. Si on avait dit dans les années 1970 qu'un Irlandais incarnerait un jour James Bond, les gens auraient cru à une plaisanterie. Le processus est plus politique que la politique mais je veux vraiment être Bond. Je sais que le public anglais est derrière moi (Salmon fit une telle déclaration parce qu'il était convaincu que les producteurs allaient dépasser la couleur de peau mais rechercher avant tout du charisme pour l'attribution du rôle de James Bond.)»[21].

Le 14 octobre 2005, le choix de Daniel Craig pour la succession de Pierce Brosnan fut une grosse surprise pour les fans de l'agent 007, et pour Salmon. « J'ai seulement su que je n'avais pas eu le rôle quand c'était annoncé que Daniel l'avait eu » confiat-il. Salmon a rendu hommage à Daniel Craig en disant notamment que « Daniel est un bon gars et un grand acteur » Cependant, il a aussi présumé que sa carrière dans la série des James Bond était terminé [22].

Après Charles Robinson (James Bond)[modifier | modifier le code]

En 1998, c'est-à-dire un an après sa première apparition dans le rôle de Robinson, il joua dans le film fantastique La Sagesse des crocodiles avec l'acteur britannique Jude Law. L'année de sa dernière apparition dans la peau de Robinson, il est aussi apparu dans la minisérie de science-fiction à succès Dinotopia (2002) ; il incarne dans cette série le personnage fictif d'Oonu le chef des skybax.

Le réalisateur Paul W.S. Anderson avec lequel il avait déjà tourné Resident Evil (2002) écrivit pour lui le scénario du film à gros budget américain Alien vs. Predator (2004)[23] ; dans ce film il incarne Maxwell Stafford qui est un des rôles principaux du film ; la particularité de ce film c'est qu'il meurt de la même manière que dans Resident Evil (2002).

En 2005, le réalisateur mythique Woody Allen le sollicite afin qu'il incarne le rôle d'un caméo dans son film dramatique Match Point.

En 2008, il incarna Hakim Jamal un personnage secondaire dans Braquage à l'anglaise. Dans une interview avec The Den of Geek Salmon a reconnu que ses apparitions dans les films de la saga James Bond lui ont permis d'avoir un public sur le plan mondial, il loua aussi le public britannique de l'avoir soutenu pour sa candidature au rôle de James Bond et d'avoir fait preuve d'ouverture pour un James Bond noir.« Bond a été comme Noël : ne peut attendre qu'il a à venir autour de. Être dans les films m'a apporté un public global et j'ai eu l'occasion de rencontrer des gens incroyables. La spéculation est sortie de nulle part et a été une expérience réconfortante et une leçon d'humilité qui encore obtient mention sur une base hebdomadaire. Le soutien du public a été incroyable et le débat très éclairant. Je n'ai pas réalisé combien le public était ouvert pour un James Bond noir »[24]. Il joua le rôle du Doctor Moon[25] dans deux épisodes de la série télévisée culte de science-fiction Doctor Who , mais c'est son interprétation de Louis un videur de boîte de nuit dans le film The Club qui va accroître sa notoriété auprès de la critique et du public. La même année, il joua dans le film Punisher : Zone de guerre (Punisher: War Zone), il incarna l'agent secret du FBI Paul Budiansky qui est un des personnages principaux de ce film.

L'année suivante, il a voulu devenir le premier acteur noir a incarner Doctor Who [26] mais le rôle a été offert à Matt Smith. Omid Djalili lui offrit le rôle de James Bond dans deux épisodes de sa série The Omid Djalili Show (The Omid Djalili Show est une comédie à sketches Britannique). Il tient le rôle vedette d'un surveillant d'examen dans Exam , un thriller d'origine Britannique qui fut bien accueilli par la critique et dirigé par le réalisateur Stuart Hazeldine.

Vie privée et engagement[modifier | modifier le code]

Salmon est marié depuis 1988 avec la peintre Fiona Hawthorne, ils ont quatre enfants: Sasha, Rudi, Eden, et Ben. Il est responsable chez Apple du programme notschool.net ; c'est un programme dont le but est d'aider les enfants en difficulté scolaire[27].

Salmon est un amateur de golf, il aime mettre à profit ses talents de golfeur en participant au Samuel L. Jackson Shooting Stars Benefits-Golf Tournament, un tournoi annuel de golf de trois jours à but caritatif organisé par son ami l'acteur Afro-Américain Samuel L. Jackson. Le but de ce tournoi de golf est de recueillir des fonds pour une œuvre caritative[28].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Voix off[modifier | modifier le code]

  • 2005 : "Soul Deep: The Story of Black Popular Music" TV mini-series (voix) ....Narrateur
  • 2005 : Empires : Holy Warriors - Richard the Lionheart and Saladin (TV) (voix)....Narrateur
  • 2005 : "Revealed" ....Lui-même - Narrateur (1 Episode)
  • - Hannibal of the Alps (2005) episode tv (voix)...Lui-même - Narrateur
  • 2008 : Black Power Salute (TV)....Narrateur
  • 2009 : Oil Spill : The Exxon Valdez Disaster (TV) (voix)....Lui-même - Narrateur

Doublage français[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

  • 1993 : Colin Salmon a été classé parmi « les 50 plus belles célébrités du monde » (« 50 Most Beautiful People ») par People Magazine's 50 Most Beautiful People qui était un numéro spécial annuel du magazine People. Depuis 2006, People Magazine's 50 Most Beautiful People est devenu People Magazine's 100 Most Beautiful People.

Particularité[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. James Bond, Le guide officiel 007Lee Pfeiffer p. 198
  2. James Bond, Le monde de 007 Alastair Dougall p.17
  3. (en) « Colin Salmon - Bios on History » (consulté le 4 Octobre 2011)
  4. a, b, c et d Lee Pfeiffer, p. 185.
  5. (en) « Sue & Marks Autographs - Colin Salmon James Bond (Enlarge) », sur www.sueandmarkautographs.co.uk (consulté le 8 décembre 2010)
  6. (en) « Colin Salmon Biography (1962-) », sur www.filmreference.com (consulté le 8 décembre 2010)
  7. (en) « Budvar Cheltenham Jazz Festival 2009, 28 April – 4 May », sur www.europejazz.net (consulté le 8 décembre 2010)
  8. (en) « Prime Suspect > Photo Gallery > 8 out of 10 (Enlarge) », sur images.screenrush.co.uk,‎ 2 août 2006 by Screenrush (consulté le 8 décembre 2010)
  9. (en) « How tall is Colin Salmon in meters ? - evi », sur www.evi.com (consulté le 8 décembre 2010)
  10. (en) « Prime Suspect > Photo Gallery > 6 out of 10 (Enlarge) », sur images.screenrush.co.uk,‎ 2 août 2006 by Screenrush (consulté le 8 décembre 2010)
  11. (en) « prime suspect de 1 à 5 », sur www.pbs.org (consulté le 8 décembre 2010)
  12. Le dictionnaire du cinéma Les acteurs,éditions Robert Laffont,S.A,2007,p.825-826
  13. (en) « Beautiful Through the Year - Most Beautiful:People.com May 12, 1997 », sur www.people.com (consulté le 8 décembre 2010)
  14. Nos films de toujours, éditions Larousse,2008, p. 299
  15. (en) « Frantz Fanon Black skin, White mask a film by Isaac Julien », sur music.Myninjaplease.com (consulté le 8 décembre 2010)
  16. James Bond, l'art d'une légende: du story- board à l'écran Laurent Bouzereau p.126
  17. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Lee Pfeiffer p.185
  18. Lee Pfeiffer, p. 209
  19. (en) « James Bond News : Colin Salmon talks about Brosnan tipping him for 007 - "It is the ultimate accolade!" », sur www.mi6.co.uk,‎ 24th October 2003 (consulté le 10 décembre 2010)
  20. (en) « Pierce Brosnan favours Gerard Butler and Colin Salmon as James Bond # 6 », sur www.mi6.co.uk,‎ 15 février 2005 (consulté le 10 décembre 2010)
  21. (en) « Colin Salmon-Reignites Black Bond Speculation - Contactmusic News - », sur www.contactmusic.com,‎ 5 octobre 2005 (consulté le 10 décembre 2010)
  22. (en) « James Bond - Bond Candidates Kept In The Dark - Contactmusic News - », sur www.contactmusic.com,‎ 14 octobre 2005 (consulté le 10 décembre 2010)
  23. (en) « Colin Salmon - Alien VS Predator Role Written For Salmon », sur www.contactmusic.com (consulté le 10 décembre 2010)
  24. (en) « The Den of Geek interview : Colin Salmon - The Den of Geek », sur www.denofgeek.com (consulté le 10 décembre 2010)
  25. (en) « Colin Salmon - Doctor Moon (Enlarge) », sur the-medusa-cascade.com (consulté le 11 décembre 2010)
  26. (en) « The Barack Obama effect: Now there's talk about a black Doctor Who and a black James Bond », sur blogs.coventrytelegraph.net (consulté le 10 décembre 2010)
  27. (en) « 'Notschool' approach to learning », sur news.bbc.co.uk (consulté le 10 décembre 2010)
  28. (en) « Colin Salmon Picture - Colin Salmon The 3Rd Annual Shooting Stars Benefit... », sur www.contact music.com (consulté le 11 septembre 2011)
  29. (en) « Soccer Am - The proud Hatter », sur www.skysports.com (consulté le 10 décembre 2010)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Lee Pfeiffer, Dave Worral, James Bond, Le guide officiel 007, p. 185, p. 198, p. 209, Flammarion, 2005, (ISBN 2-08-011405-0).
  • Alastair Dougall, illustrations de Roger Stewart, James Bond, Le monde secret de 007, p.10, p.11, p.12, p.13, p.17, p. 166, mars 2009, (ISBN 978-2-35726-013-9).
  • Laurent Bouzereau, James Bond, l'art d'une légende : du story-board à l'écran, p. 126 Flammarion, Paris, 2006, (ISBN 2-08-011643-6).
  • Nos films de toujours, éd. Larousse, 2008, p. 299, (ISBN 978-2-03-582660-2).
  • Le dictionnaire du cinéma Les acteurs, éd. Robert Laffont, S.A, 2007, p. 825-826, (ISBN 978-2-221-10895-6).
  • James Bond Encyclopedia,The role of Bond (Sean Connery) p. 24, John Cork and Stutz (ISBN 978-1-40534-430-2)

Lien externe[modifier | modifier le code]