Codex Runicus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
CodexRunicus.jpeg

Le Codex Runicus est un manuscrit de 202 pages dans une variante de la jeune futhark (alphabet runique) écrit vers l'an 1300 qui comprend la plus ancienne des lois de la province nordique, Scanian Loi (Skånske LOV), à l'origine relative à la terre danoise Scania (Skåneland) et plus tard à un ensemble de régions du Danemark, y compris Zélande. Le Codex Runicus est un des rares textes runiques sur parchemin. Sur le manuscrit, les initiales sont peintes de couleurs différentes et les rubriques sont en rouge. Chaque rune correspond à une lettre de l'alphabet latin.

Le Codex Runicus est considéré par la plupart des érudits comme un revival (renouveau) nostalgique ou utilisation des runes. Il ne serait pas une étape naturelle de l'écriture runique nordiques (culture de l'ère viking) au manuscrit médiéval (culture latine).

Certains historiens ont estimé qu'il était possible que le Codex soit la partie restante d'une ancienne importante collection de manuscrits scandinaves runiques, effacée au cours de la destruction de monastères et de bibliothèques qui ont suivi la Réforme protestante. Le soutien à cette idée a été trouvé dans les rapports rédigés par Olaus Magnus, un ecclésiastique catholique actif au cours du XVIe siècle à Uppsala, en Suède, ayant fui le pays en raison de la Réforme. Selon Olaus Magnus, il y avait beaucoup de livres écrits avec des runes dans d'importants centres religieux suédois, comme Skara et d'Uppsala, avant la Réforme. D'autres historiens ont mis en doute l'exactitude de son rapport.