Colibri casqué

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Oxypogon guerinii

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Spécimen mâle de la sous-espèce Oxypogon guerinii lindenii ; le bec est exagérément long.

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Apodiformes
Famille Trochilidae

Genre

Oxypogon
Gould, 1848

Nom binominal

Oxypogon guerinii
(Boissonneau, 1840)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Statut CITES

Sur l'annexe  II  de la CITES Annexe II , Rév. du 22/10/87

Le Colibri casqué (Oxypogon guerinii) est une espèce d'oiseaux de la famille des Trochilidae, la seule du genre Oxypogon, trouvé dans le nord de l'Amérique du Sud.

Description[modifier | modifier le code]

Le colibri casqué atteint une longueur de corps d'environ 11,5 centimètres pour un bec très court, long de seulement 8 mm. Les parties supérieures sont vert olive chez le mâle ; celui-ci porte également une crête distinctive, noire et blanche. Il porte sur le dessous de la tête comme une petite barbe hirsute de longues plumes blanches, traversée de rayures vertes. La partie sombre de la tête a la forme d'un triangle. À l'arrière de ce triangle, un collier blanc à jaunâtre part du cou jusqu'à la poitrine. Les parties inférieures sont brun ou d'un jaunâtre sale avec des taches circulaires vertes. La queue peu fourchue est relativement longue, et les plumes centrales de la queue sont bronze-olive. Les rectrices externes sont principalement blanches avec des bords rouges et tachetées de bronze. La femelle ressemble beaucoup au mâle, mais n'a pas de barbe et de taches. Plus globalement, le plumage de la femelle est plus terne.

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

L'oiseau est plutôt solitaire et apprécie les buissons bas, où il recherche le nectar et les fleurs de Espeletia ou de Polylepis. Il lui arrive également de chercher des insectes au sol.

La saison de reproduction s'étale de juillet à septembre. Le nid est assez profond, accroché aux pentes rocheuses ou sablonneuses ou dans la fourche d'un arbuste (Espeletia sp. par exemple).

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Carte de répartition de l'espèce.

Cette espèce vit en Colombie et au Venezuela avec une aire de répartition vaste, couvrant près de 24 700 km2 et contribuant à le rendre peu menacé[1]. Il occupe les prairies et les zones broussailleuses du páramo situées entre 3 200 et 5 200 m d'altitude, et descend lors de la saison sèche[2].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Initialement décrit en 1840 par Auguste Boissonneau sous le protonyme Ornismia Guerinii[3] (les graphies Ornismya et Ornysmia sont également trouvées), il est déplacé par John Gould en 1848 pour son genre actuel. La dénomination spécifique commémore Félix Édouard Guérin-Méneville, entomologiste français mais avant tout le directeur de publication de La revue Zoologique de La Société Cuvierienne qu'il était.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Campyloptère des Santa Marta (Campylopterus phainopeplus) à gauche ; O. g. cyanolaemus à droite.

Quatre sous-espèces sont reconnues par Alan P. Peterson :

  • O. g. guerinii (Boissonneau, 1840), la sous-espèce type, de protonyme Ornismia guerinii, habite le páramo de la cordillère Occidentale de Colombie[4], jusqu'au sud du Cundinamarca ;
  • O. g. cyanolaemus Salvin & Godman, 1880, de protonyme Oxypogon cyanolaemus, habite dans le Nord-Est de la Colombie, dans le páramo de la Sierra Nevada de Santa Marta[4]. Une bande bleu lilas parcourt la barbe du mâle ;
  • O. g. lindenii (Parzudaki, 1845), de protonyme Ornysmia lindenii, habite le páramo de la cordillère de Mérida, au Venezuela[4]. Les plumes centrales de la queue sont d'un vert olive brillant, les externes couleur bronze violet. Le dessous est vert olive foncé avec des nuances de gris sur le ventre. Les points ronds des parties inférieures sont plus sombres. ;
  • O. g. stuebelii A.B. Meyer, 1884, de protonyme Oxipogon stüebelii, habite le páramo de la cordillère Centrale de Colombie, notamment sur les flancs du Nevado del Tolima où l'holotype fut collecté et du Nevado del Ruiz[4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bearded Helmetcrest Oxypogon guerinii », BirdLife International (consulté le 3 août 2010)
  2. (en) Carolyn W. Sedgwick, « Bearded Helmetcrest (Oxypogon guerinii) », sur Neotropical Birds Online, Cornell Lab of Ornithology (consulté le 2 août 2011)
  3. (fr) Auguste Boissonneau, « Oiseaux nouveaux ou peu connus de Santa-Fé de Bogota », Revue Zoologique, La Société Cuvierienne,‎ 1840, p. 7 (lire en ligne)
  4. a, b, c et d (en) Museum of Comparative Zoology, Check-list of birds of the world,‎ 1931, 306 p. (lire en ligne), p. 122-123