Codex Seidelianus I

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Onciale 011

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Matthieu 5,30-31 (facsimile)

nom Codex Seidelianus I
texte Évangiles
langue Grec ancien
date IXe siècle
maintenant à British Library, Trinity College
dimension 25,7 x 21,5 cm
type Texte byzantin
Catégorie V
Manuscrits du Nouveau Testament
PapyriOncialeMinusculesLectionnaire

Le Codex Seidelianus I (Gregory-Aland no. Ge ou 011) est un manuscrit de vélin en écriture grecque onciale. Il contenant le texte incomplet des quatre Évangiles.

Description[modifier | modifier le code]

Le codex se compose de 252 folios (25,7 x 21,5 cm)[1],[2].

Ce manuscrit contient les Evangiles, il y manque aujourd’hui certains textes (Matthieu 1,1-6,6 ; 7,25-8,9 ; 8,23-9,2 ; 28,18-Marc 1,13 ; Mark 14,19-25 ; Luc 1,1-13 ; 5,4-7,3 ; 8,46-9,5 ; 12,27-41 ; 24,41-fin ; Jean 18,5-19 ; 19,4-27)[3].

Les paléographes sont unanimes pour dater ce manuscrit du IXe siècle[1].

Ce codex est un représentant du texte byzantin. Kurt Aland le classe en Catégorie V[1].

Le manuscrit a été examiné par Johann Christoph Wolf et Johann Jakob Wettstein[4].

Il est conservé à la British Library (Harley 5684), à Londres, et Trinity College (B. XVII. 20), à Cambridge[1].

Lien interne[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Kurt Aland et Barbara Aland (trad. Erroll F. Rhodes), The Text of the New Testament : An Introduction to the Critical Editions and to the Theory and Practice of Modern Textual Criticism, Grand Rapids, Michigan, William B. Eerdmans Publishing Company,‎ 1995, 2e éd. (ISBN 978-0-8028-4098-1), p. 110
  2. « Liste Handschriften », sur Münster Institute, Institute for New Testament Textual Research (consulté le 15 Mart 2012)
  3. (de) Caspar René Gregory, Textkritik des Neuen Testaments, vol. 1, Leipzig, J.C. Hinrichs’sche Buchhandlung,‎ 1900, p. 51
  4. (la) Johann Jakob Wettstein, Novum Testamentum Graecum, vol. 1, Amsterdam, Officina Dommeriana,‎ 1751 (lire en ligne), p. 40

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]