Col de l'utérus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir col.
Cervix

Le col de l'utérus ou cervix est la portion du bas utérus, où celui-ci se joint au sommet du vagin.

On distingue l'exocol, portion visible à l'examen au spéculum et palpable au toucher vaginal, et l'endocol, canal reliant la cavité utérine au vagin.

Origine embryologique[modifier | modifier le code]

Le col utérin dérive des canaux de Müller qui se sont ouverts l'un dans l'autre pour former l'utérus. Au contact du sinus uro-génital, le tissu mésodermique müllerien s'épaissit puis va se vacuoliser. La vacuole va s'ouvrir du côté du sinus uro-génital et former l'hymen mais aussi du côté des canaux du Müller ce qui va former le col utérin.

Obstétrique[modifier | modifier le code]

Lors de l'orgasme, le col se contracte de façon à permettre l'entrée dans l'utérus du sperme présent dans le vagin. Ceci se produit sans doute pour favoriser la conception.

Le col de l'utérus est obturé au cours de la grossesse par un bouchon de glaire antibactérienne qui aide à prévenir les infections. Ce bouchon se libère lorsque le col de l'utérus se dilate lors du travail, voire bien avant, sans aucune conséquence pour le bébé. Il ne faut pas confondre ce bouchon muqueux avec les membranes limitant la cavité amniotique, et protégeant totalement le bébé.

Pendant le travail, les contractions de l'utérus dilatent le col pour permettre le passage du bébé.

Cancérologie[modifier | modifier le code]

Appareil reproducteur interne de la femme

Le cancer du col est dû, entre autres, au papillomavirus HPV (il appartient à la famille des papillomavirus humains). L'infection peut provenir de lésions dites pré-cancéreuses. Même si certaines sont bégnines, elles peuvent évoluer et se développer sous forme de cancer. Les papillomavirus sont présents de 80 à 100 % des cas du cancer de l'utérus. Chaque année, cette infection provoque plus de 258 000 décès dont un millier en France. Il existe différents types de virus. Génétiquement parlant, on en dénombre plus de 120, dont le plus fréquent est le type 16, impliqué dans plus de la moitié des cancers. Les autres virus ne sont pas moins dangereux, cependant ils sont beaucoup plus rares. Il existe des variantes ethniques, notamment africaine et asiatique. Des études ont été faites sur ces virus et ont montré qu'ils étaient plus résistants et l'organisme peine à les éliminer. Les infections à papillomavirus n'évoluent pas toujours vers un cancer. Les virus HPV sont le plus souvent éliminés au plus tard un an après l'infection. Une femme sexuellement active sur deux peut-être porteuse de papillomavirus au cours de sa vie. Les frottis vaginaux permettent de détecter le virus chez 30 % des femmes de moins de 30 ans, et 10 % des femmes de plus de 30 ans. Une campagne de publicité a été lancée pour promouvoir le vaccin (Gardasil et Cervarix) contre certains HPV, de type 6, 11, 16 et 18. Des études ont mis en évidence que le tabagisme peut favoriser le cancer. Des chercheurs de l'université de Californie ont également montré l'influence de la fréquence des rapports sexuels dans le développement du cancer du col de l'utérus.

Liens externes[modifier | modifier le code]