Coeliades forestan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coeliades forestan est un insecte lépidoptère de la famille des Hesperiidae, de la sous-famille des Coeliadinae et du genre Coeliades.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Coeliades forestan a été décrit par Stoll en 1782 sous le nom de Papilio forestan[1].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Il se nomme Striped Policeman en anglais[1].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Coeliades forestan forestan sur le continent africain.
  • Coeliades forestan arbogastes (Guenee, 1863) à Madagascar et aux Mascareignes[1].

Description[modifier | modifier le code]

C'est un papillon au gros corps rayé brun et blanc, orange sur le dessous, et aux ailes de forme triangulaire caractéristique des Hesperiidae, de couleur marron clair avec sur le dessous des postérieures une large bande médiane blanche bien visible et sur le dessous la partie basale des postérieures le plus souvent cachée, de couleur orange.

Chenille[modifier | modifier le code]

La chenille est anelée de noir, orange et blanc avec une grosse tête orange

Biologie[modifier | modifier le code]

Il vole toute l'année mais en plus grand nombre de septembre à avril[2].

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes de sa chenille sont Canavalia maritima, Combretum bracteosum, Combretum apiculatum, Solanum auriculatum, Millettia sutherlandii, Quisqualis indica, Robinia pseudoacacia, Sphedamnocarpus rhamni, Terminalia catappa et Terminalia bentzoe[1],[3].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Coeliades forestan est présent dans tout le sud de l'Afrique, en particulier en Zambie, au Zimbabwe et au Botswana et Coeliades forestan arbogastes est présent à Madagascar, dans les Mascareignes (île Maurice, La Réunion et Rodrigues) et aux Seychelles[1],[3].

Biotope[modifier | modifier le code]

Il réside à basse altitude où poussent ses plantes hôtes[3].

Protection[modifier | modifier le code]

Coeliades forestan est noté LC sur la liste rouge des rhopalocères de La Réunion[4].

Philatélie[modifier | modifier le code]

La république du Tchad a émis un timbre à son effigie en 2003[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Coeliades
  2. Woodhall, S. Field Guide to Butterflies of South Africa, Cape Town: Struik Publishers, 2005
  3. a, b et c Coeliades forestan par Christian Guillermet
  4. INPN
  5. timbre sur UPU

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]