Coimères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Coimeres)
Aller à : navigation, rechercher
Coimères
La mairie (août 2010)
La mairie (août 2010)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement de Langon
Canton d'Auros
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Langon
Maire
Mandat
Jean-Jacques Lafon
2008-2014
Code postal 33210
Code commune 33130
Démographie
Gentilé Coimériens
Population
municipale
875 hab. (2011)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 29′ 50″ N 0° 12′ 31″ O / 44.4972222222, -0.208611111111 ()44° 29′ 50″ Nord 0° 12′ 31″ Ouest / 44.4972222222, -0.208611111111 ()  
Altitude Min. 40 m – Max. 122 m
Superficie 12,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte administrative de Gironde
City locator 14.svg
Coimères

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Coimères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coimères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coimères

Coimères (Coimèras en gascon) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Coimériens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du Sud de la Gironde située au centre du triangle Langon-Bazas-Auros, sur le tracé de l'autoroute A65. Le point culminant est à 124 mètres au lieu-dit Chaloupin et le point le plus bas est à 40 mètres à la formation du Grusson : au confluent du ruisseau de Coimères (issu de La Hountique et Bartouquet) et du ruisseau du Tin.

Elle se trouve à 52 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 8,5 km au sud de Langon, chef-lieu d'arrondissement, et à 8 km à l'ouest d'Auros, chef-lieu de canton[2].

Les communes limitrophes en sont Saint-Pierre-de-Mons au nord, Brannens au nord-est, Brouqueyran au sud-est, Cazats au sud, Mazères à l'ouest et Langon au nord-ouest.

Communes limitrophes de Coimères
Langon Saint-Pierre-de-Mons Brannens
Mazères Coimères
Cazats Brouqueyran


Le territoire communal est bordé sur sa limite ouest par la route départementale D932 qui mène à Langon vers le nord et à Bazas vers le sud ; le bourg proprement dit est traversé par la route départementale D125 qui permet de rejoindre cette D932 vers l'ouest et Brouqueyran vers l'est.

L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est celui de sortie 03 Langon qui se situe à 8 km vers le nord.
L'accès sortie Bazas le plus proche à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 8 km vers le sud-sud-ouest.

La gare SNCF la plus proche est celle de Langon sur la ligne Bordeaux - Sète du TER Aquitaine et qui se trouve à 8,5 km vers le nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1651, pendant la Fronde, la Guyenne se soulève contre le pouvoir royal. Le marquis de Galapian poursuit les Langonnais réfugiés à Brouqueyran et Coymères et ravage l'antique château du Mirail et le castel de Latour appartenant à la vieille famille de Laroque[3].

À la Révolution, la paroisse Notre-Dame de Coimères forme la commune de Coimères[4].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1971 en cours Jean-Jacques Lafon[8] SE (apparenté UMP) boucher retraité
1959 1971 Robert Deloubes    
1956 1959 René Mothes    
1947 1956 D'Arlot de Saint-Seaud    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 875 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
586 432 476 545 545 550 569 564 571
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
600 548 562 565 576 558 553 525 522
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
521 540 543 417 504 510 504 372 350
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
381 369 356 388 583 657 638 658 856
2011 - - - - - - - -
875 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10])
Histogramme de l'évolution démographique


Avec 61 habitants au km², Coimères a une densité dix fois plus faible que Langon et deux fois plus faible que la densité moyenne de la France.

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Moutasse ou la Mothe est un tumulus qui nous relie au passé dans sa dimension archéologique et mythologique. Situé à un km à l'est du bourg, au nord du château Laroque, c'est un tumulus ovale d'environ 70 mètres de long sur 30 de large doté à l'extrémité est d'une butte circulaire qui supportait une tour de guet en pierres. H. Ribadieu[3] et F. Jouannet[11] racontent que les paysans coimériens s'armaient la nuit de pelles pour aller fouiller le sol à la recherche du trésor que les Anglais auraient enfoui lorsqu'ils quittèrent l'Aquitaine en 1453.
  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg L'église Notre-Dame, de style roman, date du XIIe siècle et possède un chœur tréflé[12] et un porche remarquable pour lequel l'église a été classée monument historique en 1907[13].
  • L'école construite en 1910[14].
  • Le château Larroque
  • Trois lavoirs sont présents sur le territoire communal, celui de la Hountique (fontaine petite), celui de Bartouquet et celui du Tin.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Henry Ribadieu, journaliste royaliste légitimiste, né à Coimères le 30 septembre 1825 au Château Laroque[15].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 4 avril 2011. Le gentilé fourni comporte deux m : cette forme semble douteuse !
  2. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 48,2 km pour Bordeaux, 6,9 km pour Langon et 5 km pour Auros. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 7 avril 2011.
  3. a et b H. Ribadieu, Les Châteaux de la Gironde, 1856
  4. Historique des communes, p. 16, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 4 avril 2013.
  5. Coimères 14-18
  6. Coimères 39-45
  7. La guerre de cent ans (Balkans)
  8. Commune de Coimères sur le site de l'AMF, Association des Maires de France, consulté le 30 août 2011.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  11. François Jouannet, Essai sur Bazas - Archives de la Gironde
  12. L'église Notre-Dame de Coimères sur le site du tourisme du Conseil général de la Gironde, consulté le 25 mai 2011.
  13. « Classement MH de l'église Notre-Dame », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 25 mai 2011.
  14. école de Coimères
  15. J.C. Drouin, Les Cahiers du Bazadais, extrait du n° 57, 2e trimestre 1982, pp. 19-28, consulté le 7 avril 2011.