Coghuf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photographie de l'artiste
Coghuf

Coghuf, né le 28 octobre 1905 à Bâle et mort le 13 février 1976 à Muriaux, de son vrai nom Ernst Stocker, est un peintre et sculpteur suisse qui a également réalisé des tapisseries et des vitraux.

♥Biographie♥

Son père John Stocker était jardinier et conducteur de train. Il est le frère cadet de Hans Stocker. De 1920 à 1924, il fait un apprentissage de serrurier et s'initie à la sculpture avec Louis Weber. De 1925 à 1927, il vit à Paris avec son frère, et y travaille comme serrurier. Il fait la connaissance de Jacques Lipchitz. Il entreprend en parallèle des études avec Willi Baumeister. Sous le pseudonyme de Coghuf, il se consacre ensuite entièrement à la peinture.

♥En 1928, il rejoint le groupe Rouge-Bleu formé de jeunes artistes. À partir de 1927, il réalise plusieurs peintures murales sur des bâtiments publics, comme la peinture Bewegung pour le bureau de poste de Bâle. Il continuera cependant à faire des séjours à Paris pour y suivre des cours à l’Académie de la Grande Chaumière. En 1934, il fonde le groupe des artistes BBZ 8. En 1935, il s'installe aux Franches-Montagnes à Muriaux. Dès 1957, il réalise plusieurs vitraux, des tapisseries et des émaux, notamment les vitraux de l'église de Lajoux.♥

En 1939, il épouse Hedwige Rudin avec qui il a dix enfants.

Style de peinture[modifier | modifier le code]

Dans sa peinture, Coghuf a toujours évolué, de l’expressionnisme jusqu’à l’abstraction (terme qu’il considérait comme inapproprié pour définir sa peinture, lui préférant celui de peinture intérieure), pour revenir, à la fin de sa vie, à une expression figurative nouvelle[1].

Autour de 1930, il est sous l'influence d'un art social très en vogue au début du XXe siècle. À la fin des années 1940, il adopte une composition mouvementée. Dans les années 1950, il réussit à synthétiser sa maîtrise du paysage, de ses lignes ou de ses volumes avec des simplifications qui le conduiront plus tard aux limites de l'abstraction[2].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Coghuf Jean-Pierre Beuret et al., Saignelégier, Association Coghuf, 1986
  • Coghuf Hans Stocker, catalogue d'exposition, Bâle, 1976
  1. Texte tiré de la présentation de l'exposition de janvier-février 2006, Galerie 5, Porrentruy
  2. Article de Laurent Wolf paru dans le quotidien Le Temps du 24 juillet 2012