Codex Cairensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cairo-codex-nevi'im.pdf

Le Codex Cairensis, également appelé: Codex Prophetarum Cairensis ou Codex du Caire des prophètes, est le plus vieux manuscrit hébreu daté contenant le texte des Nevi'im (livres prophétiques).

Histoire[modifier | modifier le code]

D'après son colophon, il aurait été achevé avec sa ponctuation par Moshe ben Asher à Tibériade « à la fin de la 827e depuis la destruction du deuxième temple » (soit 895 EC) mais des études au carbone 14 indiquent qu’il a été rédigé ou recopié au XIe siècle[1]. . Offert à la communauté karaïte de Jerusalem, il fait partie du butin des Croisés en 1099 mais est racheté plus tard par la communauté karaïte du Caire.

Contenu[modifier | modifier le code]

Le codex contient les livres qui appartiennent aux prophètes selon la terminologie juive, c'est-à-dire aussi bien Isaie, Jérémie, Ezekiel et le livre des petits prophètes (mais pas Daniel), que les prétendus prophètes « anciens » ou « plus récents », Joshua, les Juges, Samuel et les rois. Il contient également 13 pages-tapis[2].

Évaluation scientifique[modifier | modifier le code]

Bien que selon son colophon le livre a été écrit par un membre de la famille Ben Asher, Lazar Lipschütz et d'autres font observer qu'au sein de la tradition massorète, le Codex Cairensis semble plus proche de Ben Naphtali que de Ben Asher.

Tandis que quelques chercheurs estiment que cela constitue un argument contre son authenticité, Moshe Goshen-Gottstein (en) suppose que Ben Naphtali s'en tient plus fidèlement au système de Moses ben Asher que le propre fils de ce dernier, Aharon ben Moshe ben Asher, qui a corrigé le Codex d'Alep et ajouté sa ponctuation.

Plus récemment, d'autres doutes sur son authenticité ont été exprimés par la radio-datation au carbone et d'autres techniques scientifiques[1].

Umberto Cassuto s'est beaucoup appuyé sur ce codex quand il a publié son édition de la Massorah, ce qui signifie que dans les prophètes, son édition est plus proche de la tradition ben Naphtali que dans la Torah ou les Écritures.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ernst Würthwein, Der Text des Alten Testaments, Stuttgart 1974 (4th edition), ISBN 3-438-06006-X
  • The Hebrew University Bible Project: Ezekiel, ed. S. Talmon; pub. The Hebrew University Magnes Press, Jerusalem, 2004; ISBN 965-493-186-9

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b The Hebrew University Bible Project: Ezekiel, p.xli, note 116: "It was recently proven conclusively that the scribe and the naqdan (vocaliser) of the Cairo Prophets codex cannot be identified as Moshe Ben-Asher, and cannot be dated to 895 but rather to the 11th century CE. Cf. M. Beit-Arié et al., Codices Hebraicis litteris exarati quo tempore scripti fuerint exhibentes (Monumenta palaeographica medii aevi. Series Hebraica; Paris/Jerusalem: Brepols, 1997) 25-29; D. Lyons, The Cumulative Masora: Text, Form and Transmission (Beer-Sheva: Ben-Gurion University Press, 1999 [4]-7 (Hebrew).
  2. The City and the Book I