Col Bayard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bayard.
Col Bayard
Image illustrative de l'article Col Bayard
Le col Bayard ; vue en direction de Gap
Altitude 1 248[1] m
Massif Dévoluy / Écrins
Coordonnées 44° 36′ 46″ N 6° 04′ 53″ E / 44.612773, 6.0813444° 36′ 46″ Nord 6° 04′ 53″ Est / 44.612773, 6.08134[1]
Pays Drapeau de la France France
Vallée Champsaur
(nord)
Gapençais
(sud)
Ascension depuis Saint-Bonnet-en-Champsaur Gap
Déclivité moy. 4 % 6,8 %
Déclivité max. 12 % 10,5 %
Kilométrage 7,5 km 7,5 km
Accès RN 85 RN 85
Fermeture hivernale non

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Alpes

(Voir situation sur carte : Hautes-Alpes)
Col Bayard

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Col Bayard
Le col Bayard ; vue en direction du Champsaur

Le col Bayard (altitude 1 248 mètres) est l'un des principaux points de franchissement de la ligne de partage des eaux entre le bassin de la Durance (par son affluent la Luye) et celui de l'Isère (par son affluent le Drac). Il est à 8 kilomètres au nord de Gap[2] et 90 au sud de Grenoble.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de Bayard évoque le chevalier Bayard. Cependant il semble bien qu'aucun document historique n'associe le personnage à ce lieu. Par contre l'archiviste Joseph Roman, dans son Dictionnaire topographique des Hautes-Alpes, donne une référence « Montanea di Bayardo » datée de 1319, soit près de deux siècles avant les exploits du célèbre chevalier[3]. L'antériorité du nom est donc assurée. Par ailleurs l'auteur cite baya comme l'un des mots « qui au Moyen Âge ont signifié un lieu couvert de bois »[4]. Et il répertorie quatre autres lieux nommés Bayard dans les Hautes-Alpes, tous liés à des forêts ou à des sommets[5]. Le col et le plateau de Bayard tirent donc leur nom —de longue date— de leur aspect boisé.

Situation[modifier | modifier le code]

Le col Bayard est situé à l'extrémité ouest d'un large seuil séparant le massif du Dévoluy des contreforts sud du massif des Écrins, dans l'axe de la ligne de séparation entre les Préalpes calcaires et les massifs alpins centraux parcourue par le Drac.

Côté ouest, le col est dominé par le Pic de Gleize (alt. 2 161 m). Côté est, il voisine avec un plateau bosselé, d'altitude comprise entre 1 250 et 1 300 mètres, dit Plateau de Bayard, qui le sépare du col de Manse (alt. 1 269 m), autre passage entre Gap et le Champsaur situé dans le même seuil. De ce côté, les premiers sommets importants (le Piolit, 2 464 m, et les Autanes, 2 518 m et 2 782 m) sont à plus de dix kilomètres du col Bayard.

Communications[modifier | modifier le code]

Le col Bayard est franchi par la route nationale 85, dite « route Napoléon ». Ce passage, bien que très anciennement utilisé, n'a été élevé à l'état de route qu'à une époque relativement récente : lorsque Napoléon le franchit en 1815, lors de son retour de l'Ile d'Elbe, il n'y avait de Gap à Saint-Bonnet qu'un mauvais chemin. La route fut construite en lacets sur le versant gapençais, et, malgré la suppression d'une partie de ces lacets à la sortie de Gap[6], reste un point noir pour la circulation, avec un dénivelé de 600 mètres sur 7 kilomètres. Le versant nord, moins sinueux, est cependant problématique en hiver par temps de neige et de « bise » amenant la formation de congères. Bien qu'un peu plus élevé, le col de Manse peut parfois être préféré pour un accès vers le haut-Champsaur.

Le projet de construction d'une autoroute reliant Gap à Grenoble, qui passerait probablement par le col de Manse, rendrait le passage par le col Bayard facultatif pour les voyageurs en transit.

Intérêt touristique[modifier | modifier le code]

  • Le plateau de Bayard, qui alterne zones boisées et espaces dégagés, a été aménagé par la ville de Gap en « centre d'oxygénation ». L'hiver, c'est un centre de ski de fond avec 50 kilomètres de pistes, l'été le centre accueille le départ du golf 18 trous.
  • Du col, une petite route monte vers l'ouest jusqu'au col de Gleize. De là on peut, à pied, pénétrer dans le cirque de Chaudun, et faire le tour des sources du Petit Buëch par le chemin de ronde ou descendre au fond du vallon jusqu'à l'ancien village abandonné de Chaudun. L'ascension au pic de Gleize depuis le col est assez facile.
  • Depuis le lieudit Chauvet, à 1 kilomètre au sud du col, un point de vue en bord de route offre un large panorama sur la cuvette de Gap, ses environs, et jusqu'aux sommets frontaliers de l'Italie. Un peu plus bas coule le canal du Drac, branche du canal de Gap, en provenance du Champsaur, qui fait le tour de la ville de Gap par l'ouest. On peut le suivre vers l'amont jusqu'au réservoir des Jaussauds.
  • Sur le versant nord, le site de Laye offre un vaste panorama sur l'ensemble du Champsaur et les sommets environnants.

Cyclisme[modifier | modifier le code]

Le col Bayard a été franchi au total à 25 reprises par le Tour de France, dont 2 depuis 1947, où il a été classé d'abord en 3e catégorie puis en 2e catégorie[7]. Voici les coureurs qui ont franchi les premiers le col[8] :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Coordonnées identifiées à l'aide de Géoportail et carte IGN 3437 OT à l'échelle 1:25 000
  2. administrativement, le col et ses environs font partie de la commune de Gap
  3. J. Roman, Dictionnaire topographique du Département des Hautes-Alpes, Imprimerie nationale, 1884, rééd. Lacour, 2000, (ISBN 2-84406-757-3), page 11.
  4. idem, page III
  5. ibid. page 11
  6. voir à ce sujet l'article ligne du Champsaur
  7. (fr) Le dico du Tour - Le col Bayard dans le Tour de France depuis 1947
  8. (fr) Le col Bayard