Codex Sinopensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Onciale 023

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Codex Sinopensis

nom Codex Sinopensis
texte Evangiles
langue Grec ancien
date VIe siècle
maintenant à Bibliothèque nationale de France
dimension 30 x 25 cm
type Texte byzantin
Catégorie V
Manuscrits du Nouveau Testament
PapyriOncialeMinusculesLectionnaire

Le Codex Sinopensis ou Évangile de Sinope, portant le numéro de référence O ou 023 (Gregory-Aland; Soden ε 21), est un manuscrit de vélin en écriture grecque onciale. Le codex se compose de 44 folios, écrites sur une colonne, dont 15 lignes par colonne. Les dimensions du manuscrit sont 30 cm × 25 cm[1].

Description[modifier | modifier le code]

C’est un manuscrit contenant une partie de l’Évangile selon Matthieu (7; 11; 13-24), avec de nombreuses lacunes.

Contenu
Matthieu 7,7-22; 11,5-12; 13,7-47; 13,54-14,4.13-20; 15,11-16,18; 17,2-24; 18,4-30; 19,3-10.17-25; 20,9--21,5; 21,12-22,7.15-14; 22,32-23,35; 24,3-12[2].
Enluminures
  • le festin d’Hérode et la mort de saint Jean Baptiste (folio 10 verso)
  • la première multiplication des pains (folio 11 recto)
  • la seconde multiplication des pains (folio 15 recto)
  • la guérison des aveugles de Jéricho (folio 29 recto)
  • le miracle du figuier desséché (folio 30 verso).
Texte

C'est le témoin du texte byzantin. Kurt Aland le classe en Catégorie V[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les paléographes datent ce manuscrit du deuxième moitié du VIe siècle[1],[3].

Acquis par un officier français à Sinope en 1899[4]. Son texte a été publié par Henri Omont en 1901.

Lieu de conservation

Il est conservé à la Bibliothèque nationale de France, Manuscrits occidentaux (Supplément Grec 1286.), à Paris[1],[3].

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Kurt Aland et Barbara Aland (trad. Erroll F. Rhodes), The Text of the New Testament : An Introduction to the Critical Editions and to the Theory and Practice of Modern Textual Criticism, Grand Rapids (Michigan), William B. Eerdmans Publishing Company,‎ 1995, 2e éd. (ISBN 978-0-8028-4098-1), p. 113
  2. C. R. Gregory, "Textkritik des Neuen Testaments", Leipzig 1909, vol. 3, p. 1023.
  3. a et b « Liste Handschriften », sur Münster Institute, Institute for New Testament Textual Research (consulté le 16 Mart 2012)
  4. Bruce M. Metzger, and Bart D. Ehrman, The Text of the New Testament: Its Transmission, Corruption, and Restoration, Oxford University Press, New York, Oxford 2005, p. 79.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Omont, Notice sur un très ancien manuscrit grec de l'évangile de saint Matthieu..., Notices et extraits des manuscrits de la bibliothèque nationale..., vol. 36 (Paris, 1901), p. 599-676.
  • H. S. Cronin, Codex Chrysopurpureus Sinopensis, JTS II (1901), p. 590-600.
  • C. R. Gregory, Textkritik des Neuen Testaments (Leipzig 1909), vol. 3, p. 1022-1023.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :