Codex Purpureus Rossanensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Onciale 042

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Codex Rossanensis

nom Codex Rossanensis
texte Évangiles
langue Grec ancien
date VIe siècle
trouvé 1831
maintenant à Musée diocésain de Rossano
dimension 31 x 26 cm
type Texte byzantin
Catégorie V
Manuscrits du Nouveau Testament
PapyriOncialeMinusculesLectionnaire

Le Codex Purpureus Rossanensis, ou L'évangéliaire de Rossano, portant le numéro de référence Σ ou 042 (Gregory-Aland), ε 73 (Soden), est un manuscrit enluminé sur parchemin pourpre en écriture grecque onciale en or et argent. Il est actuellement conservé au musée diocésain de Rossano en Calabre.

Historique[modifier | modifier le code]

Les paléographes datent unanimement ce manuscrit du VIe siècle[1]. Il fut trouvé à la sacristie de la cathédrale Santa Maria Achiropita en Rossano. Il est mentionné pour la première fois par un chanoine de la cathédrale en 1831, puis par le journaliste napolitain Cesare Malpica en 1845. Il est véritablement étudié pour la première fois par Oskar von Gebhardt et Adolf Harnack en 1879[2].

Il est actuellement conservé au musée diocésain d'art sacré (Museo Diocesano) à Rossano[1].

Bifolio du manuscrit : l'entrée à Jérusalem et la chasse des marchands du Temple.

Description[modifier | modifier le code]

Le codex se compose de 188 folios. Il est écrit en deux colonnes, à 20 lignes par colonne. Les dimensions du manuscrit sont 31 x 26 cm. Il est enluminé[1],[3]. Il contient l'annonce Epistula Carpianum, les tables du κεφαλαια, τιτλοι (titres), les Sections d'Ammonian et les Canons de concordances[2].

C'est un manuscrit contenant du texte de l'Évangile selon Matthieu et de l'Évangile selon Marc avec une lacune dans celui de Marc 16,14-20[4],[2].

Le texte du codex représenté est de type byzantin. Kurt Aland le classe en Catégorie V[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Kurt Aland et Barbara Aland (trad. Erroll F. Rhodes), The Text of the New Testament : An Introduction to the Critical Editions and to the Theory and Practice of Modern Textual Criticism, Grand Rapids (Michigan), William B. Eerdmans Publishing Company,‎ 1995, 2e éd. (ISBN 978-0-8028-4098-1), p. 118
  2. a, b et c C. R. Gregory, "Textkritik des Neuen Testaments", Leipzig 1900, vol. 1, p. 92.
  3. « Liste Handschriften », sur Münster Institute, Institute for New Testament Textual Research (consulté le 19 Mart 2012)
  4. Kurt Aland, Synopsis Quattuor Evangeliorum. Locis parallelis evangeliorum apocryphorum et patrum adhibitis edidit, Deutsche Bibelgesellschaft, Stuttgart 1996, p. XXI.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Oscar von Gebhardt, Die Evangelien des Matthaeus und des Marcus aus dem Codex purpureus Rossanensis. Leipzig : Hinrichs, 1883
  • Walther, Ingo F. and Norbert Wolf. Codices Illustres: The world's most famous illuminated manuscripts, 400 to 1600. Köln, TASCHEN, 2005.
  • Kurt Weitzmann. Late Antique and Early Christian Book Illumination. New York: George Braziller, 1977.
  • Bruce M. Metzger, and Bart D. Ehrman, The Text of the New Testament: Its Transmission, Corruption and Restoration, New York – Oxford 2005, Oxford University Press, p. 84.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :