Codon d'initiation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le codon qui, dans la vaste majorité des cas, démarre la traduction du chromosome.

Le codon d'initiation ou codon de démarrage est un triplet de nucléotides qui dirige l'initiation de la traduction protéique, il signale le début du message génétique sur un ARNm. Chez les eucaryotes, ce codon est presque exclusivement le triplet AUG qui code une méthionine (Met)[1]. Chez les procaryotes, le codon d'initiation est également AUG mais peut parfois être remplacé par le codon GUG et plus rarement UUG. Chez Escherichia coli, par exemple, sur 4288 gènes identifiés, 3542 débutent par un AUG, 612 par GUG et 130 par UUG (et 4 cas particuliers ou incertains)[2]. Quel que soit le codon d’initiation utilisé (AUG, GUG ou UUG), le premier acide aminé incorporé est toujours une N-formyl-méthionine (fMet) chez les procaryotes. Il s'agit d'une méthionine dont le groupe aminé est formylé.

Sur le brin sens (Coding strand) de l'ADN, la séquence du codon d'initiation est ATG. Chez les eucaryotes, les nucléotides entourant le triplet initiateur ATG sont bien conservés et constituent une séquence nommée séquence de Kozak. Cette séquence est 5’- GCCGCCRCCATGG -3’ où R est une purine (adénine ou guanine), elle permet l'association de l'ARNm sur la petite sous-unité du ribosome. La différenciation entre un triplet initiateur et un triplet codant une méthionine au sein de la chaîne peptidique est favorisée par cette séquence. Chez les procaryotes la séquence consensus qui permet la fixation de l'ARNm sur la petite sous-unité du ribosome est la séquence Shine-Dalgarno[3]. La séquence de Shine-Dalgarno (5’- AGGAGG -3’) est située entre 6 et 12 bases en amont du codon AUG de l'ARNm. Comme nous l'avons vu plus haut, la méthionine codée par le codon initiateur est formylée sur le groupement aminé. Il existe donc deux types d'ARNt pour la méthionine selon qu'elle est initiale ou interne. Dans ce dernier cas, elle n'est pas formylée.

La méthionine codée par le codon d'initiation est généralement enlevée juste après la synthèse de la chaîne peptidique.

Note : l'anglicisme codon start est à éviter dans la mesure où le terme français est largement répandu dans la littérature scientifique francophone.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « The Genetic Codes », sur Pubmed : « il existe quelques exceptions comme la levure Candida albicans qui peut utiliser le codon CAG, et les mitochondries qui utilisent de nombreux codons d'initiation différents »
  2. (en) Blattner, F.R. et col., « the complete genome sequence of Escherichia coli K-12. », Science, vol. 277,‎ 1997, p. 1453-1474 (lien PubMed?)
  3. (en) Shine J., Dalgarno L., « The 3'-terminal sequence of Escherichia coli 16S ribosomal RNA: complementarity to nonsense triplets and ribosome binding sites. », Proc. Natl. Acad. Sci. USA, vol. 71,‎ 1974, p. 1342-1346 (lien PubMed?)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]